Les dernières Actualités et Publications de Coface, leader de mondial l'assurance-crédit.
01/08/2019
Publications économiques

Pays du Golfe : le resserrement des conditions de crédit des entreprises favorise l’essor d'autres sources de financement

Pays du Golfe : le resserrement des conditions de crédit des entreprises favorise l’essor d'autres sources de financement

Malgré l'amélioration des performances économiques au sein des pays du Conseil de Coopération du Golfe (CCG), les conditions monétaires et financières restent plus strictes qu'avant 2015. L'accès au financement demeure l'une des questions clés pour les entreprises, en particulier les petites et moyennes (PME). La croissance des prêts dans la région s'est quelque peu redressée, mais elle reste inférieure à sa moyenne historique.

 

 

Plusieurs facteurs y ont contribué. La normalisation de la politique de la Fed en est une autre cause, depuis son annonce en 2013, les banques centrales du CCG ont relevé leurs taux directeurs conformément à sa stratégie de sortie.

Ces conditions de crédit bancaire difficiles ont forcé les entreprises à rechercher des sources de financement alternatives au cours des dernières années, comme l'émission d'obligations et de certificats d’investissement sukuk, le financement commercial et les introductions en bourse. Mais malgré leur croissance rapide, ces différentes sources de financement ne représentent pas plus de 5 % environ du crédit bancaire habituel.

Les entreprises du CCG attendent maintenant avec impatience la politique monétaire expansionniste attendue aux États-Unis, qui devrait les aider.

La croissance des prêts est de retour, mais elle demeure modérée

Comme souvent, le principal point d'interrogation pour les banques du CCG concerne le prix du pétrole (le scénario de référence de Coface est de 65 dollars US par baril de Brent).
Compte tenu de la hausse des prix du pétrole et de l'amélioration de la croissance, les prêts au secteur privé dans l'ensemble de la région du CCG devraient augmenter de seulement 5 % en 2019, un taux nettement inférieur à la moyenne de 9 % enregistrée entre 2013 et 2015. L'enquête de l'Institut de Finance Internationale (IFI) sur les conditions de crédit bancaire fait état d'une faible croissance des prêts au cours des prochains trimestres : les banques ont continué de resserrer les conditions du crédit dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord au premier trimestre de 2019.
Les données relatives à la masse monétaire dans le CCG font apparaître la même dynamique : une croissance positive mais faible. Les politiques de la Fed et les prix du pétrole jouent un rôle important dans les conditions de liquidité du secteur bancaire du CCG. Les pays du CCG (à l'exception du Koweït) suivent un régime de taux de change fixe, rattachant leur monnaie au dollar américain.
Pour l'avenir, la nouvelle orientation de la politique monétaire américaine (sur fond de ralentissement de la croissance économique aux États-Unis) devrait soutenir la croissance du crédit dans les pays du CCG.

La reprise des prix du pétrole aide, mais la volatilité est un défi

Bien que les pays du CCG aient fait des progrès significatifs dans la diversification de leurs économies en dehors du pétrole, celui-ci représente toujours la plus grande part de leurs recettes budgétaires (en 2018, les recettes des hydrocarbures en pourcentage des recettes budgétaires totales s'élèvent à environ 70 % en Arabie Saoudite, 80 % à Oman et Bahreïn, 60 % au Koweït et au Qatar, et 55 % aux EAU).
Actuellement, le niveau plus élevé des prix du pétrole représente une sécurité pour les banques, mais la volatilité qui l'entoure demeure un risque, surtout compte tenu des décisions de certains gouvernements du CCG d'assouplir certaines mesures d'austérité budgétaire.

Les entreprises optent de plus en plus pour d'autres sources de financement

La croissance graduelle et modérée des prêts et le resserrement des conditions de liquidité par rapport à la période antérieure à 2015 ont accru l'importance des autres sources de financement pour les entreprises. L'émission d'obligations et de certificats sukuk fait partie de ce financement alternatif.
Le marché de la dette obligataire du CCG est confronté à certains défis. La poursuite des projets d'infrastructure et de construction demeure vitale, car ils constituent un pilier important de la diversification économique et soutiennent les besoins de financement des projets, au même titre que l'ouverture croissante des marchés aux investisseurs internationaux ou encore la connaissance croissante de ces instruments financiers.

 

Télécharger cette publication

Publication disponible uniquement en anglais

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Télécharger la publication : Pays du Golfe : le resserrement des conditions de crédit des entrepri... (579,71 kB)

Contact


Pour nous écrire, nous poser une question, ou simplement pour vous informer :

Contactez-nous au
Tel. : +33 (0)1 49 02 20 00
 
Contact Journalistes :
Agence ComCorp
Caroline Pierron
coface@comcorp.fr
01 55 01 09 88

Haut de page
  • Français