Les dernières Actualités et Publications de Coface, leader de mondial l'assurance-crédit.
10/05/2016
Risque pays et études économiques

Hongrie : la consommation des ménages est en hausse mais les défis restent nombreux pour les entreprises

Hongrie : la consommation des ménages est en hausse mais les défis restent nombreux pour les entreprises

 

La Hongrie se porte bien comparée à la situation difficile de nombreuses économies dans le monde. 

 

Elle continue de profiter d’une croissance modérée qui devrait atteindre 2,2 % cette année. C’est la consommation des ménages qui porte la croissance, elle-même dopée par la baisse du chômage, la hausse des revenus disponibles, le programme d’allocations publiques et la résolution de problèmes liés aux crédits hypothécaires en devises étrangères.

 

La consommation des ménages : principal contributeur à la croissance du PIB

 

Depuis sa récession de 2012, l’économie hongroise enregistre des taux de croissance solides. Le financement de l’Union européenne a été un facteur important mais pas l’unique. Les perspectives de l’économie hongroise et de la plupart de ses principaux partenaires commerciaux se sont améliorées. Si la croissance de 2,2 % prévue pour cette année par Coface est inférieure à celle de 2015 (2,9 %), cela s’explique surtout par une plus lente absorption des financements européens, qui devrait à nouveau accélérer l’année prochaine. Les améliorations en cours sur le marché du travail et les mesures fiscales (comme les baisses d’impôts des particuliers et de TVA) soutiennent la place de la consommation des ménages comme principal moteur de l’économie. Les ménages ont profité d’une hausse de la demande de main-d’œuvre, tant de la part du secteur public que du secteur privé, et ont bénéficié de la conversion en monnaie locale de leurs crédits libellés en devises étrangères. Le dynamisme du marché du travail et l’amélioration du moral des consommateurs favorisent la hausse des dépenses. La consommation des ménages va donc rester la locomotive de l’économie hongroise au cours des prochains trimestres.

  

« Même si le rythme de croissance de la Hongrie ralentit cette année, il devrait quand même atteindre un niveau raisonnable avec 2,2 %. Alors que la consommation des ménages reste solide, l’activité économique pâtit du climat des affaires négatif qui continue de freiner la contribution du secteur privé à la croissance »,expliquait Grzegorz Sielewicz, économiste régional chargé de l’Europe centrale au sein de Coface.

 

Les entreprises préfèrent se désendetter, sans profiter des mesures de stimulation

 

Les niveaux de déficit et d’endettement publics excessifs ont poussé le gouvernement à introduire des mesures visant à augmenter ses revenus. Les entreprises ont subi différentes augmentations d’impôts et et de prélèvements parafiscaux qui ont pesé lourd sur les banques, le secteur de l’énergie, les télécommunications et les principaux distributeurs du pays. En dépit d’amélioration budgétaire et d’une croissance plus forte, des impôts supplémentaires ont été mis en place. L’éventualité de nouveaux changements des cadres législatif et réglementaire a plongé le pays dans l’incertitude et freiné les velléités d’investissement et de développement des entreprises. La Banque Centrale de Hongrie a assoupli sa politique monétaire, notamment via l’abaissement considérable des taux d’intérêt ainsi que le plan de financement pour la croissance (Funding for Growth) pour proposer des crédits à taux d’intérêt faible aux PME. Toutefois, le niveau moyen d’endettement  des entreprises a continué de se réduire malgré ces mesures supplémentaires destinées à soutenir de nouveaux emprunts des PME. Le niveau de confiance parmi les plus grandes sociétés laisse penser à de possibles améliorations, si la pression fiscale n’est pas de nouveau augmentée.

 

Confrontés à un ralentissement de la croissance cette année, le gouvernement et la Banque Centrale de Hongrie ont décidé de se concentrer sur d’autres vecteurs de croissance que les financements de l’UE (un élément qui a largement contribué à la croissance par le passé). La confiance des entreprises confrontées à des défis mettra du temps à remonter. Néanmoins, les entreprises sont de plus en plus optimistes quant aux perspectives économiques. 

 

L’automobile, un secteur-clé de l’économie hongroise

 

Globalement, les filiales des entreprises étrangères s’avèrent être les plus sensibles aux difficultés. Ce n’est pas le cas du secteur automobile : il contribue fortement à l’activité économique hongroise, avec près de 4,5 % de la valeur ajoutée et plus de 10 % de sa production. Les perspectives relativement positives du secteur profitent de la demande venant d’Europe de l’Ouest, destination de la majorité de sa production, ainsi que de ses coûts toujours attractifs par rapport aux autres usines de la zone euro, souvent touchées par des surcapacités. Même si le secteur pourrait souffrir des effets du scandale Volkswagen en raison du niveau élevé de son flux d’investissement direct en Hongrie, il semble que ce risque s’est dissipé ces derniers mois. 

 

 

TÉLÉCHARGER LA PUBLICATION - PANORAMA HONGRIE : VERS UNE CROISSANCE DURABLE POUR LES ENTREPRISES?

(PUBLICATION EN ANGLAIS)

  • The rise in power of private consumption
  • Companies: deleveraging, despite stimulus measures
  • Hungary Sector Risk Assessment
  • Conclusion
Télécharger le communiqué : Hongrie : la consommation des ménages est en hausse mais les défis r... (303,92 kB)

Contact


Contact Journalistes

Maria KRELLENSTEIN
Tel : +33 1 49 02 16 29
Mail : maria.krellenstein@coface.com 
 
Justine LANSAC
Tel : +33 1 49 02 24 48 
Mail : justine.lansac@coface.com

Haut de page
  • Français