Moldavie (République de)

Europe

PIB / Habitant ($)
5 726,3 $
Population (en 2021)
2,5 Millions

Evaluation

Risque Pays
C
Climat des affaires
B
Précédemment :
C
Précédemment :
B

suggestions

Résumé

Points forts

  • Production agricole (vin, fruits, légumes, tournesol, blé)
  • Accord d’association et de libre-échange avec l’UE (2014, étendus à la Transnistrie en 2016)
  • Statut de candidat à l’adhésion à l’UE depuis 2022
  • Soutien financier international lié à la réalisation de réformes
  • Main d’œuvre relativement peu coûteuse
  • Flexibilité accompagnée de la monnaie

Points faibles

  • Pays le plus pauvre d’Europe, forte émigration (1 million d’émigrés pour 3,4 millions d’habitants)
  • Dépendance aux transferts des travailleurs expatriés et aux revenus des travailleurs frontaliers
  • Importance du secteur informel, faible productivité
  • Faible capacité manufacturière induisant une forte dépendance aux importations
  • Corruption, faible gouvernance, système oligarchique et clientélisme
  • Crédit peu développé (20 % du PIB en 2020)
  • Volonté sécessionniste en Transnistrie
  • Tensions entre les partisans d’un rapprochement avec l’Union Européenne et ceux avec la Russie

Echanges commerciaux

Export des biens en % du total

Roumanie
29%
Europe
20%
Ukraine
17%
Turquie
7%
Russie (Fédération de)
4%

Import des biens en % du total

Europe 21 %
21%
Roumanie 18 %
18%
Russie (Fédération de) 12 %
12%
Chine 10 %
10%
Ukraine 9 %
9%

Perspectives

Cette rubrique est un véritable outil pour le directeur financier ou le credit manager dans l'entreprise. Elle informe sur les moyens de paiement à utiliser et sur la façon de mener des actions de recouvrement.

Une sortie de récession incertaine pour 2023, mais une perspective d’amélioration en 2024

Après la récession de 2022 induite par la forte poussée inflationniste causée par la guerre en Ukraine et la sècheresse, ainsi que par la diminution de la consommation des ménages et de la production agricole et industrielle qui en a résulté, l’économie moldave se remettra très progressivement en 2023, mais surtout en 2024. Depuis le début de l’année 2023, l’inflation suit une trajectoire baissière (quoique bénéficiant d’un effet de base après une inflation très élevée en 2022). Dans le cas où cette trajectoire se poursuivrait en 2024 (une incertitude liée à la guerre en Ukraine demeure), la consommation privée, qui représente plus de 100% du PIB (compte tenu de l’importance des importations), devrait contribuer positivement à la croissance. Ce processus sera cependant très graduel, car l’inflation restait à deux chiffres, et les salaires réels baissaient en 2023. La consommation privée dépendra également des transferts des expatriés (11% du PIB au premier trimestre 2023). La formation brute de capital fixe (FBCF) (20 à 25% du PIB) devrait également contribuer positivement à la croissance, bien qu’actuellement inferieure aux niveaux de 2022 et 2021. Les exportations nettes contribueront négativement à la croissance, avec des importations augmentant plus rapidement que les exportations, en lien avec une reprise de la demande domestique. La Roumanie et l’Ukraine sont devenus les principales destinatrices et fournisseuses des exportations et des importations de la Moldavie (respectivement 32 et 16% ; et 17 et 13%), tandis que le commerce avec la Russie a diminué de près de 30% pour ne plus représenter que 4 et 5% durant le premier semestre de 2023. En 2024, la Moldavie devrait continuer à renforcer ses liens commerciaux avec les pays de l’UE et à réduire sa dépendance vis-à-vis de la Russie. La banque centrale de Moldavie (NBM) devrait continuer de réduire son taux d’intérêt directeur, passé de 21,5% en août 2022 à 6,0% en juin 2023. L’inflation restera cependant supérieure à la cible de 5% de la NBM.

Un déficit courant toujours massif et un creusement du déficit budgétaire

Le solde commercial, structurellement très négatif (29% du PIB au premier trimestre 2023) le restera en 2023, puis en 2024. Les services (tourisme, informatique, perfectionnement actif), les revenus des travailleurs frontaliers, les transferts d’expatriés et l’aide internationale destinée à soutenir le pays impacté par la guerre en Ukraine, continueront à minorer le déficit courant. Ce déficit est financé par les IDE et, surtout, les prêts concessionnels du FMI, de la Banque mondiale, de l’Union européenne et de l’AFD, A la fin du premier trimestre 2023, les réserves de change de la NBM s’élevaient à 6 mois d’importations.

Le déficit public devrait se creuser en 2023, malgré une hausse des recettes associée à une timide reprise économique. Cela s’explique par une augmentation plus que proportionnelle des dépenses, visant à soutenir les ménages (augmentation de la valeur nominale des bons alimentaires), mais aussi les entreprises (introduction d'un quota de 0 % de l'impôt sur le revenu pour les micro, petites et moyennes entreprises, en cas de non-distribution du revenu net relatif aux périodes fiscales 2023-2025 ; amortissement accéléré des investissements pour les grandes entreprises), ainsi qu’une hausse du salaire minimum des fonctionnaires. En 2024, il diminuerait légèrement, favorisé par la reprise économique, tout en restant supérieur à son niveau prépandémique. D’après le Ministère des Finances, la dette publique rapportée au PIB a connu une importante augmentation en 2022, due à une montée de sa part externe (64%), mais aussi à la diminution du PIB. La dette externe de l’Etat (ne prenant pas en compte les emprunts contractés par d’autres organismes publics) continuera d’être presque exclusivement détenue par des organismes multilatéraux (dont plus de la moitié par le Fonds monétaire international (FMI) et l’Association internationale de développement (IDA)). Le FMI juge la dette soutenable et le risque de surendettement modéré.

