Lituanie

Europe

PIB / Habitant ($)
24988,7 $
Population (en 2021)
2,8 Millions

Evaluation

Risque Pays
A4
Climat des affaires
A1
Précédemment :
A4
Précédemment :
A1

suggestions

Résumé

Points forts

  • En temps normal, des comptes publics et extérieurs sains
  • Système bancaire dominé par trois établissements scandinaves
  • Diversification de l'approvisionnement énergétique (terminal gazier de Klaipeda, potentiel de gaz de schiste, liaisons électriques avec la Pologne et la Suède)
  • Membre de l'UE, de la zone euro et de l'OTAN.

Points faibles

  • Avant la guerre, la Russie était le principal partenaire commercial de la Lituanie.
  • Marché du travail tendu : diminution de la main-d'œuvre (émigration des jeunes qualifiés) et chômage structurel élevé.
  • Importante économie informelle (22 % du PIB)
  • Forte disparité des revenus entre la capitale et les régions, notamment dans le nord-est, où la pauvreté persiste
  • Valeur ajoutée limitée des exportations (produits minéraux, bois, agroalimentaire, meubles, équipements électriques)

Echanges commerciaux

Export des biens en % du total

Lettonie
13%
Pologne
9%
Allemagne
8%
Russie (Fédération de)
6%
Estonie
6%

Import des biens en % du total

Pologne 12 %
12%
Allemagne 12 %
12%
Lettonie 8 %
8%
États-Unis d'Amérique 7 %
7%
Suède 5 %
5%

Perspectives

Cette rubrique est un véritable outil pour le directeur financier ou le credit manager dans l'entreprise. Elle informe sur les moyens de paiement à utiliser et sur la façon de mener des actions de recouvrement.

Freinage de la dynamique de la conjoncture

L'économie lituanienne connaissait une forte croissance. Cependant, avec l'invasion de l'Ukraine par la Russie, les perspectives ont brusquement changé. La Russie était le principal partenaire commercial de la Lituanie, représentant 10,8 % de ses exportations (TOP 1, en 2021) et 12,1 % de ses importations (TOP 2). Ces flux commerciaux sont désormais affectés par des sanctions et des interdictions d'échanges. Il en va de même pour le Belarus, qui était, du côté des importations, le TOP 9 des partenaires commerciaux de la Lituanie (3,5% de toutes les importations de marchandises en 2021) et, du côté des exportations, le TOP 11 des destinations d'exportation (3,0%). La plus grande partie des importations en provenance de Russie était constituée de pétrole et de gaz naturel. En effet, en 2021, la Russie représentait 40 % de toutes les importations de gaz naturel et 83 % de toutes les importations de pétrole et de produits pétroliers raffinés du pays balte. Néanmoins, la Lituanie a été le premier pays de l'UE à arrêter toutes les importations d'énergie en provenance de Russie à la mi-mai 2022. La raison principale en est le terminal GNL situé sur la côte à Klaipeda et le pipeline de Klaipeda vers l'intérieur du pays, qui ont permis à la Lituanie de diversifier ses sources de gaz.

Cependant, l'indépendance énergétique vis-à-vis de la Russie a eu un prix élevé. En raison de la flambée des prix de l'énergie et des denrées alimentaires, l'inflation a atteint, au début de l'automne 2022, 24 % en glissement annuel, soit le niveau le plus élevé de tous les pays de la zone euro. Pour la Lituanie, il s'agit du niveau d'inflation le plus élevé depuis 1996. On s'attend à ce que les prix à la consommation augmentent encore au cours de l'année 2023, mais à un rythme plus lent qu'en 2022. Par conséquent, le taux d'inflation devrait diminuer sensiblement, mais rester à un niveau très élevé.

