Kazakhstan

Europe, Asie

PIB / Habitant ($)
11409,5 $
Population (en 2021)
19,8 Millions

Evaluation

Risque Pays
B
Climat des affaires
B
Précédemment :
B
Précédemment :
B

suggestions

Résumé

Points forts

  • Important potentiel pétrolier, gazier et minier
  • L’Etat est créancier net et a un fonds souverain bien doté grâce à la production d’hydrocarbures
  • IDE abondants
  • Taux de change flottant
  • Membre de l’UEEA et de l’initiative chinoise « la Ceinture et la Route » (ICR)
  • Stratégiquement situé entre l’Europe, la Russie et la Chine
  • Réserves importantes de change de la Banque centrale (NBK) et du Fonds pétrolier national (NFRK)

Points faibles

  • Fortement dépendant de la Russie et de la Chine dans ses relations commerciales
  • Fortement dépendant des produits de base (pétrole, gaz (35% du PIB en 2021), uranium, fer, acier, cuivre)
  • Infrastructures routières, portuaires et électriques inadéquates
  • Structures de marché faiblement concurrentielles
  • Obstacles non tarifaires importants malgré l’adhésion à l’Organisation mondiale du commerce (OMC)
  • Système bancaire encore fragile et dollarisation importante
  • Faiblesse de la gouvernance

Echanges commerciaux

Export des biens en % du total

Europe
36%
Chine
18%
Russie (Fédération de)
10%
Turquie
4%
Ouzbékistan
4%

Import des biens en % du total

Russie (Fédération de) 36 %
36%
Chine 17 %
17%
Europe 13 %
13%
Corée du Sud 11 %
11%
États-Unis d'Amérique 3 %
3%

Perspectives

Cette rubrique est un véritable outil pour le directeur financier ou le credit manager dans l'entreprise. Elle informe sur les moyens de paiement à utiliser et sur la façon de mener des actions de recouvrement.

Une croissance dynamique en 2023

La croissance accélérera en 2023. La consommation finale, principal poste du PIB (63% du PIB en 2021), notamment celle des ménages, continuera d’être affaiblie par la persistance de l’inflation. En effet, les salaires risquent de ne pas augmenter au même rythme que l’inflation, ce qui érodera le pouvoir d’achat des ménages. La situation économique dégradée de la Russie engendrera moins de remises d’expatriés installés là-bas (44% des transferts), mais cela n’impactera quasiment pas le PIB (les transferts des expatriés représentaient moins de 0,5% du PIB en 2021). La formation brute de capital fixe (27% du PIB en 2021) impactera positivement le PIB. Depuis plusieurs années, la part de celle-ci dans le PIB augmente : en 2022, près de la moitié de ces investissements étaient consacrés au secteur manufacturier (en augmentation de près de 6% en glissement annuel).

Cette tendance se poursuivra en 2023. Les priorités principales du gouvernement sont de diversifier le système productif et d’investir dans des projets structurant : industrie manufacturière, infrastructures régionales, développement et soutien aux PME et à l’entreprenariat, ainsi que le développement des transports et du réseau gazier. Les exportations nettes contribueront positivement au PIB, en dépit, d’une part, des prix pétroliers moins attractifs qu’en 2022 et, d’autre part, des vivaces importations de biens d’équipement et produits intermédiaires. La Banque nationale du Kazakhstan (NBK) maintient un taux d’intérêt directeur à 16.75% depuis décembre 2022, après plusieurs augmentations en 2022. Selon la NBK, malgré un pic d’inflation atteint en décembre 2022, le taux actuel est justifié par l’incertitude et l’absence d’un trend baissier. Ce taux devrait aider à stabiliser, puis à graduellement réduire l’inflation, objectif de la NBK (avec un corridor cible de 15,75 - 17,75%).

Une balance commerciale excédentaire, et encore un déficit budgétaire

La balance commerciale restera en surplus en 2023. Côté exportations, l’augmentation de 2022 sera atténuée par un prix moins élevé du pétrole, mais aussi la décision du gouvernement de suspendre les exportations de gaz naturel l’hiver, afin de pallier aux pénuries au niveau national. Les exportations vers l’UE, ainsi que vers la Chine et la Corée augmenteront en 2023, suite à la volonté du Kazakhstan de réduire sa dépendance envers la Russie dont les achats portent surtout sur le fer, l’acier, le cuivre et l’uranium. Cependant, les exportations de pétrole pourraient être compromises, dans le cas où la Fédération de Russie déciderait, comme par deux fois en 2022, de couper l’accès du Kazakhstan au pipeline de la mer Caspienne (CPC), par lequel transitent 80% des exportations. Côté importations, la demande en biens d’équipement et produits intermédiaires reprendra graduellement, en lien avec une légère décélération de l’inflation.

