Arabie Saoudite

Asie

PIB / Habitant ($)
34441,0 $
Population (en 2021)
32,2 Millions

Evaluation

Risque Pays
A4
Climat des affaires
B
Précédemment :
A4
Précédemment :
B

suggestions

Résumé

Points forts

  • Principal producteur de pétrole avec plus de 15 % des réserves mondiales prouvées, jouant un rôle de premier plan au sein de l'OPEP
  • Des réserves financières importantes dans le Fonds d'investissement public (PIF) - le fonds souverain
  • Intensification des efforts de diversification économique dans le cadre du programme Vision 2030
  • Amélioration des relations diplomatiques avec les pays voisins
  • Population jeune et augmentation de l'inclusion des femmes dans la population active
  • Invitation à devenir membre des BRICS

Points faibles

  • L'économie est toujours tirée par le secteur pétrolier et les dépenses fiscales malgré les efforts de diversification, et les progrès sont lents dans les réformes
  • Le pétrole représente encore 60 % des recettes publiques et 75 % des exportations
  • Dépendance à l'égard des travailleurs étrangers
  • Risque de tensions avec l'Iran, malgré le rétablissement récent des relations

Echanges commerciaux

Export des biens en % du total

Chine
16%
Inde
10%
Japon
10%
Europe
9%
Corée du Sud
9%

Import des biens en % du total

Chine 21 %
21%
Europe 16 %
16%
États-Unis d'Amérique 9 %
9%
Émirats arabes unis 6 %
6%
Inde 6 %
6%

Evaluation des risques sectoriels

Perspectives

Cette rubrique est un véritable outil pour le directeur financier ou le credit manager dans l'entreprise. Elle informe sur les moyens de paiement à utiliser et sur la façon de mener des actions de recouvrement.

La croissance va reprendre grâce à des dépenses d'investissement robustes

Après le ralentissement de 2023 dû à l'effet de base défavorable, aux réductions de la production pétrolière et à la baisse des prix de l'énergie, la croissance saoudienne devrait augmenter en 2024, principalement grâce à l'investissement et à la consommation privée. La baisse de l'inflation et l'augmentation des recettes touristiques soutiendront la consommation privée (40 % du PIB). Les recettes touristiques devraient atteindre 26 milliards USD en 2024, soit environ 3,5 % du PIB. L'investissement (environ 30 % du PIB) sera mené par le gouvernement afin de réaliser son ambitieux plan Vision 2030, y compris l'expansion du secteur manufacturier et les grands projets (c'est-à-dire le développement de six grands projets d'une valeur de 7 000 milliards USD, comme le projet de la mer Rouge, Neom, Amaala, Qiddiya, qui visent principalement à établir des centres de tourisme, de divertissement et de technologie, etc.) Le gouvernement vise à attirer davantage d'investissements privés, tant nationaux qu'étrangers, par le biais de la privatisation et de partenariats. On s'attend à une augmentation des investissements étrangers après que le gouvernement a annoncé en 2021 qu'il ne travaillerait plus avec les entreprises étrangères dont le siège régional n'est pas situé dans le Royaume après 2023. À la suite de l'annonce de l'OPEP+ en juin 2023 sur l'extension des réductions de production jusqu'à la fin de 2024, les responsables saoudiens ont confirmé début septembre 2023 une extension de leur réduction volontaire de la production de pétrole de 1 million de barils par jour jusqu'à la fin de 2023. La production pétrolière de l'Arabie saoudite devrait augmenter d'environ 3 % en 2024 sur une base annuelle, après avoir chuté de près de 7 % en 2023. Cela permettra de maintenir la contribution des exportations nettes à la croissance. Cependant, la croissance des importations devrait également s'accélérer par rapport à la période précédente, conformément aux plans d'infrastructure du Royaume qui créent une demande d'importation de biens d'équipement, de matières premières et de machines. Cependant, les efforts de diversification du gouvernement augmenteront les exportations non pétrolières, même si elles partent d'un niveau peu élevé. L'inflation diminuera, mais restera supérieure à la moyenne de 2 % pour la période 2010-2022, en raison de la forte demande de logements et de l'afflux de touristes.

