Les études économiques et analyses risques pays et risques sectoriels Coface
Slovaquie

Slovaquie

Population 5,5 millions
PIB par habitant 19 344 $US
A3
Evaluation des risques pays
A2
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2018 2019 2020 (e) 2021 (p)
Croissance PIB (%) 3,8 2,3 -7,6 4,3
Inflation (moyenne annuelle, %) 2,5 2,8 1,9 1,4
Solde public / PIB (%) -1,0 -1,4 -9,3 -7,3
Solde courant / PIB (%) -0,1 -1,7 -3,6 -1,6
Dette publique / PIB (%) 49,9 48,5 62,8 64,9

(e) : Estimation (p) : Prévision

POINTS FORTS

  • Adhésion à la zone euro
  • Plate-forme de production pour les industries européennes de l'automobile et de l'électronique
  • Comptes publics et externes satisfaisants (en temps normal)
  • Système financier robuste dominé par des groupes étrangers

POINTS FAIBLES

  • Petite économie ouverte qui dépend des investissements et des marchés européens
  • Forte concentration sectorielle des exportations : automobile et électronique grand public
  • Inégalités de développement régional ; l'Est est à la traîne (infrastructures et formation)
  • Recherche et développement insuffisants ; exportations reposant sur des activités d'assemblage (faible valeur ajoutée)
  • Pénurie de main-d'œuvre qualifiée et chômage de longue durée élevé

Appréciation du risque

La reprise après une forte contraction

En 2021, l'économie slovaque devrait se redresser avec un solide taux de croissance du PIB. Toutefois, elle ne compensera pas entièrement les effets de la détérioration économique considérable causée par la pandémie de COVID-19. Les mesures de confinement ont eu un effet néfaste sur la demande intérieure qui restera faible en 2021. Cela concerne principalement les investissements en immobilisations des entreprises, car le rebond d’une situation d’incertitude et de faible utilisation des capacités ne sera pas immédiat et sera enregistré au second semestre. Une autre composante de la demande intérieure, à savoir la consommation des ménages, devrait reprendre plus rapidement, notamment grâce aux mesures d’aide du gouvernement qui limiteront la détérioration du marché du travail. En effet, le taux de chômage est passé à 7 % en octobre 2020, contre 5,7 % un an auparavant. Il existe encore de fortes disparités régionales entre l'Est et l'Ouest de la Slovaquie : cette dernière (dont la capitale Bratislava) bénéficie d'une forte concentration d'entreprises étrangères et nationales qui permet de limiter le chômage. Néanmoins, l'expiration des mesures de protection mises en œuvre sur le marché du travail (telles que le chômage partiel) devrait maintenir le chômage à des niveaux plus élevés qu'avant la pandémie, tandis que la croissance des salaires devrait être plus faible.

Le secteur manufacturier a connu une contraction importante pendant la pandémie, mais il a commencé à se redresser relativement vite. Cela vaut en particulier pour l'automobile, qui est un secteur crucial de l'économie slovaque, avec les usines de Volkswagen Bratislava, PSA Peugeot Citroën, Kia Motors et Jaguar Land Rover. Toutes ces entreprises ont fermé leurs portes pendant un certain temps au cours de la pandémie. Bien que la compétitivité de la Slovaquie soutienne la reprise du secteur, la demande automobile mondiale reste faible.

 

Les déficits publics creusés devraient s’améliorer

Le déficit public devrait se réduire en 2021 après s'être considérablement creusé du fait des mesures gouvernementales mises en œuvre en 2020. Sa réduction sera soutenue par une augmentation des droits d'accise sur le tabac et par des recettes accrues générées par l'augmentation de la consommation. Néanmoins, si la pandémie se prolonge en 2021, le gouvernement devrait maintenir des mesures de soutien qui affecteraient la situation budgétaire du pays. Le gouvernement a annoncé son intention de consacrer les recettes du fonds de relance de l'UE de prochaine génération (8,5 % du PIB) aux réformes fiscales, à l'économie verte, au marché du travail et à la durabilité sociale, à l'éducation, à la science, à la recherche et à l'innovation, à la santé, aux institutions publiques et à la réglementation, ainsi qu'à la numérisation.

Le déficit des comptes courants s'est creusé l'année dernière en raison d'un effondrement des exportations au plus fort de la pandémie. Les importations ont également diminué, mais dans une moindre mesure. La Slovaquie reste fortement dépendante des marchés extérieurs, les exportations de biens et de services atteignant 92,4 % de son PIB en 2019. En outre, les entreprises de divers secteurs sont incluses dans les chaînes d'approvisionnement mondiales et sont donc indirectement soumises à la demande mondiale. La reprise du commerce mondial en 2021, ainsi que de meilleures perspectives pour les principaux partenaires commerciaux de la Slovaquie et le secteur automobile, contribueront à améliorer la balance des opérations courantes, qui restera toutefois en territoire négatif du fait de la reprise des importations.

 

Changements sur la scène politique

Zuzana Caputova, militante anti-corruption, a prêté serment en tant que première femme présidente de la Slovaquie en 2019. Elle a promis de lutter contre l'impunité et de défendre la justice. Cela a tout particulièrement attiré l'attention du public après l'assassinat d'un journaliste en 2018. En effet, l'assassinat de Jan Kuciak - qui enquêtait sur des affaires de corruption de haut niveau - et de sa fiancée à leur domicile a déclenché des protestations de masse dans les rues. Les dernières élections parlementaires ont eu lieu en février 2020, quelques jours seulement avant que le premier cas de coronavirus soit diagnostiqué en Slovaquie. Le parti anticorruption, le parti des gens ordinaires et des personnalités indépendantes (OL'aNO), a remporté les élections. Succédant au précédent gouvernement dirigé par Peter Pellegrini, un gouvernement de coalition quadripartite de centre-droit dirigé par Igor Matovic a prêté serment à la fin du mois de mars 2020. Au cours de l'année 2020, il y a eu une série d'arrestations (y compris d'anciens hauts fonctionnaires de police) liées à l'assassinat de Kuciak.

 

Dernière mise à jour: Février 2021

Haut de page