L'explosion des prix à la consommation a considérablement amputé le pouvoir d'achat des consommateurs, la consommation privée (62% du PIB nominal) ainsi que les investissements privés (22% du PIB) diminuant fortement en 2022. En 2023, la diminution de l'épargne et la hausse des taux d'intérêt auront un impact négatif sur les deux. Dans cet environnement, la consommation privée pourrait rester un peu plus robuste que les investissements, étant donné la situation très positive du marché du travail. Avec un taux de chômage d'environ 8,3 % à la fin de 2022, le chômage est même inférieur au niveau pré-pandémique. Cela pourrait soutenir la confiance des consommateurs. Le niveau des taux d'intérêt dépendra fortement de la politique monétaire de la BCE. La banque centrale a déjà augmenté ses taux d'intérêt de 250 points de base à 2,5 % pour le taux de refinancement principal jusqu'à la fin de 2022. D'autres hausses de taux sont prévues jusqu'à 3,50 à 4,0 % à la fin de 2023. En outre, à partir de mars 2023, le bilan de la BCE sera réduit de 15 milliards d'euros par mois. d'euros par mois. À partir de la fin du deuxième trimestre, cette réduction mensuelle sera augmentée. Le commerce extérieur (les exportations représentent 92 % du PIB, les importations 84 %) pèsera également sur la croissance économique. Bien que la Lituanie ait réaffecté et diversifié ses relations commerciales au cours de l'été dernier, ses principales destinations d'exportation sont la Lettonie, l'Allemagne et la Pologne, où la demande devrait diminuer au cours de l'hiver, puis se redresser lentement au cours du second semestre. Un certain soutien, cependant, viendra du gouvernement. Tout d'abord, le Fonds de relance de l'UE (NextGenerationEU) réserve 2,2 milliards d'euros de subventions (4,5 % du PIB) à la Lituanie entre 2021 et 2026. Cela permettra de soutenir les programmes d'infrastructure à plus long terme. En outre, le gouvernement a pris pour 2022 et 2023 plusieurs mesures (4,1 % du PIB) pour aider les ménages et les entreprises privées à faire face à la forte inflation. Cela devrait soutenir l'économie, notamment pendant les mois d'hiver.

Le déficit budgétaire augmente, le déficit de la balance courante diminue

Le déficit public s'est quelque peu creusé en 2022 en raison des mesures de soutien à l'inflation mais aussi des dépenses élevées pour soutenir les réfugiés ukrainiens. Ces deux facteurs devraient se maintenir, voire augmenter, en 2023. Si l'on ajoute à cela la baisse des recettes fiscales due au ralentissement de la croissance économique, le déficit dépassera la ligne de Maastricht de 3 %. La dette publique devrait donc augmenter en 2023 mais rester inférieure au niveau pandémique. La balance courante est devenue déficitaire en 2022 en raison du changement de la structure des échanges, notamment avec la Russie, et des prix extrêmement élevés des importations d'énergie. En 2023, les échanges de biens de la Lituanie devraient être plus diversifiés, ce qui devrait améliorer quelque peu la balance commerciale et, par conséquent, la balance courante.

Le soutien du public va et vient

Depuis octobre 2020, le Premier ministre Ingrida Šimonyt? du parti conservateur " Union pour la patrie " (50 sièges sur 141 au parlement) dirige une coalition avec le Mouvement libéral (12 sièges) et le Parti de la liberté (11 sièges). Le gouvernement (en particulier l'Union pour la Patrie) a perdu un certain soutien dans la population après la gestion non optimale des flux migratoires en provenance du Bélarus au milieu et à la fin de 2021. Cependant, avec le début de la guerre en Ukraine au printemps 2022, le gouvernement a regagné une partie de sa popularité, car l'ennemi commun a ramené la cohésion dans la population ainsi qu'entre les partis au Parlement. En raison de sa frontière commune avec la Biélorussie et de l'exclave russe de Kaliningrad, la Lituanie est confrontée à un problème de sécurité géopolitique de taille. L'appartenance à l'UE et à l'OTAN limite la menace d'une confrontation militaire, mais la Lituanie maintient une position très hostile à la Russie et a même interdit le transit de certaines marchandises vers Kaliningrad dans le cadre des sanctions de l'UE en juin 2022. Cette position pourrait entraîner des mesures de rétorsion de la part de la Russie, par exemple des sanctions commerciales ou des cyberattaques.

Dernière mise à jour :février 2023

Autres pays avec le même niveau de risque

Découvrez comment vous protéger contre les risques de défaillance de vos clients en Lituanie

L'assurance-crédit : protection contre les impayés