Les dernières Actualités et Publications de Coface, leader de mondial l'assurance-crédit.
24/09/2019
Risque pays et études économiques

Pays-Bas : Quel est le secret du commerce néerlandais ?

Netherlands: What is the secret of Dutch trade?

Hausse du protectionnisme en Chine et aux États-Unis, Brexit, réduction du commerce mondial… malgré tous les nuages qui s’amoncellent à l’horizon, l'économie néerlandaise reste étonnement dynamique.

Ancienne puissance maritime et économique mondiale dominante au XVIIe siècle, les Pays-Bas sont demeurés un acteur majeur du commerce mondial. En 2018, les Pays-Bas étaient ainsi le sixième exportateur mondial de marchandises et, si l'on considère les exportations relativement au PIB, ils étaient classés troisièmes en 2015 (juste derrière l'Irlande et la Suisse).

Cependant, les temps ont changé : l'environnement économique mondial est moins favorable et le commerce mondial a perdu de son élan. Coface prévoit une baisse du commerce mondial de 0,8% en volume sur l'ensemble de l'année 2019.

Que peut signifier pour le plus grand port d’Europe ce tassement du commerce mondial ?

Une situation enviable dans le contexte européen

En 2018, le commerce extérieur (exportations et importations de biens et services) représentait 161% du PIB aux Pays-Bas contre 50% en Allemagne. Avec les ports maritimes de Rotterdam, Amsterdam, Moerdijk, Terneuzen et plusieurs aéroports internationaux, les Pays-Bas sont particulièrement bien dotés et représentent une plate-forme logistique incontournable au cœur de l’Europe.

Dans un contexte commercial mondial qui se tend, les exportations néerlandaises semblent continuer à bien se développer avec des taux de croissance relativement élevés d'une année à l'autre par rapport aux autres pays. Ceci s’explique en partie par le maintien des cours du pétrole à un niveau assez élevé, le pétrole brut et le gaz représentant une part importante des exportations produites au pays, mais également par le fait que la compétitivité prix de l'économie néerlandaise s'est accrue au cours des dernières années. Les coûts de main-d'œuvre ont sensiblement diminué en 2014 et sont restés stables depuis.

L'effet Rotterdam

En raison de la situation géographique favorable des Pays-Bas et de ses infrastructures compétitives, beaucoup de marchandises transitent via les Pays-Bas. La "réexportation" des marchandises fait partie intégrante du bilan commercial néerlandais. Même si la valeur ajoutée de ces exportations est très faible, leur volume a un impact majeur sur les statistiques commerciales - c’est ce qu’on appelle « l’effet Rotterdam ». En 2016, les exportations totales ont atteint 432,5 milliards d'euros, dont 189,1 milliards d'euros (environ 44%) issus de la réexportation. Si les Pays-Bas ont enregistré un excédent commercial de 52,1 milliards d'euros en 2016, il aurait été inférieur de 20 milliards d'euros sans les réexportations et les importations.

 De nouveaux et d'anciens obstacles se profilent à l'horizon

Les Pays-Bas sont ainsi la porte d'entrée pour le commerce de marchandises vers l'Europe, en particulier en provenance des États-Unis et de la Chine. La nouvelle politique commerciale américaine montre déjà ses effets avec un ralentissement des exportations néerlandaises vers les États-Unis depuis décembre 2018. Les droits de douane américains potentiels sur les voitures européennes représentent également une menace imminente pour les Pays-Bas.

La menace des tarifs douaniers américains n'est rien comparée aux impacts potentiels d'un "no deal" lors du Brexit. Selon CBS et l'OCDE, les entreprises néerlandaises ont réalisé un bénéfice de 25,5 milliards d'euros sur les exportations de biens et services vers le Royaume-Uni en 2018 (3,3% du PIB néerlandais), faisant du Royaume-Uni le deuxième partenaire commercial le plus important (après l'Allemagne) en valeur ajoutée. Et bien que le Royaume-Uni ne se soit pas encore retiré de l'Union Européenne, les effets du Brexit sont déjà très visibles avec la chute de la livre qui rend les produits néerlandais plus chers pour les Britanniques, ce qui réduit leur compétitivité.

Quel futur pour la dynamique néerlandaise ?

Les Pays-Bas présentent des caractéristiques uniques avec une ouverture qui les rend très vulnérables aux chocs commerciaux, mais qui leur permet en parallèle d'adapter rapidement leurs relations commerciales.

Un ralentissement du commerce mondial n'affectera pas nécessairement dans l’immédiat les données néerlandaises sur les exportations soutenues par l’effet Rotterdam, mais aussi en raison de l'indépendance croissante de la production et du commerce en Europe. La consommation et l'investissement privés sont désormais les principaux moteurs du commerce néerlandais, de sorte que même en cas de faiblesse du commerce mondial, l'économie néerlandaise peut croître.

Par conséquent, malgré ce contexte commercial mondial difficile, Coface prévoit toujours une croissance de l'économie néerlandaise de 1,7 % et 1,5 % en 2019 et 2020 respectivement, en ligne avec les taux de croissance moyens de la dernière décennie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Télécharger le communiqué : Pays-Bas : Quel est le secret du commerce néerlandais ? (125,97 kB)

Contact


Pour nous écrire, nous poser une question, ou simplement pour vous informer :

Contactez-nous au
Tel. : +33 (0)1 49 02 20 00
 
Contact Journalistes :
Agence ComCorp
Caroline Pierron
coface@comcorp.fr
01 55 01 09 88

Haut de page
  • Français