Les études économiques et analyses risques pays et risques sectoriels Coface
Haïti

Haïti

Population 11,7 millions
PIB par habitant 1 235 $US
D
Evaluation des risques pays
E
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2019 2020 2021 (e) 2022 (p)
Croissance PIB (%) -1,7 -3,3 -0,7 1,3
Inflation (moyenne annuelle, %) 17,3 22,9 16,2 15,5
Solde public / PIB (%)* -1,3 -2,2 -2,1 -2,2
Solde courant / PIB (%) -1,2 3,4 -0,3 0,2
Dette publique / PIB (%) 27,5 24,3 26,8 26,6

(e) : Estimation (p) : Prévision *Année budgétaire 2021 du 1er Octobre 2020 au 30 Septembre 2021

POINTS FORTS

  • Programmes de développement et de reconstruction établis avec des donateurs internationaux
  • Adhésion à des organisations régionales (Association des États des Caraïbes, Organisation des États américains, CARICOM, CARIFORUM).
  • En août 2021, le pays a reçu environ 224 millions USD de l'allocation de droits de tirage spéciaux (DTS) du FMI (environ 1,5 % du PIB).

POINTS FAIBLES

  • Forte vulnérabilité aux catastrophes naturelles, notamment aux ouragans et aux tremblements de terre.
  • Faible niveau de développement et extrême pauvreté (classement IDH de 170 sur 189), profondes inégalités et politique sociale médiocre.
  • Dépendance à l'égard des envois de fonds des expatriés, des dons internationaux et des États-Unis.
  • Manque d'infrastructures, notamment énergétiques (70% de la population n'a pas accès à l'électricité)
  • Mauvaise gouvernance et environnement commercial de faible qualité ; vaste secteur informel
  • Coût fiscal des importations non déclarées en provenance de la République dominicaine.
  • Instabilité politique et insécurité

Appréciation du risque

Légère expansion économique dans un contexte de hausse de la violence et d'incertitude politique

L'économie devrait légèrement rebondir en 2022, après la récession de trois ans (2019-2021). Le tourisme (qui représentait environ 9 % du PIB avant la crise) ne devrait pas connaître une forte reprise, en raison des faibles progrès de la campagne de vaccination contre la COVID-19 au niveau local et de la hausse de la criminalité dans le pays. En outre, alors que l'augmentation des envois de fonds des expatriés installés aux États-Unis soutient les ménages locaux, la croissance de la consommation devrait encore être quelque peu entravée par la faiblesse des fondamentaux en termes de revenus, une inflation persistante induite par le financement monétaire du déficit budgétaire et une pénurie chronique de produits de première nécessité. Toutefois, l'investissement pourrait augmenter modérément grâce à certains travaux de reconstruction engagés après le tremblement de terre de magnitude 7,2 d'août 2021 dont les dommages et pertes économiques ont été estimés à 1,5 milliard USD (environ 10 % du PIB). En outre, l'industrie textile (le principal secteur d'exportation) devrait se développer en 2022, grâce à la forte demande des États-Unis et à un accès préférentiel à leur marché. Néanmoins, la pénurie de carburant, les problèmes de sécurité dans les ports et les fréquentes pannes d'électricité limitent les gains possibles.  Enfin, en septembre 2021, la Banque mondiale a approuvé un don de 75 millions USD de l'Association internationale de développement pour le projet "Emplois dans le secteur privé et transformation économique" en Haïti. L'objectif est d'améliorer la demande de main-d'œuvre en soutenant les micro, petites et moyennes entreprises. Les risques de baisse de l'activité sont liés à une campagne de vaccination médiocre et à un environnement politique morose.

 

Déficit budgétaire assez stable, la balance courante devrait repasser dans le vert 

Les défis imposés par la COVID-19 et le séisme d'août 2021 ont encore aggravé la situation budgétaire en 2020 et 2021, en raison de l'augmentation des dépenses sociales et de santé dans un contexte de baisse des recettes fiscales. En outre, la hausse des prix internationaux du pétrole en 2021 a également exercé une pression sur les coûts des subventions aux carburants. Pour faire face à ces défis, Haïti a pu compter sur l'allègement du service de la dette et les subventions du FMI, et a également bénéficié du financement monétaire et de l’aide des banques commerciales locales. Le pays a tout de même reçu en août 2021 environ 224 millions de dollars US de droits de tirage spéciaux (DTS) du FMI. En 2022, le déficit budgétaire devrait rester assez stable, en l'absence d'une forte reprise économique et besoins élevés en dépenses sociales. En ce qui concerne les comptes extérieurs, le pays doit faire face à un déficit commercial chronique (environ 34 % du PIB en 2019), car la production nationale peu diversifiée entraîne des importations importantes. En 2022, les exportations liées au textile et aux produits traditionnels tels que le café, le cacao et les mangues devraient se développer, ce qui est dû principalement dues à une faible base de comparaison, les zones rurales n'ayant guère été touchées par le tremblement de terre de 2021. Dans le même temps, les importations devraient diminuer quelque peu, principalement en raison de la baisse relative de la moyenne annuelle des prix internationaux du pétrole (les carburants représentent 18 % des importations totales). Enfin, le déficit de la balance courante devrait redevenir excédentaire grâce aux envois de fonds des migrants (environ 21 % du PIB en 2020) et aux dons (estimés par le FMI à 1,9 % du PIB en 2020).

 

L'assassinat du président Jovenel Moïse rend le scénario politique encore plus sombre

Le 7 juillet 2021, le président Jovenel Moïse a été abattu à son domicile, ce qui a encore aggravé la crise politique qui perdure dans le pays. Selon la police, un groupe de mercenaires majoritairement étrangers - 26 Colombiens et deux Américains d'origine haïtienne - a perpétré l'assassinat. Cependant, les instigateurs de l'attaque et leurs motivations restent flous. Après l'assassinat, le premier ministre de l'époque, Claude Joseph, a pris ses fonctions, mais il a été remplacé quelques jours plus tard par Henry Ariel. En fait, ce dernier avait été annoncé comme étant  le nouveau premier ministre deux jours avant l'attentat. Il est important de noter qu'au début du mois de septembre 2021, un procureur général a été licencié quelques heures après avoir demandé au juge chargé de l'enquête sur le meurtre de Moïse d'inculper Ariel en tant que suspect. En ce qui concerne les élections, Ariel avait initialement annoncé des élections présidentielles et législatives en novembre 2021. Néanmoins, il les a annulées fin septembre 2021, après avoir démis les neuf membres du conseil électoral du pays. En raison de l'absence d'élections, le Parlement haïtien n’a plus aucun député depuis janvier 2020, et seuls 10 des 30 sénateurs sont encore en fonction (Moïse avait gouverné par décret). La nouvelle élection devrait avoir lieu après un référendum qui est prévu dans les premiers mois de 2022 sur une réforme constitutionnelle. Celle-ci comprendrait la création d'une législature monocamérale et la suppression du poste de premier ministre au profit d'un vice-président. Entre-temps, depuis la mort de Moïse et le tremblement de terre d'août 2021, les gangs armés ont encore gagné du terrain dans tout le pays. En octobre 2021, 17 missionnaires chrétiens nord-américains et leurs familles ont été kidnappés dans la capitale Port-au-Prince. Enfin, avec l'aggravation de la situation humanitaire du pays, l’émigration a fortement augmenté. En septembre 2021, les États-Unis ont expulsé environ 7 000 Haïtiens qui avaient tenté d'entrer dans le pays par le Mexique.

 

Dernière mise à jour : Février 2022

Haut de page