Les études économiques et analyses risques pays Coface
Honduras

Honduras

Population 8,082 millions
PIB par habitant 2530 $US
C
Evaluation des risques pays
C
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2013  2014 2015  2016 2017 (p)
Croissance PIB (%) 2,7 3,0 3,6 3,6 3,7
Inflation (moyenne annuelle) 5,1 6,0 3,1 3,1 4,1
Solde budgétaire (1)/ PIB (%) -7,6 -4,2 -1,4 -1,9 -1,9
Solde courant / PIB (%) -9,5 -7,4 -6,3 -5,7 -5,6
Dette publique / PIB (%) 45,7 46,4 46,8 48,6 49,3

 

(e) Estimations (p) Prévisions

(1) Hors fonds de retraite et dons

POINTS FORTS

  • Relations privilégiées avec les Etats-Unis
  • Ressources agricoles, minières et touristiques
  • Accord FMI

POINTS FAIBLES

  • Dépendance à la conjoncture américaine (exportations, IDE et remises des expatriés)
  • Dépendance aux importations de carburants et de céréales (le maïs est l’aliment de base)
  • Forte criminalité

Appréciation du risque

Une croissance résiliente en 2017

En 2016, la croissance au Honduras a été principalement liée à la reprise de la consommation privée, favorisée par la faiblesse du prix de l’énergie et le dynamisme des envois de fonds des travailleurs expatriés. En 2017, l’activité devrait rester résiliente, soutenue par l’investissement et la hausse de la consommation des ménages. Outre les envois de fonds, la reprise du marché du travail (dans l’industrie manufacturière notamment) devrait contribuer à la hausse de la demande interne pour les produits alimentaires, le carburant, les produits pharmaceutiques et les services d'électricité et d'eau en particulier. L’investissement public dans la construction et l’amélioration du réseau routier devraient se poursuivre, ainsi que l’investissement privé dans la construction résidentielle, principalement. Les exportations primaires (café, fer, crevettes) et manufacturières (textile en particulier) devraient bénéficier de la dépréciation progressive de la monnaie locale, le lempira, face au dollar. Enfin, l’inflation devrait augmenter en 2017 tirée par la hausse de la demande interne, mais resterait en- dessous de la cible (5-7%) prévue par la banque centrale.

 

Le gouvernement devrait poursuivre ses efforts de consolidation budgétaire

Le gouvernement devrait poursuivre sa politique de consolidation budgétaire afin de garantir le renouvellement de la ligne de crédit du FMI. Grâce au consensus au sein de la classe politique, le Honduras a réussi à faire approuver la réforme de la TVA (passant 12% à 15%), la réduction de la masse salariale du secteur public et l’optimisation de la collecte des impôts grâce à l’élargissement de l’assiette fiscale et à la réduction de l’évasion fiscale. La loi de responsabilité fiscale approuvée en 2016 établit par ailleurs un plafond limite pour le déficit du secteur public non financier fixé à 1% du PIB d'ici à 2019. Les autorités locales ont également mis en œuvre des améliorations institutionnelles, notamment la création d’un comité qui examinerait toutes les demandes des ministères afin de mieux maîtriser l’évolution des dépenses et d’atteindre les objectifs fixés à moyen terme. Ces efforts visent notamment à la réduction de la dette publique, dont le montant n’a cessé d’augmenter ces dernières années. Malgré cela, le ratio dette publique sur PIB ne devrait se stabiliser qu’en 2018 compte tenu, en partie, de la hausse des dépenses publiques consacrées aux infrastructures, aux soins de santé, à l’éducation et aux programmes sociaux. Bien que celles-ci aient participé à la progression du déficit public de 2016, elles ouvrent la voie à une croissance plus inclusive dans un pays où le taux de pauvreté atteint près de 40% de la population.

 

Des comptes extérieurs en amélioration

En 2016, le déficit courant s’est amélioré en raison du dynamisme des exportations de biens vers les Etats-Unis, qui reçoit près de 60% des exportations du Honduras, de la hausse des fonds envoyés par les expatriés et de la faiblesse du prix de l’énergie importé. Cette tendance devrait se poursuivre en 2017, malgré la progression attendue des importations de pétrole, tirées par la hausse de l’activité interne. Le pays est un important producteur de textiles et devrait continuer à bénéficier des accords préférentiels avec les Etats-Unis dans le courant de l’année. Le déficit de la balance des services devrait rester faible compte tenu des coûts de transport des marchandises relativement modiques, mais le niveau élevé de criminalité continuerait d’affecter les recettes du secteur touristique. La poursuite des réinvestissements locaux des bénéfices réalisés par les sociétés étrangères permettrait de stabiliser le déficit des revenus et les transferts des expatriés, vivant pour la plupart aux Etats-Unis, devraient rester dynamiques.

 

Un gouvernement reconnu pour ses bonnes performances sur le plan budgétaire, mais désarmé face au fléau de la corruption

Arrivé au pouvoir en janvier 2014, le président Juan Orlando Hernandez du Partido Nacional (PN) de centre-droit est susceptible de se présenter pour un deuxième mandat lors des prochaines élections de novembre 2017. Sa politique axée sur l'assainissement budgétaire, soutenue par l’adhésion à l’accord triennal du FMI (décembre 2014), est un succès reconnu par les créanciers internationaux et par les agences de notation. En revanche, l'incapacité du gouvernement à s'attaquer au problème de la corruption qui touche toute la sphère publique (politique, justice, police) constitue un handicap majeur à la crédibilité du pays et à son éventuelle réélection. Après le scandale de l’affaire de blanchiment d’argent de la banque Continental (famille Rosenthal) en 2015, des allégations de trafic de stupéfiants impliquant l’entourage proche du président (son frère et son ministre de la défense) affectent la popularité de son gouvernement. Sur le plan social, le Honduras demeure l’un des pays les plus pauvres d’Amérique Latine et reste parmi les plus violents au monde. La violence, la corruption, le narco trafic et l’insécurité constituent d’ailleurs les principaux freins au développement de l’économie du pays.

 

Dernière mise à jour : Janvier 2017

Haut de page
  • Français