Togo

Afrique

PIB / Habitant ($)
919,6 $
Population (en 2021)
8,9 Millions

Evaluation

Risque Pays
C
Climat des affaires
B
Précédemment :
C
Précédemment :
B

suggestions

Résumé

Points forts

  • Ressources minières (phosphate, calcaire et argile transformés en clinker) et agricoles (café, cacao, coton)
  • Doté du seul port en eau profonde d’Afrique de l’Ouest (port de Lomé), potentiel pour devenir un hub régional
  • Investissements publics et privés dans les infrastructures
  • Réformes structurelles en cours (finances publiques, système bancaire, agriculture, secteurs des phosphates et du coton)
  • Membre de l’UEMOA et de la CEDEAO
  • Dette externe majoritairement concessionnelle

Points faibles

  • Fortes tensions sociopolitiques
  • Environnement des affaires déficient
  • Forts taux de chômage et de pauvreté (46,2 % de la population en situation de pauvreté extrême en 2020 selon la Banque mondiale)
  • Déficience des infrastructures agricoles : entreposage, transformation, irrigation, intrants
  • Infrastructures d’éducation, de santé publique, et de transport insuffisantes
  • Mauvaise santé du secteur bancaire ; taux de créances douteuses élevé (surtout dans les banques publiques)
  • Faibles progrès en matière de gouvernance (particulièrement en termes de lutte contre la corruption)

Echanges commerciaux

Export des biens en % du total

Burkina Faso
16%
Mali
12%
Bénin
10%
Europe
9%
Ghana
8%

Import des biens en % du total

Europe 25 %
25%
Chine 20 %
20%
Inde 6 %
6%
Ghana 4 %
4%
Malaisie 4 %
4%

Perspectives

Cette rubrique est un véritable outil pour le directeur financier ou le credit manager dans l'entreprise. Elle informe sur les moyens de paiement à utiliser et sur la façon de mener des actions de recouvrement.

Dans la lignée de la reprise économique en Afrique de l’Ouest

La croissance togolaise devrait rester confortable en 2023, grâce, essentiellement, à la consommation des ménages (80 % du PIB). Toutes deux seront liées à l’état du secteur agricole (plus de 40% du PIB et environ 65% de la population active), notamment à la relance de l’industrie du coton qui a connu une faible production au cours de la saison 2020-2021. La croissance dépendra aussi de l’évolution des prix mondiaux des engrais, des semences et des hydrocarbures, ce qui peut potentiellement accentuer les faiblesses structurelles du secteur agricole, remettant ainsi à l’ordre du jour l’insécurité alimentaire auquel le pays fait face. Cependant, le Togo peut compter sur un programme régional pour la résilience des systèmes alimentaires en Afrique de l’Ouest d’une valeur de 716 millions de dollars financé par la Banque mondiale (dont 5,4 millions consacrés au Togo) visant à aider l’acquisition d’engrais. De plus, le gouvernement togolais s’est fixé comme principal objectif d’investir dans le secteur agricole, pour lui conférer robustesse et résilience, tout en encourageant le développement de cultures locales, telles que le manioc, le maïs et l’igname, comme substituts aux blé et riz importés.

En attendant, l’insécurité alimentaire, entretenue par des importations renchéries, plus de la moitié de son blé provenant de Russie, risque de peser sur l’économie. Au niveau des exportations, le Togo pourra compter sur ses bonnes relations commerciales avec la Chine, qui a supprimé depuis le 1er septembre 2022 98% de ses droits de douane sur ses importations en provenance du Togo et de huit autres pays africains. Ces exportations concernent les graines de coton, l’huile de palme, le coton brut, le ciment et le phosphate de calcium. La Chine fournira aussi des aides financières au Togo axées sur la construction d’infrastructures et le secteur agricole, à l’image des prêts accordés par l’Eximbank chinoise pour la rénovation de l’aéroport international de Lomé et du réseau routier. La construction bénéficiera aussi des prêts-projets concessionnels multilatéraux et des dépenses d'infrastructure financées par le gouvernement. Le Togo profitera aussi du statut de plaque tournante régionale de sa capitale, Lomé, avec son port et sa zone industrielle intégrée au Togo (PIA) qui a suscité l’intérêt d’une entreprise burkinabée qui y a investi 109 millions de dollars dans une cimenterie. ITCRmg, une usine de confection textile est en construction et devrait entrer en production en 2023. Les services bénéficieront du dynamisme persistant de l’activité portuaire et aéroportuaire. Le gouvernement compte moderniser les opérations portuaires de la capitale (notamment en les numérisant).

