Les études économiques et analyses risques pays et risques sectoriels Coface
Taïwan

Taïwan

Population 23,6 millions
PIB par habitant 25 873 $US
A2
Evaluation des risques pays
A1
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2018 2019 2020 (e) 2021 (p)
Croissance PIB (%) 2,7 2,7 3,0 3,0
Inflation (moyenne annuelle, %) 1,5 0,5 -0,1 1,0
Solde public / PIB (%) -1,9 -1,8 -4,5 -3,0
Solde courant / PIB (%) 11,6 10,8 9,5 9,7
Dette publique / PIB (%) 32,0 30,9 33,5 33,7

(e) : Estimation (p) : Prévision

POINTS FORTS

  • Une position financière extérieure solide
  • Soutien à la R&D par le biais des dépenses publiques
  • Consensus sur les acquis démocratiques
  • 4ème producteur mondial d'électronique
  • Portefeuille diversifié d'IDE en Asie

POINTS FAIBLES

  • Exposition à la demande de la Chine continentale et des États-Unis
  • Stagnation de la croissance des salaires et faible productivité du travail
  • Manque de compétitivité du secteur des services
  • Le déficit d'infrastructures par rapport aux autres économies asiatiques avancées
  • Isolement sur la scène diplomatique internationale

Appréciation du risque

Une croissance forte et soutenue et la pandémie sous contrôle

La croissance devrait s’accélérer en 2021 grâce aux premiers succès de Taïwan dans la lutte contre la pandémie. En effet, Taïwan fait partie des rares pays qui ont réussi à contrôler la pandémie grâce à une réponse rapide et à une bonne coordination centralisée. Le pays a fait appel au Centre de commandement central des épidémies (CECC) en janvier 2020, qui a pour mission de coordonner les ministères et les agences gouvernementales, et de gérer les tests, la quarantaine et la recherche des cas contacts. Cela a apaisé les inquiétudes quant à la possibilité d’une deuxième vague et, parallèlement aux mesures de relance budgétaire (6 % du PIB) en 2020, a stimulé la confiance des consommateurs et continuera à soutenir la consommation intérieure (48 % du PIB) en 2021. L’inflation augmentera dans le sillage de l’amélioration de la demande intérieure. Du point de vue extérieur, les exportations (70 % du PIB) devraient rester solides grâce à la forte demande de produits de haute technologie et de composants électroniques (semi‐conducteurs). Les frictions entre les États‐Unis et la Chine et la pandémie ont stimulé les exportations de puces de Taïwan. Les investissements (22 % du PIB) resteront importants et seront soutenus par le transfert d’activité vers Taïwan et une industrie des semi‐conducteurs florissante. Alors que les tensions commerciales entre les États‐Unis et la Chine ne devraient pas s’atténuer et se sont accélérées avec la répression américaine contre Huawei Technologies et d’autres fabricants chinois, les entreprises taïwanaises, en particulier celles du secteur technologique (Quanta, Innolux), continueront probablement à délocaliser leurs activités de la Chine vers leur pays d’origine afin d’éviter les droits de douane américains et la hausse du coût de la main‐d’œuvre. Cette démarche est encouragée par les autorités taïwanaises qui ont mis en place des mesures d’incitation à l’investissement en 2019.

 

Des comptes extérieurs solides

Le budget 2021 augmentera de 4 % pour soutenir les politiques de protection sociale et de défense. Dans ce domaine, les dépenses devraient augmenter de 10 % dans le cadre du budget 2021, pour atteindre 3 % du PIB, à des fins de sécurité nationale, alors que les exercices militaires de la Chine se rapprochent de Taïwan en septembre. Le déficit budgétaire devrait se réduire, mais restera supérieur à son niveau d’avant la crise, grâce à l’amélioration de la collecte des impôts après le ralentissement de la croissance à cause de la pandémie. Cela a entraîné à une augmentation des dépenses publiques dans le cadre de mesures fiscales à hauteur de 5,5 % du PIB avec l’objectif de soutenir la croissance en 2020, ainsi que de prêts à des taux préférentiels de la banque centrale, prolongés jusqu’en 2021 pour les entreprises touchées par la pandémie.

Pour ce qui est des comptes extérieurs, la balance courante restera excédentaire grâce à un important excédent commercial. Les exportations de produits électroniques, tels que les semi‐conducteurs, ont progressé sous l’impulsion de la forte demande mondiale pour les technologies 5G et les dispositifs de télétravail. Par la suite, la demande extérieure sera encore stimulée par un rebond de l’activité économique mondiale en 2021, qui a commencé par celle connue par des partenaires commerciaux clés tels que la Chine. Cela dit, les importations devraient augmenter plus rapidement sous l’effet d’une reprise de la demande intérieure, ce qui pourrait légèrement renforcer l’excédent de la balance courante. Taïwan est la cinquième économie créancière, avec une position extérieure nette de 200 % du PIB et un stock d’actifs nets étrangers d’une valeur de 2 300 milliards de dollars qui génère de solides revenus. En outre, le revenu primaire a affiché un fort excédent en 2020 grâce à une augmentation des revenus des résidents générée par les IDE. Cet environnement devrait se renforcer grâce à la « nouvelle politique de rapprochement avec le Sud » adoptée par le gouvernement depuis 2016, qui vise à renforcer les liens avec les membres de l’ANASE, l’Asie du Sud, l’Australie et la Nouvelle‐Zélande. Le niveau de la dette extérieure (30 % du PIB, mais intégralement privée) ne compromet pas la stabilité de la position extérieure de l’île.

 

Des tensions croissantes avec la Chine, mais un modèle de gestion de la pandémie pour le monde entier

Le candidat indépendantiste Tsai Ing‐wen a été réélu pour un second mandat grâce à une victoire écrasante lors de l’élection présidentielle de janvier 2020, dans le sillage d’un fort sentiment anti‐Pékin après des mois de troubles sociaux à Hong Kong. Les relations avec la Chine continentale se sont détériorées depuis l’arrivée au pouvoir du Parti progressiste démocratique (DPP) de Tsai en 2016. Le DPP du Tsai est resté ferme dans sa conviction qu’il ne rejoindra pas le « Consensus de 1992 » qui régit les relations entre les deux rives du détroit, en opposition au principe d’« une seule Chine ». En conséquence, la Chine a eu recours à des mesures économiques et à une intensification des exercices militaires pour faire pression sur Taïwan. Malgré tout, il est peu probable que le Président appelle à un référendum sur une déclaration officielle d’indépendance, préférant le statu quo. Sur le plan international, Taïwan est un modèle pour sa gestion efficace de la pandémie aux yeux du monde entier, sans recevoir aucune aide de l’Organisation mondiale de la santé, puisque la Chine insiste pour que Taïwan soit sous sa juridiction. Cela pourrait accélérer la reconnaissance et la visibilité de Taïwan en tant que pays sur la scène diplomatique internationale, statut que seuls 15 pays lui reconnaissent.

 

Dernière mise à jour : Mars 2021

Haut de page