Hongrie

Europe

PIB / Habitant ($)
18579,0 $
Population (en 2021)
9,7 Millions

Evaluation

Risque Pays
A4
Climat des affaires
A3
Précédemment :
A4
Précédemment :
A3

suggestions

Résumé

Points forts

  • Économie diversifiée
  • Des infrastructures de qualité grâce aux fonds européens
  • Integrated within the European supply chain
  • Une main-d'œuvre formée
  • Faible imposition des entreprises
  • Comportement de paiement généralement positif

Points faibles

  • Vieillissement de la population, faible taux de natalité
  • Une économie ouverte exposée aux tendances économiques européennes
  • Disparités régionales ; manque de mobilité
  • Lacunes dans l'enseignement professionnel
  • Faibles niveaux d'innovation et de R&D, forte proportion d'intrants importés dans les exportations
  • Niveau d'endettement élevé des entreprises (bien qu'en baisse)
  • Le différend sur l'État de droit dans l'UE

Echanges commerciaux

Export des biens en % du total

Allemagne
25%
Italie
6%
Roumanie
5%
Slovaquie
5%
Autriche
5%

Import des biens en % du total

Allemagne 21 %
21%
Chine 8 %
8%
Autriche 7 %
7%
Russie (Fédération de) 7 %
7%
Slovaquie 7 %
7%

Perspectives

Cette rubrique est un véritable outil pour le directeur financier ou le credit manager dans l'entreprise. Elle informe sur les moyens de paiement à utiliser et sur la façon de mener des actions de recouvrement.

L'inflation élevée pèse sur la croissance

Les conséquences de la faiblesse de l'activité économique qui s'est matérialisée avec la récession et qui a commencé au second semestre 2022 et s'est poursuivie en 2023, se répercuteront en 2024. La période prolongée d'inflation élevée a érodé le revenu disponible et contribue à la baisse de la consommation des ménages. Le taux d'inflation en Hongrie a atteint le niveau le plus élevé de l'Union européenne et a dépassé 25 % au premier trimestre 2023. Malgré les mois précédents qui ont permis un processus de désinflation progressive, les prix à la consommation étaient encore 20 % plus élevés en juin 2023 qu'un an auparavant. Les raisons de l'accélération des prix sont similaires à celles d'autres pays - l'augmentation des coûts de l'énergie importée et d'autres conséquences économiques de la guerre en Ukraine. De même, les prix relativement bas des matières premières ont eu un impact réduit sur l'inflation, cette dernière subissant des augmentations de prix globales qui se sont propagées à d'autres parties de l'économie, comme le confirment les niveaux élevés de l'inflation de base qui dépassait encore 20 % en juin 2023. Néanmoins, l'inflation hongroise comporte également des spécificités : l'assouplissement des plafonds de prix de l'énergie l'a fortement accélérée, tandis que les plafonds encore en place sur certains produits alimentaires ont eu pour effet de compenser les entreprises par des augmentations de prix pour les produits non couverts par les plafonds. En outre, les faibles récoltes en Hongrie en 2022 ont réduit l'offre et alimenté les prix des produits agricoles. Enfin, une politique fiscale et monétaire souple, qui a débuté en 2020, année de la pandémie, et qui s'est poursuivie par une augmentation des dépenses publiques en vue des élections de 2022, a accentué les pressions inflationnistes dans un marché de l'emploi solide, avec une croissance des salaires à deux chiffres. En outre, l'affaiblissement du forint a contribué à la hausse des prix des biens importés.

Les investissements resteront modérés tant que l'économie ne bénéficiera que de la croissance des exportations nettes. La baisse des importations contribuera à cette dernière dans le contexte d'une demande intérieure clé modérée et faible, et d'une amélioration de la demande extérieure attendue en 2024. Le ralentissement des principaux partenaires commerciaux de la Hongrie dans l'UE a eu un impact majeur sur l'industrie locale, en particulier l'automobile, l'électronique et les machines, qui sont fortement intégrées dans les chaînes d'approvisionnement de l'Europe occidentale, d'autant plus que l'Europe pourrait à nouveau souffrir de défis potentiels sur les marchés de l'énergie au cours de l'hiver 2023-2024. La reprise économique de la Hongrie pourrait rester timide et ne se redresser qu'au cours du second semestre 2024, compte tenu de l'amélioration limitée de l'activité des partenaires commerciaux.