Cette reprise pourrait être ralentie par les difficultés de production de la Fédération de Russie de laquelle proviennent une partie de ces importations (35% en 2022), malgré la substitution par d’autres provenances comme la Chine ou la Turquie. La balance des services contribuera négativement à la balance courante, tout comme le solde des revenus primaires (résultant notamment des rapatriements des revenus des investisseurs étrangers et des revenus des travailleurs frontaliers). La dette externe restera élevée (84% du PIB en 2021), bien qu’elle ait diminué de 2,3% de janvier à octobre 2022. Pour ce qui concerne les comptes publics, la loi sur le budget national 2023-2025 prévoit une diminution graduelle du déficit jusqu’à 2,5% du PIB à l’horizon 2025. Le gouvernement souhaite augmenter les recettes associées aux revenus non pétroliers (de 60% en 2022 à 78% en 2025). Davantage de dépenses seront consacrées à l’économie réelle, même si le poste principal de dépenses restera celui des prestations sociales. La dette publique restera faible.

Recherche de stabilité politique interne et d’indépendance vis-à-vis de la Fédération de Russie

Suite aux violentes manifestations survenues en janvier 2022, le président Kassym-Jomart Tokayev (réélu avec 81% des voix lors d’une élection anticipée en novembre 2022) a présenté un programme de réformes institutionnelles adopté par référendum en juin 2022 avec 77% des suffrages. Ce programme visait à reformer la Constitution, ce qui n’était pas arrivé depuis 1995. L’un des axes majeurs était la lutte contre la corruption, avec l’interdiction pour les proches du président d’occuper des postes haut-placés au sein du gouvernement, ou encore l’interdiction pour le président et les députes d’appartenir à un parti politique au cours de l’exercice de leurs fonctions. Les pouvoirs du président sont également limités au profit du Parlement. Avec le nouveau système électoral mixte, les membres de la chambre basse du Parlement, Majilis, vont être élus, soit à la proportionnelle sur liste (70% d’entre eux), soit au scrutin majoritaire par circonscription (pour les 30% restants). L’élection parlementaire s’est déroulée le 19 mars, et a été observée par l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). L’ancien parti du Président, Amanat, a obtenu la majorité des suffrages, avec 40 sièges sur les 69 disponibles pour l’élection proportionnelle, ainsi que 22 des 29 sièges du scrutin majoritaire.

Le Kazakhstan a toujours veillé à maintenir de bonnes relations avec les occidentaux, la Chine et la Russie. Les autorités du Kazakhstan n'ont pas ouvertement condamné l’invasion de l’Ukraine par la Fédération de Russie, mais ont déclaré respecter l'intégrité territoriale de l'Ukraine. Depuis cette invasion, Tokayev a reçu plusieurs hautes personnalités occidentales et chinoises, telles que le président de la République Populaire de Chine (RPC), Xi Jinping, en septembre 2022. Ces visites ont pour but de renforcer des partenariats stratégiques, notamment sur le plan économique, mais aussi sur le plan militaire. C’est notamment le cas de la Turquie, avec laquelle le Kazakhstan souhaiterait coopérer, notamment pour la production d’armes.

Le Kazakhstan souhaite réduire sa dépendance à la Russie, tout en affirmant qu’il s’agit d’un partenaire stratégique. A titre d’exemple, des infrastructures pour l’acheminement de gaz naturel russe vers les régions orientales du Kazakhstan sont en cours de développement avec Gazprom. Dans le même temps, le Kazakhstan s’est rapproché de l’Union Européenne, son premier partenaire commercial. Plusieurs accords ont été conclus, notamment un en novembre 2022 sur la fourniture de matières premières, de produits raffinés, d'hydrogène vert et de batteries, ou encore des contrats de livraison de pétrole avec l’Allemagne via l’oléoduc russe Druzhba. Le Kazakhstan souhaite également développer son partenariat avec les pays d’Asie, tels que la Chine, le Japon, la Corée ou, dans une moindre mesure, le Pakistan. Il fait notamment partie de l’Accord quadrilatéral sur le trafic (routier) de transit (QTTA), qui permet de contourner l’Afghanistan en lien avec le CPEC.

Dernière mise à jour : juin 2023

Autres pays avec le même niveau de risque

  • Chine

     

    B B

  • Cap Vert

     

    B B

  • Brésil

     

    B B

  • Bulgarie

     

    B B

  • Bénin

     

    B B

  • Italie

     

    B B

  • Inde

     

    B B

  • Arménie

    Amélioration récente

    C B

  • Maroc

     

    B B

Découvrez comment vous protéger contre les risques de défaillance de vos clients au Kazakhstan

L'assurance-crédit : protection contre les impayés