Les comptes budgétaires restent déficitaires, l'excédent de la balance courante se maintient

Le budget restera déficitaire en 2024 suite à la baisse de la production pétrolière en 2023, qui devrait avoir augmenté le prix d'équilibre budgétaire du Royaume à 89 USD par baril en 2023 selon l'Institut de la finance internationale (IIF). Les risques qui pèsent sur cette prévision sont à la hausse et dépendent de toute nouvelle réduction de la production de pétrole. Par conséquent, les recettes pétrolières resteront proches de 16 % du PIB en 2024, contre 21 % en 2022. Cette baisse compensera partiellement l'amélioration des recettes non pétrolières, estimée à environ 10 % du PIB en 2024. Le gouvernement poursuivra ses efforts de maîtrise des dépenses budgétaires en réduisant les dépenses de subvention et les dépenses d'investissement en s'appuyant sur le fonds souverain. Toutefois, la masse salariale du secteur public (environ 40-45 % des dépenses budgétaires totales) sera un élément clé de la réduction du déficit budgétaire. Le gouvernement devrait également diversifier ses sources de revenus en élargissant son portefeuille et ses investissements à l'étranger. Les autorités visent à porter la valeur des actifs du PIF à 1 000 milliards d'USD en 2025 et entre 2 et 3 000 milliards d'USD d'ici 2030.

Les réserves internationales du Royaume (440 milliards USD au premier trimestre 2023, soit l'équivalent d'environ 20 mois d'importations) et la valeur nette de 700 milliards USD estimée dans son fonds souverain (Fonds d'investissement public) permettront au pays d'honorer facilement ses obligations en matière de dette libellée en devises et de maintenir facilement l'ancrage au dollar américain.

La faible croissance des exportations due aux réductions de la production pétrolière (estimée à 75 % des exportations totales de marchandises en 2023), comparée à une demande d'importations plus rapide en raison des efforts de diversification, continuera à peser sur l'excédent du compte courant. Les principales sources de financement de la diversification resteront le Fonds d'investissement public (FIP) et les investissements étrangers, qui totaliseront 640 milliards USD en 2022, soit près de 60 % du PIB, dont 42 % d'investissements directs étrangers.

Amélioration des relations dans l'ensemble de la région, mais des risques persistent

Malgré la concurrence régionale à long terme entre l'Iran et l'Arabie saoudite, les deux pays ont décidé de rétablir leurs relations au début de l'année 2023 dans le cadre d'un accord négocié par la Chine. Bien qu'il s'agisse d'une évolution positive pour la stabilité régionale, les deux pays continueront à poursuivre des stratégies géopolitiques et religieuses divergentes. Par conséquent, leur réconciliation ne pourra se faire que très progressivement. En outre, les relations de l'Arabie saoudite avec la Chine, premier acheteur de pétrole saoudien et important fournisseur de biens d'équipement dont le Royaume a grand besoin, devraient s'intensifier. Bien que ces deux situations mettent à mal les relations avec Israël et les États-Unis, ces derniers resteront un allié proche de l'Arabie saoudite, en particulier sur les questions de sécurité, et les relations avec les premiers pourraient s'améliorer. Par ailleurs, la mise en place d'un corridor économique entre l'Inde, l'Arabie saoudite et l'Europe, pour lequel un protocole d'accord a été signé en septembre 2023, pourrait également apporter des avantages stratégiques et économiques au Royaume. D'autre part, la concurrence économique croissante entre les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite pour attirer davantage d'investissements étrangers augmente le risque de fissures au sein de l'OPEP. Toutefois, l'engagement du prince héritier Mohammad bin Salman en faveur du programme de diversification économique et des investissements étrangers devrait susciter une concurrence saine. Enfin, l'amélioration des liens avec la Turquie pourrait créer certaines opportunités, le Royaume cherchant à bénéficier du savoir-faire turc dans des domaines tels que le logement, les infrastructures et l'ingénierie dans le cadre du programme Vision 2030. Bien que la politique étrangère de l'Arabie saoudite innove, sa relation stratégique avec les États-Unis devrait rester solide.

Dernière mise à jour : octobre 2023

Autres pays avec le même niveau de risque

  • Uruguay

     

    A4 A4

  • Roumanie

    Amélioration récente

    B A4

  • Maurice

    Amélioration récente

    B A4

  • Lituanie

     

    A4 A4

  • Chili

     

    A4 A4

  • Botswana

     

    A4 A4

Conseil de Coopération du Golfe (CCG) : véritable gagnant des vents contraires de l'économie mondiale ?

Après avoir connu un ralentissement économique en 2023 principalement dû à la baisse de la production et des prix de l'énergie, 2024 devrait être une année de plus forte croissance pour les pays du Conseil de Coopération du Golfe (CCG). Après plusieurs mois de pessimisme sur la demande mondiale de pétrole, les prix sont en hausse depuis cet été. Mais tous les pays ne sont pas égaux...

Découvrez comment vous protéger contre les risques de défaillance de vos client en Arabie saoudite

L'assurance-crédit : protection contre les impayés