Les études économiques et analyses risques pays Coface
TIC

TIC

TIC
Amérique Latine
Amérique du Nord
Europe centrale et de l'est
Europe de l'Ouest
Asie émergente
Moyen-Orient & Turquie
Changer de secteur

Forces

  • Démocratisation de l’accès à internet
  • Réduction du coût des équipements électroniques
  • Déploiement dynamique de la 4G
  • Forte croissance du marché africain

Faiblesses

  • Saturation de certains marchés « hardware » (tablettes, smartphones, PC) dans les pays développés
  • Accroissement des pressions concurrentielles dans les télécoms et chez les fabricants 

Evaluation des risques

Les faits marquants
TIC : Bénéfices nets

TIC : Bénéfices nets
(Bénéfices / Chiffre d’affaires)

Le secteur des technologies de l’information, qui représente un marché de 3400 milliards de dollars en 2016, s’est légèrement contracté en 2016 (-0,3%). Le risque de crédit augmente également sensiblement.

Le marché des périphériques mobiles (téléphones, tablettes, ordinateurs) aurait atteint un pic de revenus (645 milliards de dollars en 2015). Si la saturation de certains marchés « hardware » se poursuit en lien avec l’accroissement du taux d’équipement, celui du « smartphone » commence (les approvisionnements ont crû de 3,1% en 2016 selon IDC). Le marché de l’occasion se développe rapidement (+50% en 2016) pour représenter 7% des smartphones vendus. La croissance jusqu’ici rapide du marché chinois a stagné en 2016 avec une progression des ventes de smartphones de +0,4% (contre +20% en 2014). Toutefois, le déploiement de la 4G soutient les dépenses de remplacement par des terminaux équipés. Les relais de croissance les plus importants résident dans l’internet des objets et les applications pour les secteurs de l’automobile ou de l’industrie.

La croissance du trafic internet est notamment soutenue par la démocratisation de son accès (baisse du prix des terminaux, développement des infrastructures) mais également par l’accroissement de son utilisation (substitution aux communications voix, vidéos en haute définition, paiement par mobile). Le volume de données échangées sur internet devrait ainsi tripler d’ici à 2019 où un individu sur deux sera alors un internaute (Cisco).

Ce contexte augmente le risque de crédit en accentuant les pressions concurrentielles entre les opérateurs télécoms et les constructeurs et en encourageant des consolidations.

Demande

Face à une saturation des marchés développés, les zones les plus dynamiques se concentrent en Asie émergente (hors Chine), en Afrique et au Moyen-Orient. Le secteur devrait croître de 2,9% en 2017.

Le marché chinois a tiré les ventes mondiales tous segments confondus depuis plusieurs années mais montre aujourd’hui des signes de saturation. En 2017, un tiers de la population mondiale possédera un smartphone. Le principal relai de croissance se situe en Inde, notamment pour le développement des ventes de smartphones. Si 292 millions d’indiens en possédaient en 2016, ils seraient 445 (+52%) en 2020 selon Statista DMO.

Si la croissance des ventes de smartphones continuera de se tasser à moyen terme, d’autres relais apparaissent. C’est notamment le cas des équipements automobiles avec l’essor des appareils connectés implantés dans les véhicules de série. Par ailleurs, la consommation de vidéos participe en grande partie au développement du trafic internet. En outre, les perspectives de développement des services de stockage en ligne demeurent bien orientées. Enfin, on assiste à une convergence fixe/mobile et à une accentuation de la consommation de données en substitution à la voix et SMS. Cette évolution tire la consommation de services de « cloud » dont les perspectives de croissance demeurent très bien orientées. En effet en UE, ces services sont utilisés par un tiers des ménages mais par seulement 19% des entreprises en 2014 (Eurostat).

