Croatie

Europe

PIB / Habitant ($)
18305,0 $
Population (en 2021)
3,9 Millions

Evaluation

Risque Pays
A3
Climat des affaires
A2
Précédemment :
A4 increase
Précédemment :
A2

suggestions

Résumé

Points forts

  • Un long littoral
  • Potentiel pétrolier et gazier
  • Le pays rejoindra la zone euro et l'espace Schengen en 2023
  • Soutien des fonds de l'UE
  • Infrastructures de haute qualité
  • Diversification des sources d'énergie avant la guerre Russie-Ukraine
  • Membre de l'OTAN

Points faibles

  • Dépendance vis-à-vis du tourisme (25% du PIB), qui a fortement souffert de la pandémie
  • Dette privée et publique encore élevée
  • Lacunes institutionnelles: administration, santé et justice inefficaces; chevauchement des niveaux administratifs, corruption
  • Faible diversification industrielle / manque de compétitivité
  • Pénurie de main-d'œuvre alimentée par l'émigration de travailleurs qualifiés et le déclin de la population

Echanges commerciaux

Export des biens en % du total

Italie
12%
Slovénie
11%
Allemagne
11%
Hongrie
11%
Bosnie-Herzégovine
10%

Import des biens en % du total

Italie 14 %
14%
Allemagne 12 %
12%
Slovénie 11 %
11%
États-Unis d'Amérique 7 %
7%
Hongrie 7 %
7%

Perspectives

Cette rubrique est un véritable outil pour le directeur financier ou le credit manager dans l'entreprise. Elle informe sur les moyens de paiement à utiliser et sur la façon de mener des actions de recouvrement.

L'économie croate va fortement ralentir en 2023

Le ralentissement de l'économie croate, déjà observé en 2022, va s'accélérer en 2023, car l'inflation élevée et la faible croissance des partenaires commerciaux vont peser sur la consommation et le tourisme. L'invasion russe de l'Ukraine n'a eu qu'un impact direct limité sur la Croatie, la Russie représentant moins de 1,1 % des exportations de biens du pays et seulement 1,6 % de ses importations. La Croatie a mis en œuvre les sanctions de l'UE contre la Russie et a gelé les avoirs de centaines de personnes et d'entités russes, y compris des villas de luxe sur la côte croate, une destination de vacances privilégiée pour l'élite russe. Si l'impact direct est limité, l'impact indirect, via la hausse générale des prix de l'énergie sur le marché européen, se propage aux prix des denrées alimentaires et d'autres biens en raison de l'augmentation des coûts de production et de transport. Cela a fait grimper le taux d'inflation annuel en Croatie à environ 11 % en moyenne en 2022, le plus élevé depuis le début de la série chronologique en 2000. Certes, le salaire minimum a augmenté en 2022 et d'autres revendications salariales sont probables en 2023, car le marché du travail reste tendu avec un taux de chômage qui est tombé à l'un de ses plus bas niveaux depuis 2015.

En plus de cela, le gouvernement aide les ménages (et les entreprises) à faire face à la hausse des prix de l'énergie. Cependant, les tensions sur les prix vont éroder le pouvoir d'achat des ménages, faisant encore ralentir leur consommation sur les mois d'hiver - printemps 2023. De plus, la morosité européenne pourrait peser quelque peu sur la reprise du tourisme, forte en 2022, avec un impact sur l'économie, car il représente 25% du PIB et de l'emploi. De plus, la Croatie ayant rejoint la zone euro début 2023, le pays a totalement (il en avait déjà cédé une partie puisque la monnaie locale était dans le MCE II depuis 2020) cédé le contrôle de sa politique monétaire à la Banque centrale européenne (BCE). Le taux d'intérêt directeur de la BCE s'est établi à 2,5 % à la fin de 2022 et devrait continuer à augmenter en 2023. Cela continuera de peser sur les investissements privés, les coûts d'emprunt ayant augmenté. Néanmoins, des investissements sont prévus dans le cadre du Fonds de relance de l'UE, dont la Croatie reçoit environ 6,3 milliards d'euros pour la période 2021-2026 pour des investissements axés sur l'innovation, la transition écologique et numérique. Enfin, la contribution des exportations nettes à la croissance du PIB devrait rester positive, bien que plus faible en raison de l'augmentation des importations à un rythme plus rapide que celui des exportations.

Léger déficit jumelé

En 2023, la balance courante, traditionnellement excédentaire avant la pandémie, restera proche de l'équilibre. Les exportations de biens suivront de près l'activité économique des principaux partenaires commerciaux de la Croatie, qui devrait ralentir, tandis que la croissance des exportations de services restera plus ou moins robuste, soutenue par la résilience du secteur touristique. En effet, l'excédent de la balance des services compensera à peine le déficit de la balance des biens résultant de la forte dépendance du pays vis-à-vis des importations. Le déficit budgétaire devrait se creuser, car les prix élevés maintiennent la pression sur les dépenses et le ralentissement de la croissance freine les recettes. Par conséquent, la diminution de la dette publique élevée va ralentir.

Remaniement gouvernemental après les scandales de corruption

En juillet 2022, un nouveau gouvernement a prêté serment après que le Premier ministre Plenkovic (Union démocratique croate, HDZ, conservateur) ait écarté plusieurs membres controversés dans le contexte d'une série de scandales de corruption en avril 2022. Plenkovic dirige une coalition avec deux partis libéraux - à savoir le Parti populaire croate (HNS) et les réformistes - et le soutien de huit députés issus de minorités ethniques. La coalition ne dispose que d'un seul siège au Hrvatski Sabor (parlement), qui compte 151 membres. Selon les derniers sondages, le HDZ reste le parti politique le plus populaire (32 %) malgré les scandales de corruption, tandis que son principal rival, le parti social-démocrate (SDP), enregistre de mauvais résultats (17 %). Le gouvernement sortant devrait rester en place jusqu'aux prochaines élections de 2024, mais ilest probable qu'il restera en désaccord avec le président Milanovic en termes de politique étrangère en raison de leurs approches différentes. Les relations avec la Bosnie-et-Herzégovine sont tendues sur un certain nombre de questions, comme le pont de Peljesac, qui traverse l'accès maritime de la Bosnie pour offrir une liaison routière entre le nord et le sud du littoral croate. Néanmoins, leurs liens économiques restent forts, avec des volumes d'échanges élevés, et la Croatie est le deuxième plus grand investisseur étranger en Bosnie-Herzégovine.

Dernière mise à jour : avril 2023

Autres pays avec le même niveau de risque

  • Irlande

     

    A3 A3

  • Israël

    Détérioration récente

    A2 A3

  • Espagne

     

    A3 A3

  • Suède

     

    A3 A3

  • Slovénie

     

    A3 A3

  • Estonie

     

    A3 A3

  • Allemagne

     

    A3 A3

  • France

     

    A3 A3

  • Finlande

     

    A3 A3

Découvrez comment vous protéger contre les risques de défaillance de vos clients en Croatie

L'assurance-crédit : protection contre les impayés