Jordanie

Asie

PIB / Habitant ($)
4 613,0 $
Population (en 2021)
10,3 Millions

Evaluation

Risque Pays
C
Climat des affaires
B
Précédemment :
C
Précédemment :
B

suggestions

Résumé

Points forts

  • Soutien politique et financier des monarchies du Golfe et des pays occidentaux
  • Important producteur de phosphate et de potasse
  • La main-d'œuvre expatriée et le tourisme sont d'importantes sources de devises étrangères.
  • Une relative stabilité politique, contrairement aux pays voisins

Points faibles

  • Manque de ressources naturelles en énergie, en nourriture et en eau et faiblesse de la base manufacturière
  • Vulnérabilité aux conditions économiques internationales et à l'instabilité géopolitique au Moyen-Orient
  • Déséquilibres des comptes publics et extérieurs entraînant une dépendance à l'égard de l'aide et des capitaux étrangers
  • Insuffisance de la création d'emplois malgré l'évolution rapide de la démographie et un taux de chômage élevé, en particulier chez les jeunes

Echanges commerciaux

Export des biens en % du total

États-Unis d'Amérique
21%
Inde
16%
Arabie saoudite
10%
Irak
8%
Europe
5%

Import des biens en % du total

Chine 15 %
15%
Arabie saoudite 15 %
15%
Europe 11 %
11%
Émirats arabes unis 8 %
8%
États-Unis d'Amérique 5 %
5%

Perspectives

Cette rubrique est un véritable outil pour le directeur financier ou le credit manager dans l'entreprise. Elle informe sur les moyens de paiement à utiliser et sur la façon de mener des actions de recouvrement.

Croissance modérée et stable en 2024

La consommation privée (75 % du PIB) devrait rester le principal facteur de croissance grâce à une inflation modérée, malgré un taux de chômage élevé (environ 23 % au premier trimestre 2023). Les subventions alimentaires et énergétiques continueront également à avoir un effet modérateur sur l'inflation. Cependant, la persistance des prix élevés des matières premières et la politique monétaire restrictive (le taux principal de la banque centrale s'élevait à 7,5 % en juillet 2023 contre 2,5 % en février 2022) continueront d'alourdir les coûts de construction. Cela dit, les investissements (environ 20 % du PIB) devraient soutenir les performances de croissance, en lien avec la volonté des autorités de développer les ressources en énergies renouvelables du pays, notamment dans le solaire. La Jordanie a l'intention d'augmenter la part des sources renouvelables dans son bouquet énergétique à 50 % d'ici 2030, contre 20 % actuellement. Les investissements publics dans les projets de transport soutiendront également la croissance. En juillet 2023, le gouvernement a dévoilé deux projets de construction d'une ville sportive et d'un centre touristique pour une valeur combinée de 780 millions USD. Ces projets devraient être soutenus par des investissements étrangers et des fonds de développement régional. Au quatrième trimestre 2022, le Saudi Jordanian Fund for Medical Educational Investment Company (SJFMEI), filiale à 100 % du Saudi Jordanian Investment Fund (SJIF), a signé un contrat avec Dar Al Handasah Consultants pour fournir des services de gestion de la construction pour un nouveau projet de soins de santé d'une valeur de 400 millions USD à Amman. Les dépenses publiques (environ 20 % du PIB) devraient rester faibles, conformément au programme du FMI, bien que les aides sociales aux ménages à faible revenu soient maintenues. La contribution des exportations nettes (environ -15 % du PIB), basées principalement sur les phosphates, la potasse et l'habillement, jouera un rôle important dans la croissance à la suite de l'accord de libre-échange entre la Jordanie et l'UE qui est entré en vigueur en 2022. Les recettes touristiques devraient atteindre 30 % du PIB et représenter environ 16 milliards USD en 2024, soit une augmentation estimée à 20 % par rapport à l'année précédente. Toutefois, la dépendance de la Jordanie à l'égard des importations demeurera, ce qui réduira la contribution des exportations nettes au PIB.

