Les études économiques et analyses risques pays Coface
Luxembourg

Luxembourg

Population 0,5 million
PIB par habitant 102716 $US
A1
Evaluation des risques pays
A2
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2014 2015  2016(p) 2017(p)
Croissance PIB (%) 4,7 3,5 3,6 3,8
Inflation (moyenne annuelle) 0,7 0,1 0,0 1,6
Solde budgétaire / PIB (%) 1,5 1,6 1,3 0,0
Solde courant / PIB (%) 5,1 5,2 5,6 5,6
Dette publique / PIB (%) 22,7 22,1 23,2 23,3

(p) Prévisions

POINTS FORTS

  • Stabilité budgétaire
  • Main d’œuvre multilingue qualifiée
  • Infrastructures de qualité, règlementation favorable aux entreprises
  • Centre financier international performant
  • Niveau de vie élevé

POINTS FAIBLES

  • Forte dépendance à l’égard d’un secteur financier de grande taille
  • Economie vulnérable à la conjoncture dans la zone euro
  • Impact budgétaire à long terme du vieillissement de la population

Appréciation du risque

Une croissance toujours soutenue

La croissance du Luxembourg demeure l’une des plus élevées de la zone euro. Elle est restée nourrie en 2016, malgré un profil trimestriel heurté, tirée par la hausse des créations d’emplois, la faiblesse continue de l’inflation et des conditions de financement favorables. Une légère accélération de l’activité est prévisible en 2017 liée à la mise en œuvre d’une réforme budgétaire prévoyant une baisse significative des impôts sur les particuliers et les entreprises. En outre, la rémunération des salariés devrait bénéficier du déclenchement du mécanisme d’indexation automatique des salaires sur l’inflation, fin 2016. Cela devrait pousser le PIB à la hausse même si une partie de ces gains est épargnée et sert à l’achat de biens importés. Parallèlement, le taux de chômage, relativement faible, devrait se maintenir aux alentours de 6 %, tandis que l’inflation devrait augmenter, les prix pétroliers repartant à la hausse.

Sur le plan sectoriel, les évolutions récentes témoignent d’un redressement de l’activité dans les services financiers, le moteur traditionnel de la croisance, après un début d’année 2016 chahuté en raison de la volatilité des marchés financiers. On note également un certain dynamisme dans les services non financiers, la construction et l’industrie (secteur de l’aéronautique et du satellite notamment).

La stratégie de diversification entreprise par le gouvernement devrait favoriser le développement de nouveaux secteurs (composants automobiles, éco-innovation, santé et biotechnologie, information et communications, technologies spatiales),mieux armer l’économie contre les chocs et améliorer l’emploi des travailleurs peu qualifiés. En revanche, l’attractivité du pays pourrait souffrir du processus international d’harmonisation et de transparence financière en cours.

 

Un haut lieu du système financier

La balance courante reste fortement excédentaire, en dépit d’un déficit de la balance des revenus, du fait de l’existance d’un important excédent de la balance des services. En effet, le Grand-Duché est le deuxième centre mondial de fonds d’investissement après les Etats-Unis, un point central d’implantation de banques spécialisées dans la gestion de la liquidité intragroupe et le principal centre de banques privées de la zone euro. Il abrite, en outre, de nombreuses sociétés de réassurance. Alors que les services financiers jouent un rôle majeur dans l’économie (1/4 du PIB, 18 % des recettes budgétaires, 11 % de l’emploi), le processus d’harmonisation des normes financières au sein de l’Union européenne et au niveau international (échange automatique de données sur les dépôts en 2015 et fin du secret bancaire d’ici 2017) pourrait peser sur l’attractivité et la rentabilité du secteur financier luxembourgeois. Ce processus implique une réadaptation du secteur à un nouvel environnement réglementaire (Union Bancaire, Accords de Bâle III) qui devrait contribuer à renforcer sa solidité.

Toutefois, les fortes interconnexions du système financier luxembourgeois avec le reste du monde en font un réceptacle (et aussi un vecteur) de l’instabilité financière mondiale. Par ailleurs, l’exposition au marché immobilier des quelques banques positionnées sur le marché domestique reste à surveiller.

 

Une situation budgétaire des plus solides

Les comptes publics sont demeurés excédentaires en 2016 du fait de la bonne tenue des recettes, dans un contexte de croissance vigoureuse, et d’une hausse contenue des dépenses, en lien avec les mesures de consolidation budgétaire pluriannuelles lancées dans le budget 2015. Les comptes devraient être équilibrés en 2017 du fait de la réforme de l’impôt qui entrera en vigueur en début d’année et dont on estime qu’elle réduira les revenus de l’Etat d’environ 0,8 % du PIB. Parallèlement, la réforme du régime de TVA européenne sur les services de commerce en ligne continuera de générer un manque à gagner pour les recettes fiscales. La dette publique demeure l’une des plus faibles d’Europe (en outre, les actifs du secteur public dépassent ses passifs). Les principaux défis pour les finances publiques demeurent la mise en œuvre du programme de transparence fiscale internationale et l’augmentation, à long terme, du coût du vieillissement des résidents et des travailleurs frontaliers.

 

Perte de popularité de la coalition tripartite

Les élections anticipées d’octobre 2013 ont conduit à la formation d’une nouvelle coalition regroupant pour la première fois libéraux, socialistes et Verts, dirigée par le libéral Xavier Bettel.

La coalition, déjà fragilisée par le rejet massif, en juin 2015, de ses propositions de changements constitutionnels (dont le droit de vote aux élections nationales aux étrangers résidant au Luxembourg), continue de souffrir dans les sondages au bénéfice, principalement, de l’ancienne formation dominante de l’histoire politique du pays, le Parti chrétien-social.

Ce dernier pourrait, bien que le gouvernement espère tirer profit de la bonne conjoncture et de sa réforme de la taxation, être amené à diriger la prochaine coalition qui sortira des urnes en octobre 2018. La continuité de la politique économique ne serait pas remise en cause.

 

 

Dernière mise à jour : Janvier 2017

Haut de page
  • Français