Cambodge

Asie

PIB / Habitant ($)
1 801,9 $
Population (en 2021)
15,9 Millions

Evaluation

Risque Pays
C
Climat des affaires
B
Précédemment :
C
Précédemment :
B

suggestions

Résumé

Points forts

  • Soutien financier provenant de bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux
  • Secteur touristique dynamique et à fort potentiel
  • Intégration régionale croissante (ASEAN, RCEP, accord de libre-échange avec la Chine)
  • Population jeune (50% de la population a moins de 22 ans)

Points faibles

  • La part élevée de l'agriculture dans l'emploi et le PIB rend l'économie vulnérable aux conditions climatiques.
  • Dépendance à l'égard des financements chinois, ainsi que multilatéraux concessionnels, en raison de la faiblesse des ressources fiscales (poids très important de l’économie informelle)
  • Dépendance du tourisme chinois, et de l’habillement et de l’électronique à destination des Etats-Unis
  • Réseaux d'électricité et de transport sous-développés
  • Exportations textiles à faible valeur ajoutée en raison d’un manque de main-d'œuvre qualifiée
  • Dépendance aux importations énergétiques, en biens d’équipement et biens intermédiaires
  • Importantes lacunes en matière de gouvernance, niveaux élevés de corruption
  • Capacité limitée dans le seul port maritime international de Sihanoukville

Echanges commerciaux

Export des biens en % du total

États-Unis d'Amérique
40%
Europe
16%
Vietnam (République socialiste du)
10%
Chine
5%
Japon
5%

Import des biens en % du total

Chine 33 %
33%
Vietnam (République socialiste du) 13 %
13%
Thaïlande 12 %
12%
Singapour 10 %
10%
Suisse 5 %
5%

Perspectives

Cette rubrique est un véritable outil pour le directeur financier ou le credit manager dans l'entreprise. Elle informe sur les moyens de paiement à utiliser et sur la façon de mener des actions de recouvrement.

La croissance sera principalement tirée par l'activité intérieure

La croissance économique du Cambodge a été globalement stable en 2023. Malgré des vents contraires extérieurs se traduisant par une faiblesse des exportations de biens, le dynamisme de la consommation privée et la reprise du tourisme (26 % du PIB en 2019 contre 10 % en 2022) ont tiré l'activité. En 2024, la croissance devrait s'accélérer modérément. La consommation des ménages (66% du PIB) devrait rester robuste dans un contexte d'inflation modérée et de résilience des transferts de fonds, qui proviennent essentiellement de Thaïlande. Les services tels que les transports et l'hôtellerie bénéficieront de la reprise continue du secteur du tourisme avec le retour, bien que progressif, des touristes chinois. Avant la pandémie, ils étaient la première source d'arrivées de touristes internationaux et représentaient 36 % du total. Les exportations de vêtements, chaussures et accessoires de voyage - qui représentent 57% des exportations cambodgiennes - ont baissé de 19% en glissement annuel au premier semestre 2023. Elles devraient rester atones en 2024 dans un contexte mondial durablement morose. Plus précisément, le ralentissement de la croissance économique aux États-Unis, première destination des exportations cambodgiennes, pèsera sur ses expéditions de vêtements. Après avoir connu des difficultés à la suite de la pandémie en raison du coût élevé des matières premières et de la hausse des taux d'intérêt, le secteur de la construction (15 % du PIB) a commencé à montrer quelques signes de reprise en 2023. Bien que les importations de ciment et de matériaux de construction soient encore en baisse au premier semestre 2023, reflétant la faiblesse de l'activité de construction, le secteur a vu les investissements approuvés augmenter de 130 % en glissement annuel au deuxième trimestre de l'année, ce qui laisse présager une amélioration prochaine de l'activité de construction. La construction bénéficie de l'attention portée par le gouvernement cambodgien au développement des infrastructures, qui vise à faire de la ville un centre de transport régional. Financés par des investissements étrangers, principalement en provenance de Chine, les projets en cours comprennent la construction de l'aéroport international Techo Takhmao, qui devrait être opérationnel en 2025. Malgré les risques de réduction de la production dus à El Nino, le secteur agricole (22 % du PIB et 39 % de l'emploi) devrait rester robuste grâce à un meilleur accès aux marchés régionaux et aux récents accords de libre-échange (l'ALE Chine-Cambodge et le RCEP sont entrés en vigueur en janvier 2022, et l'ALE Corée-Cambodge en décembre 2022).

En tant qu'économie fortement dollarisée, la Banque nationale du Cambodge (BNC) restera sous la pression de la politique monétaire de la Fed. Les taux d'intérêt américains devant rester élevés tout au long de l'année 2024, la BNC pourrait continuer à intervenir sur les marchés des changes pour soutenir l'ancrage géré du riel à l'USD.