Une réduction du déficit budgétaire contrainte par l’inflation

Un des objectifs du gouvernement togolais sera de réduire l’important déficit budgétaire apparu en 2020 pour répondre aux besoins de dépenses liées à la pandémie, et qui s’est creusé pour adoucir l’impact de l’envolée de l’inflation importée sur la population. Ce besoin d’assainissement budgétaire se fait plus pressant en raison de la volonté de l’Union économique et monétaire ouest-africaine d’accélérer le processus de création d’une nouvelle monnaie qui requiert un déficit budgétaire de 3 %. L’Etat essaiera d’optimiser ses recettes via un élargissement de l’assiette fiscale. Le gouvernement compte aussi sur le secteur privé pour la construction des infrastructures et les mines. Ainsi, les investissements privés représenteraient en 2023 16% du PIB. Le déficit budgétaire sera financé vraisemblablement par une nouvelle levée de fonds sur le marché régional, à l’image des 663 milliards de francs CFA de 2022 (environ 6% du PIB).

En ce qui concerne le compte courant, la balance commerciale devrait rester largement déficitaire en raison de la hausse des prix des importations, malgré le rebond des exportations dû à la reprise du secteur agricole et aux accords commerciaux avec la Chine, mais aussi au rebond des exportations vers le Benin, le Mali et le Burkina Faso après leur baisse en 2022 en raison du ralentissement de la croissance de ces pays. L’excédent de la balance des services, quant à lui, devrait enregistrer une augmentation en lien avec l’activité de réexportation portuaire. L’excédent des revenus secondaires devrait légèrement s’accroitre, en raison des aides et des envois de fonds des travailleurs expatriés. Le déficit du compte courant devrait se creuser à l’image de celui de la balance commerciale. Il sera financé principalement par des aides-projets et des emprunts régionaux.

Entre stabilité politique et frustration sociale

Le président Faure Gnassingbé, au pouvoir depuis 2005 (sa famille depuis 1972), réélu en 2020 à la suite d’élections entachées d’accusations de fraude, devrait pouvoir compter sur une majorité parlementaire. En effet, les élections législatives prévues en décembre 2023 donneront certainement la victoire à l’Union pour la République (UNIR), le parti présidentiel. La faiblesse de l’opposition est essentiellement due aux bons résultats économiques (hors période covid) et à la fermeté du gouvernement. De plus, le gouvernement aura encore recours au découpage électoral partisan, alors que la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), installée depuis fin avril 2022 est constituée majoritairement de membres soutenant le régime. En ce qui concerne la sécurité, le Togo a déclaré l’état d’urgence le 13 juin 2022 et l’a prolongé jusqu’en mars 2023 dans la région septentrionale des Savanes en raison des incursions des groupes djihadistes liés à Al-Qaïda et à l’État islamique. Basés au Sahel, notamment au Burkina Faso, les groupes cherchent à s’installer au nord du Togo. Même si les forces de sécurité togolaises y renforcent leur présence, la menace subsiste en raison notamment du manque d’implication des populations locales, mais aussi de leur mécontentement renforcé par l’insécurité alimentaire. Le Togo entretient d’excellentes relations avec la Chine. Les relations avec le Fonds monétaire international et les partenaires occidentaux sont parfois compliquées par les questions de gouvernance, mais le pays fait valoir son rôle dans la sécurité régionale. A cet égard, le Togo entretient des relations étroites avec la France. Enfin, les relations avec les autres pays ouest-africains sont étroites, car aussi préoccupés par le danger islamiste.

Dernière mise à jour : avril 2023

Autres pays avec le même niveau de risque

  • Cameroun

     

    C C

  • Lesotho

     

    C C

  • Serbie

     

    C C

  • Belize

     

    C C

  • Jamaïque

     

    C C

  • Angola

     

    C C

  • Albanie

    Amélioration récente

    D C

  • Algérie

     

    C C