Les études économiques et analyses risques pays et risques sectoriels Coface
Taïwan

Taïwan

Population 23,6 millions
PIB par habitant 25 008 $US
A3
Evaluation des risques pays
A1
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2017 2018 2019 (e) 2020 (p)
Croissance PIB (%) 3,3 2,8 2,5 0,0
Inflation (moyenne annuelle, %) 1,1 1,5 0,8 1,1
Solde public * / PIB (%) -0,1 0,8 -0,7 -0,9
Solde courant / PIB (%) 14,5 12,2 11,5 10,7
Dette publique / PIB (%) 35,5 35,1 33,6 32,3

(e) : Estimation. (p) : Prévision. *Année fiscale d’octobre 2019 à septembre 2020 (dons inclus dans le budget).

POINTS FORTS

  • Situation financière extérieure solide
  • Soutien à la R&D par les dépenses publiques
  • Consensus sur les réalisations démocratiques
  • 4e producteur mondial d’électronique
  • Portefeuille diversifié d’IDE en Asie

POINTS FAIBLES

  • Exposition à la demande de la Chine continentale et des États-Unis
  • Croissance des salaires en stagnation et faible productivité du travail
  • Manque de compétitivité du secteur des services
  • Retard en matière d’infrastructures par rapport à d’autres économies asiatiques avancées
  • Isolement croissant sur la scène diplomatique internationale

Appréciation du risque

La croissance ralentit mais devrait rester robuste

La croissance devrait ralentir légèrement en 2020, en raison de la baisse de la demande extérieure dans un contexte de tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine. La part de Taïwan dans les exportations vers les États-Unis a augmenté. Toutefois, les exportations globales se sont contractées en moyenne de - 2,6 % en glissement annuel au cours des neuf premiers mois de 2019. Les exportations devraient rester fragiles malgré l’annonce de l’accord commercial partiel en décembre 2019 entre les États-Unis et la Chine, puisque les taxes existantes devraient continue à exercer une pression sur la demande mondiale. Taïwan est intégrée dans la chaîne de valeur chinoise, ses exportations étant principalement composées de produits intermédiaires. L’inflation restera modérée en 2020, en raison de la baisse des prix des principales importations, telles que les produits de base et les semi-conducteurs. Cela contribuera à relancer la consommation privée, qui restera néanmoins modérée. La hausse de 5 % du salaire minimum, mise en œuvre au début de 2018, a contribué à stimuler la consommation, mais les effets de base, conjugués à une plus grande incertitude quant à l’affaiblissement de la demande extérieure, limiteront toute perspective d’amélioration. En outre, la Chine a suspendu les voyages touristiques indépendants à Taïwan dans un contexte de détérioration des relations entre les deux rives du détroit, une tendance qui devrait se poursuivre en 2020 en raison de l’élection présidentielle.

 

Les dépenses gouvernementales ont augmenté avant l’élection présidentielle du 11 janvier. Elles vont toutefois baisser en raison des effets de base et des retards budgétaires consécutifs aux élections de 2020. Les dépenses d’infrastructure contribueront à amortir cette baisse, car elles ont déjà été approuvées par le législateur dans le cadre de la phase II du Plan national de développement des infrastructures (2017/2025). En outre, l’investissement privé devrait augmenter, les entreprises taïwanaises détournant la production de la Chine vers Taïwan, en raison des perturbations liées à la guerre commerciale et de l’augmentation des coûts liés à la main-d’œuvre.

 

Solidité des comptes internes et externes

Les investissements dans les infrastructures, qui sont axés sur la modernisation du réseau ferroviaire et de la distribution d’eau, ainsi que sur le développement des énergies renouvelables, devraient être réalisés d’ici 2025. Les dépenses de défense ont augmenté de 8.3 % en 2019, soit 3 % du PIB, et cette hausse s’accélérera encore en 2020. Il s’agit d’une mesure préventive avant les élections présidentielles aux États-Unis (une administration démocrate pourrait en effet mettre un terme aux ventes de matériel militaire à destination de Taïwan). Le léger déficit budgétaire n’est pas préoccupant car les réformes fiscales de 2018 devraient contribuer à dégager de nouvelles recettes, tandis que les dépenses supplémentaires restantes seront partiellement financées par l’émission d’obligations souveraines. La dette publique, presque entièrement libellée en nouveaux dollars taïwanais et détenue par des investisseurs nationaux, restera à un niveau modéré.

 

En ce qui concerne les comptes extérieurs, la balance courante pourrait se détériorer légèrement, mais restera excédentaire en raison d’un excédent commercial important. Les exportations ont ralenti en raison d’un environnement extérieur plus difficile, mais la croissance des importations restera modérée en raison de la faiblesse des prix des matières premières (pétrole et semi-conducteurs). Taïwan est la cinquième économie créditrice, avec une position extérieure nette de 200 % de son PIB et un stock d’actifs nets étrangers d’une valeur de 1 300 milliards USD. Cet environnement pourrait se renforcer grâce à la « Nouvelle politique pour le Sud » du gouvernement, qui vise à renforcer l’intégration économique de Taïwan avec les économies de l’Asie du Sud-Est. Le niveau de la dette extérieure (33 % du PIB) ne compromet pas la stabilité de la position extérieure de l’île.

 

Des relations tendues avec la Chine, mais une image internationale plus favorable

Les relations avec la Chine continentale se sont détériorées depuis l’arrivée au pouvoir du président Tsai Ing-wen et de son Parti démocratique progressiste (DPP) en 2016. En effet, le DPP a adopté une position plus dure et refuse de se joindre au consensus de 1992 qui régit les relations entre les deux rives du détroit de Formose et reconnaît le principe « une seule Chine ». Malgré la perte de 15 villes et comtés sur un total de 22 lors des élections locales de 2019, la popularité du président Tsai Ing-wen a fortement augmenté dans les mois qui ont précédé les élections présidentielles du 11 janvier 2020, en réponse à l’évolution de la situation de son voisin, Hong Kong. Son adversaire, Han Kuo-Yu du Kuomintang, est en faveur de Pékin, et les électeurs taïwanais se sont peut-être sentis contrariés par cette position. Malgré les pressions, il est peu probable que le président demande la tenue d’un référendum sur une déclaration officielle d’indépendance et qu’il lui préfère le statu quo.
Kiribati et les Îles Salomon ont cessé de reconnaître Taïwan comme un pays souverain en faveur de la Chine continentale en septembre 2019, ce qui signifie que Taïwan n’entretient des relations diplomatiques complètes qu’avec 16 pays (dont neuf sont en Amérique latine). Malgré un isolement croissant sur la scène diplomatique internationale, l’image de Taïwan s’est améliorée, le nombre d’étrangers cherchant à obtenir un permis de séjour augmentant fortement (30 % d’augmentation en un an rien qu’en provenance de Hong Kong). Taïwan a également été le premier pays d’Asie à légaliser le mariage homosexuel en 2019, et Taipei s’est classée première ville au monde pour les expatriés selon un sondage réalisé en 2019 par InterNations.

 

 

Dernière mise à jour : Février 2020

Haut de page