Bolivie

Amérique du Sud

PIB / Habitant ($)
3 705,3 $
Population (en 2021)
11,9 Millions

Evaluation

Risque Pays
D
Climat des affaires
B
Précédemment :
D
Précédemment :
B

suggestions

Résumé

Points forts

  • Importantes ressources minérales (gaz, pétrole, zinc, argent, or, lithium, étain, manganèse) et agricoles (soja, quinoa).
  • 15ème exportateur mondial de gaz naturel
  • Membre de la Communauté andine et membre associé du Mercosur
  • Potentiel touristique
  • Monnaie ancrée au dollar américain

Points faibles

  • Économie peu diversifiée, dépendante du gaz, dont la production décroît
  • Faible développement du secteur privé et forte dépendance à l'égard du secteur public
  • Pays enclavé
  • Secteur informel important (3/4 des entreprises et 60% des ménages)
  • Environnement des affaires médiocre
  • Insécurité, trafic de drogue, corruption
  • Risques de troubles sociaux, pays fortement polarisé
  • Accès limité aux financements extérieurs
  • Violations des droits de l'homme
  • Risque potentiel de crise de la balance des paiements et/ou de la dette en cas d'abandon de l'ancrage de la monnaie et de retards dans l'ajustement

Echanges commerciaux

Export des biens en % du total

Inde
17%
Brésil
14%
Argentine
13%
Europe
7%
Japon
7%

Import des biens en % du total

Chine 20 %
20%
Brésil 15 %
15%
Argentine 13 %
13%
Chili 11 %
11%
États-Unis d'Amérique 9 %
9%

Perspectives

Cette rubrique est un véritable outil pour le directeur financier ou le credit manager dans l'entreprise. Elle informe sur les moyens de paiement à utiliser et sur la façon de mener des actions de recouvrement.

Ralentissement de l'activité et crise de confiance dans la monnaie

En 2023, l'économie devrait croître à un rythme plus lent. La consommation des ménages devrait tirer la croissance dans un contexte d'inflation durablement modérée. Les pressions sur les prix à la consommation ont été contenues grâce à l'arrimage du boliviano à l'USD, aux subventions et au contrôle des prix des denrées alimentaires et des carburants. Néanmoins, les réserves de devises étrangères du pays s'assèchent rapidement, ce qui risque de ne pas laisser aux autorités monétaires d'autre choix que d'abandonner l'ancrage au dollar, ce qui entraînerait une dépréciation importante du BOB et, par conséquent, une forte hausse des prix à la consommation. Parallèlement, la croissance des exportations s'essoufflerait en raison de l'affaiblissement de l'activité avec ses principaux partenaires commerciaux (à savoir le Brésil et l'Argentine) et d'un certain tassement des prix des produits agricoles et des hydrocarbures minéraux (qui représentent respectivement 28 %, 10 % et 52 % des ventes à l'étranger en 2022). Cette situation devrait perdurer malgré les efforts du gouvernement pour stimuler les exportations de gaz naturel par le biais du décret n° 4794 de septembre 2022, qui plafonne l'utilisation du gaz pour alimenter les opérations sur site des destinataires industriels. Ce décret vise à éviter une forte détérioration de la balance du commerce extérieur de l'énergie, étant donné que la production nationale d'hydrocarbures a diminué ces dernières années. En outre, la croissance des investissements publics sera limitée par la marge de manœuvre budgétaire restreinte, tandis que des conditions d'emprunt mondiales plus strictes freineront les investissements privés. Bien que la Bolivie abrite les plus grandes réserves de lithium du monde, celles-ci restent sous-explorées et inexploitées. En janvier 2023, le gouvernement a signé un accord avec un consortium, comprenant le producteur chinois de batteries Contemporary Amperex Technology Co, pour aider à exploiter les importantes réserves du pays.

Un assainissement budgétaire lent et un déficit extérieur attendu

Le solde budgétaire restera profondément déficitaire, même s'il devrait s'améliorer légèrement en 2023. Les recettes fiscales devraient connaître une augmentation limitée, car la contribution positive d'une certaine croissance économique sera partiellement atténuée par des prix moyens des produits de base relativement plus faibles et une production de gaz en baisse. En outre, les subventions encore élevées (y compris les subventions aux carburants estimées à 3,7 % du PIB) et l'augmentation des coûts d'emprunt limiteront le renforcement de l'assainissement budgétaire. Le financement du déficit repose en grande partie sur des sources nationales, notamment la banque centrale qui contribue à hauteur d'un tiers du montant, ce qui a entraîné des pressions en faveur de la dépréciation de la monnaie. Cependant, avec un taux de change fixe, la contrepartie a été l'effondrement des réserves internationales.