Les déficits jumeaux persisteront en 2024

Une augmentation estimée des prix des engrais, en ligne avec des prix mondiaux plus élevés pour les matières premières, augmentera les revenus d'exportation de la Jordanie en 2024 d'environ 2 % en glissement annuel. Mais le déficit du solde commercial (20 % du PIB) subsistera en raison de la forte demande intérieure de carburants importés, de denrées alimentaires, d'or (considéré comme un investissement refuge traditionnel), de machines et d'équipements, ainsi que de biens intermédiaires. Une nouvelle augmentation attendue des recettes du tourisme maintiendra l'excédent du compte des services à environ 5 % du PIB. L'excédent des revenus primaires, qui dépend principalement des travailleurs jordaniens expatriés en Arabie Saoudite, devrait rester stable à environ 2 % du PIB en 2024. Les dons (environ 7 % du PIB, avec l'appui budgétaire et les dons de projets) des donateurs internationaux tels que le FMI, le CCG, les États-Unis et l'UE soutiendront le resserrement de la balance des comptes courants et contribueront à son financement en 2024.

L'assainissement budgétaire devrait se poursuivre conformément aux objectifs du programme du FMI. La croissance continue de l'économie et l'introduction de réformes visant à améliorer la collecte des impôts (facturation électronique, systèmes d'audit électronique, mesures de traçabilité de l'alcool, etc.) généreront des recettes fiscales plus importantes (70 % des recettes totales). Le total des dons extérieurs devrait atteindre 2 % du PIB en 2024, avec en particulier les États-Unis, premier donateur extérieur de la Jordanie, qui augmentent leur aide à 1,45 milliard USD par an pour 2024-2029, contre 1,28 milliard USD entre 2018 et 2022. Le volet des dépenses reste toutefois plus rigide en raison des défis financiers posés par les inefficacités des réseaux d'électricité et d'eau et par les subventions que les autorités sont contraintes de maintenir pour éviter le mécontentement social. Selon les estimations, le solde d'exploitation de la National Electric Power Company (NEPCO) restera déficitaire d'environ 1 % du PIB en 2024. Les dépenses courantes, toujours tirées par les salaires et les dépenses militaires, diminueront légèrement pour atteindre environ 27,4 % en 2024, contre 27,8 % en 2023, selon les conditions fixées par le FMI. Les dépenses d'investissement se maintiendront autour de 4 % du PIB, conformément aux projets liés au plan de modernisation économique 2023-2033, dont le financement dépend de fonds étrangers.

Un contexte social fragile

Le taux de chômage élevé, la disponibilité de biens et de services de base abordables et les inégalités économiques représentent des défis majeurs pour la Jordanie, car ils pourraient conduire, comme cela s'est déjà produit à plusieurs reprises, au mécontentement de la population et à des manifestations. En outre, en plus des réfugiés palestiniens, la Jordanie a dû faire face à un afflux important de réfugiés, en particulier en provenance de Syrie, ce qui risque de peser sur des ressources limitées. La Jordanie est confrontée à des problèmes de pénurie d'eau, ce qui constitue une source potentielle de frictions et de différends internes et externes concernant les ressources en eau. Le pays est situé dans une région turbulente avec des conflits en cours dans trois pays voisins. L'escalade de ces conflits pourrait avoir un impact sur la sécurité et la stabilité de la Jordanie. Le gouvernement jordanien continuera d'adopter une approche pragmatique à l'égard de tous ses voisins : la Syrie et son dirigeant Bachar al-Assad, malgré les sanctions américaines, ainsi que l'Irak et Israël. Les relations avec les donateurs devraient rester étroites. Les dernières élections législatives ont eu lieu en 2020 avec un taux de participation de seulement 30 % en raison de la concentration du pouvoir. Aucune élection n'est prévue pour 2024.

*Solde global de l'administration centrale hors subventions

**Inclut les subventions

*** Dette brute de l'État et dette garantie, nette des avoirs de la CSC

Dernière mise à jour : septembre 2023

Autres pays avec le même niveau de risque

  • Barbade

    Amélioration récente

    D C

  • Angola

     

    C C

  • Jamaïque

     

    C C

  • Turquie

     

    C C

  • Tunisie

     

    C C

  • Ouganda

     

    C C

  • Ethiopie

     

    C C

  • Lesotho

     

    C C

  • Gabon

     

    C C

  • Serbie

     

    C C

Découvrez comment vous protéger contre les risques de défaillance de vos clients en Jordanie

L'assurance-crédit : protection contre les impayés