Les études économiques et analyses risques pays et risques sectoriels Coface
Textile - Habillement

Textile - Habillement

Textile
Amérique Latine
Amérique du Nord
Europe centrale et de l'est
Europe de l'Ouest
Asie
Moyen-Orient & Turquie
Changer de secteur

Forces

  • Accroissement de la classe moyenne dans les pays émergents
  • Amélioration des perspectives de croissance mondiale

Faiblesses

  • Stocks de coton substantiels en Chine dont l’épurement contraint la demande sur le marché mondial
  • Produit à forte élasticité de la demande

Evaluation des risques

Les faits marquants
Evolution des prix du pétrole et coton (100 =décembre 2015)

Evolution des prix du pétrole et coton
(100 =décembre 2015)

La demande mondiale de coton restera marquée en 2017/2018 par la politique chinoise de limitation des importations de coton afin de réduire ses stocks domestiques. Toutefois, la faible qualité du coton produit au niveau domestique devrait pousser les producteurs de textiles locaux à s’appuyer sur les importations pour se fournir en coton de haute qualité, poussant à la hausse la demande chinoise de coton.

Le secteur du textile continuera d’être caractérisé par une part toujours plus faible du coton face à l’utilisation croissante des fibres synthétiques dans l’industrie. La part du coton ne représentait plus que 43 % des importations textiles aux États-Unis en 2016/2017 contre 47 % en 2011/2012 selon le Département d’État américain pour l’agriculture, (USDA). Moins coûteux, facile à mélanger avec d’autres fibres, et ayant un impact sur l’environnement limité par rapport au coton, les fibres synthétiques concentrent les progrès techniques du secteur. La forte hausse du coton sur l’année 2016 (+42 % en janvier et décembre) n’a fait qu’accentuer cette meilleure compétitivité des fibres synthétiques face au coton.

La demande textile mondiale sera marquée par une amélioration des perspectives de croissance sur les marchés de consommation les plus importants (+ 1,9 % de croissance sur la zone UE-15 en 2018 et +2,4 % aux États-Unis selon les estimations Coface), tirant à la hausse la consommation des ménages. Enfin, l’offre mondiale de textile sera caractérisée par le dynamisme des économies du sud-est asiatique (Bangladesh, Vietnam, Sri Lanka).

Demande

La consommation mondiale de coton devrait augmenter de 4 % en 2017/2018 (saison commençant au 1er août 2017) à hauteur de 25 millions de tonnes/an. La persistance de la politique chinoise de quota d’importations de coton afin de liquider ses stocks domestiques pèse sur la demande mondiale de coton. Cependant, la faible qualité du coton chinois devrait amener les producteurs textiles locaux à recourir au coton importé de meilleure qualité, faisant ainsi croître la demande chinoise. Le commerce de coton devrait être particulièrement dynamique alors que les pays dont la demande croit le plus fortement sont des pays non-producteurs (Bangladesh, Vietnam). Les exportations américaines, pour lesquelles le Vietnam est la première destination, devraient notamment augmenter de 3,9 % en 2017/2018 .

La consommation mondiale de textile devrait augmenter dans un contexte de reprise macroéconomique globale. Après plusieurs années de croissance plus que décevantes, l’UE et les États-Unis semblent avoir définitivement renoués avec la croissance, avec respectivement 1,9 % et 2,4 % de croissance en 2018 (estimations Coface). Cette reprise se traduit notamment par un taux de chômage en diminution en Europe, où cela constituait jusque-là un frein à la consommation de textile, avec 8,8 % de chômage en octobre 2017 contre 9,8 % un an plus tôt . Plus particulièrement, le taux de chômage chez les jeunes, qui allouent d’avantage de ressources au textile, est aussi en diminution, bien qu’encore élevé, à 16,5 % pour les moins de 25 ans en octobre 2017 contre 18,3 % en 2016.

Par ailleurs, la demande de textile est marquée par un engouement pour le « fast fashion » (phénomène de production et ventes de collections constamment renouvelées, généralement bon marché) sur le marché asiatique. Répondant à la demande d’une classe moyenne en expansion, les marques clés du « fast fashion » (de type Uniqlo, Zara, H&M) s’implantent sur ces marchés sur le milieu de gamme. Le secteur devrait connaître une forte expansion, autour de 9,5 % de croissance moyenne par an, sur les cinq prochaines années . La croissance démographique dans la région devrait renforcer cette tendance sur le plus long terme.

Offre

Après deux années consécutives de contraction, la croissance des surfaces ensemencées de coton devrait repartir à la hausse en 2017/2018 (+11 % de croissance pour s’établir à 32,5 millions d’hectares d’après le Comité Consultatif International du Coton). Cette multiplication des terres cultivées de coton dans les principaux pays producteurs est favorisée par un niveau de prix historiquement haut (69,75 US cents/lb en mai 2017), notamment au moment de la semaison. La production mondiale de coton devrait donc connaître une forte progression en 2017/2018 (+12 %, à 25,7 millions de tonnes) si les bonnes conditions climatiques sont toujours au rendez-vous. Ce dynamisme de la production, avec une croissance supérieure à celle de la demande, couplé à la liquidation des stocks chinois de coton, devrait faire pression à la baisse sur le prix de la livre de coton. Les prix devraient donc diminuer en 2018.

L’offre textile sera caractérisée par le dynamisme des pays du sud-est asiatique face à un relatif ralentissement des exportations chinoises (4,6 % de croissance en 2018 contre 5,4 % en 2017). La hausse relative du coût du travail en Chine ainsi que les politiques de développement durable mises en place ont poussé de nombreux fabricants textiles mondiaux à s’orienter vers d’autres pays de la région pour établir leurs centres production. Le Bangladesh, le Vietnam, et le Cambodge sont particulièrement concernés. Second fournisseur du marché européen, le Bangladesh a connu une croissance très forte de ses exportations de textile et habillement au cours de l’année 2016/2017 (+14 % en juillet-août 2017 par rapport à 2016 ) et est susceptible de dépasser la Chine sur le marché européen à l’horizon 2020, favorisé par son statut préférentiel. De la même façon, le Vietnam, second fournisseur des États-Unis, a connu une forte croissance de ces exportations textiles vers les États-Unis (+6,5 % sur les neuf premiers mois de 2017) alors même que les importations américaines totales de textile et d’habillement ont diminué sur la même période (-1,4 %) . En forte croissance, les exportations du Cambodge (5e fournisseur de l’Union européenne) restent toutefois soumises au risque d’une possible révocation de son statut préférentiel par l’Union européenne après une résolution en décembre du Parlement européen dans ce sens, en réponse aux événements politiques de l’automne.

Enfin, la reprise de la demande permet aux entreprises du secteur textile positionnées sur le moyen de gamme de respirer, après des années particulièrement difficiles. Le démontre l’exemple de l’entreprise Vivarte (la Halle, Naf Naf, Kookaï…) qui après plusieurs restructurations semble enfin être à nouveau à flot, autour d’un noyau d’enseignes plus réduit.

 

Dernière mise à jour : janvier 2018

Haut de page
  • Français