Les études économiques et analyses risques pays Coface
Moldavie

Moldavie

Population 3,6 millions
PIB par habitant 2238 $US
D
Evaluation des risques dans ce pays
C
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2013 2014 2015 (p)  2016(p)
Croissance PIB (%) 9,4 4,8 -1,0 0,0
Inflation (moyenne annuelle) 4,5 5,0 8,4 7,3
Solde budgétaire / PIB (%) -1,7 -1,7 -3,8 -3,7
Solde courant / PIB (%) -4,9 -3,6 -6,1 -6,4
Dette publique / PIB (%) 23,7 31,5 44,8 44,9

(p) Prévisions

POINTS FORTS

  • Renforcement des relations avec l’UE
  • Petite économie ouverte qui attire les investissements étrangers
  • Main d’œuvre relativement peu coûteuse

POINTS FAIBLES

  • Forte émigration et contraction de la population
  • Dépendance à l’égard des transferts des travailleurs expatriés
  • Instabilité politique et tensions sociales
  • Corruption et faible gouvernance

Appréciation du risque

 
Une économie affaiblie par la récession Russe, mais moins qu’en 2015 

Après la baisse de l’activité de 2015 notamment en raison de la récession économique russe, la croissance moldave devrait légèrement se redresser en 2016. La Russie constitue une source importante de revenus pour les moldaves, grâce aux transferts des travailleurs expatriés qui constituent un quart du PIB, et demeure l’un des principaux débouchés des exportations. Après avoir pâti de la crise du système bancaire en 2015, le secteur des services devrait soutenir la croissance en 2016. Il devrait être principalement porté par la finance, les services aux entreprises, le commerce et les transports, au détriment du secteur de l’industrie lourde dont la contribution à la formation du PIB s’affaiblit. L’économie devrait toujours souffrir de la crise bancaire qui devrait affaiblir la confiance des investisseurs et inciter la banque centrale à déployer des fonds d’urgence afin de recapitaliser le système, réduisant ainsi les financements prévus pour l’investissement public. Dans ce contexte la consommation des ménages serait pénalisée, par le biais de la réduction des prêts octroyés, la réduction des transferts des expatriés ainsi que par une inflation élevée, et ce même si le salaire minimum progresse.

En 2015 l’inflation a fortement augmenté du fait de la dépréciation du leu (hausse des prix à l’importation). En 2016, l’inflation resterait au-dessus de 5 %, cible de la Banque centrale.

 

Une dégradation des comptes publics et courants 

Le déficit budgétaire s’est creusé en 2015 en raison du ralentissement de l’activité et devrait se stabiliser en 2016. Le gouvernement devrait geler les dépenses dites non-essentielles à la suite de la décision du FMI et des institutions européennes d’interrompre les financements. Néanmoins, le scandale de corruption qui a éclaté en 2015, devrait avoir des répercussions négatives sur les finances publiques car les 1 milliard de dollars détournés (soit 12,5 % du PIB) n’ont pas été restitués et pourraient être intégrés dans la dette publique. De plus, les trois banques qui détiennent la majorité des actifs du pays, continuent à se fragiliser compte tenu de l’importance de leurs taux de créances douteuses et de leur très faible capitalisation et sollicitent une intervention de l’Etat ce qui fait peser un risque sur les finances publiques.  

 

Le solde du compte courant s’est dégradé en 2015. Malgré l’appréciation du leu par rapport au rouble russe réduisant la valeur des importations, la baisse des exportations vers la Roumanie, couplée à une baisse des transferts provenant de la Russie a creusé le déficit courant. Par ailleurs, l’embargo sur les produits agroalimentaires imposé par la Russie en réponse à la signature d’accords commerciaux entre l’UE et la Moldavie, pénalise davantage les exportations moldaves. Dans un contexte de conjoncture toujours dégradée, le déficit courant resterait élevé en 2016. Les réserves officielles sont en baisse, et devraient représenter 3,7 mois d’importation rendant le pays de plus en plus vulnérable aux chocs extérieurs.

 

 

Une instabilité politique croissante dans un environnement complexe 

Le mandat du gouvernement mis en place en juillet 2015 et dirigé par Mr Valeriu Strelet est marqué par une instabilité politique grandissante. En effet, trois partis proeuropéens étaient sortis victorieux des législatives de novembre: le Parti libéral-démocrate de Moldavie (PLDM), le Parti démocrate de Moldavie (PDM) et le Parti libéral (PL), ce dernier étant l’avocat le plus fervent de l’avancée des réformes sur la voie européenne. Le gouvernement disposait de 55 sièges sur 101, une majorité lui permettant de mettre en place un gouvernement proeuropéen. Cependant, en octobre 2015 l’ancien Premier ministre et dirigent du Parti libéral-démocrate Mr Vlad Filat a été arrêté dans l’enceinte même du Parlement pour affaire de corruption et de détournement de fonds. Cette arrestation a confirmé l’instabilité politique croissante et a mis en évidence les tensions sociales, affaiblissant davantage le gouvernement Strelet. Dans ce contexte,  une élection anticipée pourrait favoriser la montée au pouvoir d’un gouvernement pro-russe, entravant les négociations pour l’adhésion à l’UE.

La situation intérieure est également marquée par les revendications sécessionnistes de la Transnistrie, région de la Moldavie située le long de la frontière avec l’Ukraine majoritairement peuplée de russophones. La crise en Ukraine a exacerbé les revendications transnistriennes de reconnaissance de leur volonté d’indépendance. De plus, des « élections » dans cette région sont prévues en 2016.

Dans un environnement marqué par de fortes tensions, la Moldavie restera touchée par une grande pauvreté et un climat des affaires peu satisfaisant. En outre, le pays continue d’afficher de faibles performances en matière d’octroi de permis de construire et de raccordement à l’électricité. Le rapport Doing Business classe le pays 52ème sur 189 pays. Néanmoins des améliorations portant notamment sur la création d’entreprises sont à noter.

 

 

 

Dernière mise à jour : Janvier 2016

Haut de page
  • Français