Le compte courant devrait devenir déficitaire en 2023, principalement en raison de la conversion de l'excédent commercial de 2022 en déficit cette année. Cette évolution s'explique par le fait que la demande intérieure décélère moins vite que celle des principaux marchés d'exportation et par la baisse relative des prix des matières premières. En outre, les envois de fonds des expatriés (3,6 % du PIB en 2021) pourraient également diminuer en raison de la détérioration progressive du marché de l'emploi dans les principaux pays d'origine des ressources (Espagne, Chili, États-Unis). En revanche, le déficit des services devrait se réduire avec la baisse du coût du fret et la poursuite de la reprise des flux touristiques (7 % du PIB avant COVID-19). En outre, le déficit des revenus primaires devrait également s'améliorer quelque peu, grâce à la diminution du rapatriement des bénéfices par les entreprises étrangères. En ce qui concerne les investissements directs étrangers, leur afflux restera entravé par la médiocrité de l'environnement des affaires. En outre, la Bolivie a enregistré des montants importants au titre d'erreurs et d'omissions dans sa balance des paiements (en moyenne 2,7 % du PIB entre 2019 et 2021). Fait important, le pays connaît une crise de confiance monétaire depuis mars 2023, lorsque les habitants ont commencé à éprouver des difficultés à se procurer des billets verts dans les banques et les bureaux de change. La banque centrale a alors commencé à vendre des USD directement au public, et les rendez-vous en ligne doivent être pris longtemps à l'avance. Dans l'ensemble, les réserves brutes de devises étrangères ont largement diminué, passant d'un pic de 15,5 milliards USD en 2014 à à peine 3,5 milliards USD en février 2023 (couvrant 3,5 mois d'importations). Plus inquiétant encore, les réserves nettes (en devises fortes) ne s'élevaient qu'à 372 millions USD, selon les derniers chiffres disponibles. Le reste est constitué de réserves d'or (2,6 milliards d'USD) et de 538 millions d'USD de droits de tirage spéciaux (DTS) du FMI. Alors que la banque centrale a cessé de publier des statistiques actualisées sur les réserves de devises étrangères depuis février dernier, les données de fin mars 2023 du FMI indiquaient que la Bolivie ne disposait plus que de 53 millions d'USD en DTS. Les récentes mesures prises par les autorités pour renforcer les réserves ne devraient apporter qu'un soulagement à court terme. En mai 2023, le Congrès a approuvé la "loi sur l'or", qui autorise la monétisation des réserves d'or. La loi permet également à l'autorité monétaire d'acheter de l'or aux coopératives minières et de le convertir en monnaie d'or ou en lingots pour le négocier sur les marchés internationaux. Parallèlement, le président Arce a également exprimé sa volonté d'utiliser le yuan chinois pour le commerce international. En ce qui concerne la dette extérieure, la capacité de la Bolivie à faire face aux paiements de la dette pourrait être mise à l'épreuve malgré sa dette publique extérieure relativement faible (30 % du PIB), qui est principalement à long terme et due à des organismes multilatéraux (20 % du PIB). Les détenteurs d'obligations privées extérieures ne représentent que 5 % du PIB et représentent un service de la dette de 300 millions USD en 2023.

Environnement politique fastidieux

Le président Luis Arce, chef du parti de gauche Movimiento al Socialismo (MAS), détient la majorité dans les deux chambres du Congrès. Néanmoins, M. Arce doit faire face à des manifestations récurrentes sur des questions sociales, à des arrestations controversées d'opposants politiques et à des affrontements fréquents entre la capitale administrative, La Paz, et le centre agricole, Santa Cruz. En outre, le MAS s'est également divisé en factions depuis mai 2022 : une faction alignée sur l'ancien président Evo Morales (2006-2019), une autre sur Arce, et une troisième liée à l'actuel vice-président David Choquehuanca. Dans l'ensemble, la fragilité persistante de l'environnement politique entrave la gouvernabilité et l'adoption de réformes.

Dernière mise à jour : septembre 2023

Autres pays avec le même niveau de risque

Découvrez comment vous protéger contre les risques de défaillance de vos clients en Bolivie

L'assurance-crédit : protection contre les impayés