Malgré la volatilité des taux de change, la Banque nationale de Hongrie (MNB) devrait continuer à normaliser sa politique monétaire. Depuis que les prix ont commencé à s'accélérer au second semestre 2021, une série de hausses a été effectuée, portant le taux d'intérêt de base à 13 % (le niveau le plus élevé parmi les pays d'Europe centrale et orientale) en septembre 2022. Depuis lors, le taux de base est resté à ce niveau. Cependant, la banque centrale a déjà commencé à réduire son taux d'appel d'offres pour les dépôts. Néanmoins, la MNB devrait se montrer prudente en matière d'assouplissement monétaire en raison d'une inflation durablement élevée et d'une possible dépréciation du forint malgré la reprise partielle de la monnaie par rapport aux faibles niveaux enregistrés au cours du dernier trimestre 2022.

Le déficit budgétaire se modère mais reste élevé

Après le déficit budgétaire élevé enregistré ces dernières années, y compris en 2022 en raison de la crise énergétique et des politiques expansionnistes post-pandémiques, l'assainissement budgétaire a été soutenu par des taxes sur les bénéfices exceptionnels dans les secteurs de l'énergie, de la banque, de l'assurance, de la vente au détail, des télécommunications et de l'aviation, ainsi que par une augmentation des recettes dans un contexte d'inflation élevée. Néanmoins, le niveau du déficit, bien que modéré, restera relativement élevé en 2023 en raison de la persistance d'un service de la dette publique important et de subventions publiques considérables qui sont nécessaires pour attirer de grands projets d'IDE. Les compensations versées aux entreprises de services publics pour couvrir leurs pertes dues aux prix subventionnés de l'énergie réglementée ont diminué parallèlement à la chute des prix du gaz.

La reprise économique et la diminution de la pression exercée par les prix de l'énergie devraient favoriser l'assainissement budgétaire en 2024. Toutefois, ce dernier ne devrait pas revenir aux niveaux d'avant la pandémie, notamment parce que les coûts du service de la dette resteront élevés et que les recettes pâtiront de l'expiration des taxes temporaires. Les conflits avec la Commission européenne limitent les transferts financiers de l'UE vers la Hongrie ; toutefois, les fonds du précédent cadre financier pluriannuel (2014-2020) sont toujours en place, de même que les paiements directs de l'UE aux agriculteurs. Inversement, des développements négatifs en termes d'accès aux fonds de l'UE, entraînant un sentiment négatif des investisseurs à l'égard de la Hongrie, et des dégradations de la note souveraine par les agences de notation pourraient entraver l'accès de la Hongrie aux marchés de la dette nationaux et internationaux.

Le Fidesz s'assure un nouveau mandat

Le Premier ministre Viktor Orbán et son parti conservateur Fidesz-Hungarian Civic Union (Fidesz) ont été réélus pour un quatrième mandat de quatre ans lors des élections d'avril 2022. Ils ont obtenu une nouvelle supermajorité au Parlement, après des victoires électorales similaires en 2010, 2014 et 2018. Le Fidesz continue de bénéficier de sa capacité à gouverner unilatéralement. Malgré un environnement économique difficile et une inflation alimentaire extrêmement élevée, la popularité du gouvernement est restée relativement intacte, car les médias appartenant au gouvernement ou dominés par lui ont attribué la responsabilité de la hausse des prix à la guerre en Ukraine et aux sanctions de l'UE.

Les relations avec la Commission européenne restent tendues. En 2020, le Conseil européen a adopté le "mécanisme de conditionnalité" afin de disposer d'un instrument efficace qui subordonne le versement des fonds à l'état de droit dans le pays concerné. Par la suite, la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a statué en 2022 que la Commission pouvait retenir des fonds pour sanctionner des États considérés comme bafouant l'État de droit. La Hongrie et la Pologne ont toutes deux fait l'objet d'enquêtes de l'UE pour avoir porté atteinte à l'indépendance des tribunaux, des médias et des organisations non gouvernementales, les exposant ainsi au risque de perdre des dizaines de milliards de dollars de fonds européens. Par la suite, la Hongrie n'a introduit que des changements mineurs qui n'ont pas satisfait la Commission européenne. Le différend avec l'UE sur le déblocage des fonds devrait se poursuivre dans un avenir prévisible.

Le Fidesz devrait rester au pouvoir au moins jusqu'à la fin de son mandat actuel, c'est-à-dire au début de 2026. Les élections locales devraient avoir lieu en octobre 2024.

Dernière mise à jour : septembre 2023

Autres pays avec le même niveau de risque

  • Chili

     

    A4 A4

  • Lituanie

     

    A4 A4

  • Lettonie

     

    A4 A4

  • Koweït

     

    A4 A4

  • Pologne

     

    A4 A4

  • Roumanie

    Amélioration récente

    B A4

  • Botswana

     

    A4 A4

  • Grèce

     

    A4 A4

Découvrez comment vous protéger contre les risques de défaillance de vos clients en Hongrie

L'assurance-crédit : protection contre les impayés