Les études économiques et analyses risques pays Coface
Djibouti

Djibouti

Population 0,9 millions
PIB par habitant 1692 $US
C
Evaluation des risques dans ce pays
D
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2013  2014 2015 (p) 2016 (p)
Croissance PIB (%) 5,0  6,0 6,5 6,5
Inflation (moyenne annuelle) 2,4 2,9 2,7 3,5
Solde budgétaire / PIB (%)  -5,9  -12,2 -16,5 -11,4
Solde courant / PIB (%)  -23,3  -25,6 -31,0 -25,8
Dette publique / PIB (%)  58,1 60,5 72,0 83,3

 

(e) Estimations (p) Prévisions

POINTS FORTS

  • Processus de modernisation des infrastructures
  • Emergence du pays en tant que plateforme commerciale et logistique régionale
  • Afflux d’importants investissements directs étrangers
  • Position géostratégique à l’entrée de la Mer Rouge et soutien de la communauté internationale

POINTS FAIBLES

  • Risque élevé de surendettement
  • Dépendance croissante à l’égard de l’Ethiopie et de la Chine
  • Pauvreté et chômage endémiques
  • Environnement des affaires difficile

Appréciation du risque

L’investissement stimule la croissance

La mise en œuvre d’un ambitieux programme d’infrastructures dope la croissance. Les principaux projets d’investissement en cours concernent l’agrandissement des ports publics existants et la construction de nouvelles installations portuaires, d’une nouvelle liaison ferroviaire et d’une canalisation d’eau potable entre L’Ethiopie et Djibouti. D’autres projets, dont certains sont à l’étude, portent sur la construction d’un oléoduc, avec l’Ethiopie, et celle d’aéroports, d’un parc éolien et d’une centrale géothermique, avec la Chine. Le taux d’investissement pourrait atteindre 57 % du PIB en 2015-2016, contre 32 % en 2010-2014, dont près de la moitié au titre de l’investissement public.
Le pays reste néanmoins confronté à d’importants défis de développement. En dépit d’une croissance de près de 5 % l’an, en moyenne, depuis 2006, l’extrême pauvreté affectait encore 42 % de la population et le chômage 48 % de la population active en 2012. Les créations d’emplois ont surtout bénéficié aux travailleurs expatriés, la main d’œuvre locale étant insuffisamment qualifiée. En outre, l’agriculture demeure un secteur atrophié, du fait de la dureté du climat, et l’environnement des affaires reste difficile (coûts de production élevés, faible exécution des contrats, lourdeur bureaucratique, faible accès au crédit). La dépendance de l’économie à l’égard des activités portuaires reste forte, étant précisé que plus de 80 % du trafic portuaire provient de l’Ethiopie, qui est dépourvue de façade maritime. Par ailleurs, la Chine étant la principale source de financement des projets d’investissements publics récents, un ralentissement accentué dans ce pays pourrait affecter le financement et la réalisation de certains projets.
L’inflation devrait remonter légèrement à mesure que les dépenses d’investissement alimenteront la demande de logements et de services de base mais rester modérée du fait de la force du franc de Djibouti, ancré au dollar dans le cadre d’un système de caisse d’émission.

 

Les dépenses publiques exercent de fortes pressions sur le budget et le solde courant

La poussée des dépenses publiques et l’étroitesse de l’assiette fiscale se traduisent par une forte augmentation du déficit budgétaire. Il en est de même pour le déficit courant, qui n’a cessé de se creuser en raison de la montée en flèche des importations de biens d’équipement, et ce malgré l’augmentation régulière des exportations, constituées pour l’essentiel de services portuaires. Un début de tassement des importations de biens d’équipement et la progression continue des exportations de services permettraient d’améliorer très légèrement les comptes extérieurs en 2016.
Les investissements publics financés par des emprunts non concessionnels auprès de la Chine ont aggravé les facteurs de vulnérabilité de la dette. Dans ce contexte, les services du FMI estiment que tout endettement de nature à accroître le coût du service de la dette à moyen terme devrait désormais être évité. La dette publique extérieure culminerait à 79% du PIB en 2017.

 

Le président et son parti tiennent les rênes du pouvoir d’une main ferme, Djibouti demeure un important maillon de la lutte contre le terrorisme et la piraterie

Sur le plan interne, le président Ismaël Omar Guelleh, au pouvoir depuis 1999, continue à diriger le pays d’une main ferme. Il a annoncé qu’il sollicitera un quatrième mandat en avril 2016. De récentes accusations de corruption portées à l’encontre du chef de l’Etat pourraient ternir son image, notamment à l’étranger. Les accrochages entre l’opposition et les forces de sécurité risquent de s’intensifier à l’approche de l’élection présidentielle.
Cela ne devrait toutefois pas remettre en cause le soutien accordé au pays par les puissances occidentales du fait de sa position stratégique dans la région. Djibouti devrait demeurer la capitale régionale de la lutte contre le terrorisme et la piraterie maritime compte tenu de sa proximité avec la Somalie, le Yémen et le Golfe d’Aden. Le pays accueille deux importantes bases militaires, l’une états-unienne, l’autre française, et un accord a été conclu en 2015 entre la Chine et Djibouti pour l’établissement d’une base militaire navale.

 

Dernière mise à jour : Janvier 2016

Haut de page
  • Français