Le taux d’accès à internet atteindra 30,4% de la population en 2017 au Moyen Orient et Afrique du nord (+1,2pp par rapport à 2016) et 17,9% (+1pp) en Afrique subsaharienne selon Emarketer. Sa démocratisation passe essentiellement par l’internet sans fil ce qui supporte la demande de services mobiles. Au Kenya par exemple, 33% des flux financiers transitent par le téléphone mobile. A l’échelle mondiale, c’est d’ores et déjà la moitié des paiements par mobile qui sont effectués en Afrique. Ainsi, grâce aux investissements en infrastructures de réseaux 3G et 4G, les ventes de smartphones pourraient doubler d’ici 2017. La baisse des coûts de connexion perdure dans les pays développés dans un contexte de concentration du marché. Les systèmes de paiements embarqués accroissent également l’utilisation des téléphones mobiles. Le nombre de technologies NFC installées afin de faciliter les paiements par mobile devrait tripler entre 2015 et 2018 selon IDATE.

Si la demande en PC restera morose en 2017 après une année en repli de -7% en 2016 dans le monde, les 18-24 ans continuent de combiner équipement en smartphones et PC. D’après une étude de Deloitte, dans les pays développé, 85% de cette catégorie d’âge possède un PC contre 89% pour un smartphone. Trois pays se distinguent avec un taux de pénétration des PC supérieur aux smartphones : la France, les Etats-Unis et le Canada. En outre, la dynamique demeure favorable pour cette population car un quart des jeunes sondés affirme vouloir racheter un ordinateur dans les 12 mois, et un tiers un smartphone.

Offre

La croissance des ventes diminuant à travers le monde, les pressions concurrentielles s’accroissent sur les acteurs du marché. En Chine, la multiplication des fabricants de smartphones a comprimé les marges du secteur en 2016 laissant présager un mouvement de consolidation en 2017.

Dans l’ensemble, les fabricants ont été affectés par la baisse des ventes de PC et le ralentissement des ventes de smartphones. Le géant sud-coréen Samsung a vu son chiffre d’affaires chuter de -7% au troisième trimestre 2016 (sur un an). Il confirme toutefois sa position de leader en 2016 sur le marché des smartphones avec une part de marché de 21% (IC Insight). Les prix continueront de baisser en 2017 dans un contexte de concurrence accrue. L’américain Apple a également enregistré une baisse de son CA sur l’année fiscale 2016 de 7,7%. Les ventes d’iPhone s’essoufflent avec une diminution de 5% au T4 2015 par rapport au T4 2014 soit 45 millions d’unités vendues.

Le nombre d’acteurs chinois dans les smartphones a significativement augmenté, sur les douze premiers constructeurs mondiaux de téléphones huit sont chinois avec des stratégies de compression des coûts et des canaux de distributions innovants qui permettent une baisse des prix mais génèrent des risques de faillites. Lenovo, 4ème  fabriquant de téléphones portables en 2015, serait neuvième en 2016 avec une baisse de ses ventes de 26% selon IC Insight.  

Toujours dynamique, le secteur des semi-conducteurs demeure très concurrentiel. L’un des leaders américains Qualcomm, qui a enregistré une baisse de son chiffre d’affaires de -7% sur l’année fiscale 2016, a ajusté sa structure de coûts, notamment en supprimant 4 500 postes (15% de ses effectifs). Puis, il a racheté le groupe hollandais NXP pour 47 milliards de dollars. Le nouveau groupe devrait réaliser environ 30 milliards de dollars de chiffre d’affaires et sera diversifié notamment pour l’équipement de mobiles, d’automobiles et de l’internet des objets. La concurrence dans le secteur sera encore plus exacerbée avec l’entrée d’acteurs chinois dans les mémoires à semi-conducteurs. Selon trendforce, les fabricants chinois en ont consommé pour 18,7 milliards de dollars en 2015 (24% de la production mondiale). En 2020, 70% de la consommation de mémoire à semi-conducteurs serait alors issue d’entreprises chinoises.

Par ailleurs, le marché des télécommunications doit affronter une nouvelle concurrence émanant de sociétés de services internet comme Google et Facebook qui cherchent à accentuer le taux de couverture d’internet. Ce contexte devrait encore augmenter les pressions concurrentielles sur les télécommunications déjà attaquées sur leurs métiers  historiques que sont la voix et la messagerie.

 

Dernière mise à jour : décembre 2016

Haut de page
  • Français