Réduction progressive des déficits jumeaux en 2024

Le gouvernement a prévu une consolidation fiscale à partir de 2024. Dans ce contexte, le déficit public devrait se réduire grâce à une diminution des dépenses. Avec l'augmentation annoncée des dépenses en capital, axées sur la compétitivité, l'expansion des infrastructures et le développement d'une économie numérique, la réduction proviendrait probablement d'une diminution des dépenses courantes non nécessaires. L'augmentation des recettes contribuera également à réduire le déficit public grâce à une croissance économique plus forte et à l'introduction d'une taxe sur les plus-values (à 20 %). Bien que la dette publique soit presque exclusivement externe et libellée en devises étrangères, les risques restent gérables. Le niveau de la dette publique est modéré et comprend principalement des échéances à moyen et long terme, en plus d'être hautement concessionnel, avec environ 45% de dons. La situation de la dette du secteur privé - principalement en USD - est plus préoccupante (180 % du PIB à la fin de 2022). Les autorités ont progressivement levé les mesures d'abstention à partir de 2022, faisant de cet endettement élevé une menace potentielle pour les institutions financières. Les NPL représentaient 2,9 % du total en 2022, contre 1,8 % en 2021, et cette part devrait avoir augmenté depuis.

Grâce à la reprise continue du tourisme, à la vigueur des envois de fonds et à l'effondrement des importations d'or (16 % des importations totales en 2022), le déficit de la balance courante s'est réduit en 2023 et devrait poursuivre sa tendance à la baisse en 2024. Toutefois, il restera substantiel en raison du déficit du commerce des biens et du rapatriement des bénéfices à l'étranger. Le financement de projets et l'IDE, ainsi que l'aide financière extérieure (notamment de la BAD), devraient couvrir le déficit. Les réserves de change restent suffisantes et représentaient environ 7 mois d'importations en juin 2023.

Un nouveau Premier ministre, mais avec probablement les mêmes politiques

Lors des élections nationales de juillet 2023, le Parti du peuple (CPP), dirigé par le Premier ministre Hun Sen, a remporté une écrasante majorité des sièges à l'Assemblée nationale (120 sur 125). Condamnée par les États-Unis, l'Union européenne et les Nations unies, cette élection s'est déroulée après que l'opposant, le Candlelight Party, se soit vu interdire de se présenter. À la suite des amendements constitutionnels entrés en vigueur en 2022, qui permettent au parti disposant de la majorité des sièges de désigner directement un premier ministre, Hun Sen a nommé son fils Hun Manet au poste de premier ministre. Ce dernier, âgé de 45 ans, a officiellement prêté serment en août pour un mandat de cinq ans après avoir remporté un vote de confiance au Parlement. Cette nomination met fin à un règne de près de quatre décennies de l'ancien commandant militaire des Khmers rouges. Toutefois, Hun Sen continuera d'influencer la scène politique nationale. Il a déclaré qu'il pourrait reprendre le poste de Premier ministre pour assurer la stabilité de la passation des pouvoirs si nécessaire. Surtout, il reste président du PPC et a été nommé président du Conseil privé suprême auprès du roi. Il a également annoncé qu'il deviendrait président du Sénat après les élections prévues en février 2024. Aucun changement majeur n'est attendu de l'accession au pouvoir de Hu Manet, que ce soit sur le plan intérieur ou en termes de politique étrangère. À cet égard, il prévoit de poursuivre une politique étrangère multilatérale et équilibrée, en mettant l'accent sur la région de l'ANASE. Il devrait donc conserver des liens étroits avec la Chine, dont le Cambodge est fortement tributaire. Pékin a représenté plus de la moitié des entrées d'IDE en 2022 (52 %) et constitue le premier créancier du gouvernement cambodgien, avec 37 % de la dette publique due à la Chine. Les relations avec les États-Unis ont été affaiblies par la condamnation par Washington des atteintes à la démocratie et des violations des droits de l'homme, ainsi que de l'utilisation par l'industrie cambodgienne de l'habillement de tissus de coton provenant de la région chinoise de Xin Jiang.

Dernière mise à jour : octobre 2023

Autres pays avec le même niveau de risque

  • Cameroun

     

    C C

  • Lesotho

     

    C C

  • Serbie

     

    C C

  • Belize

     

    C C

  • Jamaïque

     

    C C

  • Angola

     

    C C

  • Albanie

    Amélioration récente

    D C

  • Algérie

     

    C C

Découvrez comment vous protéger contre les risques de défaillance de vos clients au Cambodge

L'assurance-crédit : protection contre les impayés