Un rapprochement avec l’UE en parallèle d’une dégradation des relations avec la Russie

Le Parti action et solidarité (PAS), réformiste et pro-UE, a obtenu une confortable majorité (63 sièges sur 101 au parlement) lors des législatives anticipées du 11 juillet 2021 avec 52,8 % des voix. Le PAS, parti de La présidente Maia Sandu élue en novembre 2020 et succédant à Idor Dodon du Parti socialiste pro-russe, a récolté 86 % des suffrages de la diaspora, confirmant ainsi son fort soutien observé lors de l’élection présidentielle. L’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022 a dégradé des relations déjà secouées par l’arrivée d’un parti pro-européen au pouvoir. La condamnation de l’invasion par Maia Sandu, puis le dépôt d’une demande d’adhésion à l’Union Européenne début mars 2022 ont entraîné la dégradation de la situation économique du pays. En effet, celui-ci, alors très dépendant du gaz russe, a souffert de la décision de Gazprom de réduire l’offre de gaz, tout en augmentant très fortement son prix. En 2021, Gazprom avait proposé son gaz à un prix attractif à la Moldavie, en échange d’un affaiblissement de ses relations avec l’UE.

La crise énergétique qui a résulté de la décision de Gazprom a été l’un des éléments déclencheurs des manifestations survenues en septembre 2022 et organisées par le parti d’opposition pro-russe ?or, présidé par Ilan ?or (exilé en Israël après avoir été condamné à 7,5 ans, puis 15 ans d’emprisonnement pour blanchiment et détournement d’argent). L’opposition demandait la démission de Sandu et de son gouvernement. Plusieurs évènements majeurs ont eu lieu depuis ces manifestations, notamment la révélation par Sandu d’un plan russe destiné à renverser son gouvernement en février 2023, la démission de Natalia Gavrili?a, la première ministre, le même mois, ou encore l’interdiction par la justice, pour une période de cinq ans, du parti ?or en juin 2023, suivie de celle, pour ses membres, de se présenter à des élections pendant 5 ans. L’instabilité politique demeurera en 2024, année de l’élection présidentielle. Le PAS, au pouvoir, est soutenu par 28% de la population, tandis que le bloc pro-russe constitué des Communistes, Socialistes et du parti ?or (aujourd’hui banni) l’est par 26%. Des élections municipales se dérouleront en novembre 2023. Elles verront principalement s’affronter le PAS, dont le leader est Igor Grosu, président du Parlement, et le bloc pro-russe, composé du Parti Communiste de Moldavie et du Parti Socialiste, respectivement dirigés par Vladimir Voronin et Igor Dodon, ancien Président de Moldavie.

En mars 2023, Dorin Recean, successeur de Gavrilița, a annoncé l’indépendance de la Moldavie du gaz naturel ou de l’électricité provenant de Russie. Cette indépendance est rendu possible par les crédits accordés par la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD) qui ont permis de modifier les sources d’approvisionnement de la Moldavie (l’un des nouveaux pays fournisseurs étant la Slovaquie). L’indépendance ne semble, cependant, pas complète, car une partie de l’électricité et du gaz provient de Transnistrie, territoire séparatiste pro-russe ayant autoproclamé son indépendance sous le nom de République moldave du Dniestr en 1992, et où un petit contingent de forces russes est présent. La Transnistrie, ainsi que la Gagaouzie, autre territoire autoproclamé indépendant en 1994 et également pro-russe, menacent la stabilité du pays, ce qui pourrait ralentir le processus d’adhésion à l’UE. Les relations avec la Russie continuent de se dégrader, comme en atteste la décision de la Moldavie de réduire le nombre d’employés russes présents sur son territoire. En août 2023, 45 membres de l’ambassade de Russie ont dû quitter Chisinau, la capitale. Le Ministère des Affaires Etrangères de Russie a déclaré qu’il y aurait des conséquences. En parallèle, le pays renforce ses liens avec l’UE. Des accréditations ont été accordées à plusieurs universités du pays, et, en août 2023, la Commission Européenne a annoncé la réorientation de fonds initialement destinés à la Russie et à la Biélorussie vers l’Ukraine et la Moldavie, à hauteur de 135 millions d’euros. Le même mois, Sandu a indiqué vouloir débuter les négociations d’adhésion à l’UE le plus rapidement possible, dès l’automne 2023.

Dernière mise à jour : septembre 2023

Autres pays avec le même niveau de risque

  • Cameroun

     

    C C

  • Lesotho

     

    C C

  • Serbie

     

    C C

  • Belize

     

    C C

  • Jamaïque

     

    C C

  • Angola

     

    C C

  • Albanie

    Amélioration récente

    D C

  • Algérie

     

    C C

Découvrez comment vous protéger contre les risques de défaillance de vos clients en Moldavie

L'assurance-crédit : protection contre les impayés