Les études économiques et analyses risques pays et risques sectoriels Coface
Kazakhstan

Kazakhstan

Population 18,9 millions
PIB par habitant 9 071 $US
B
Evaluation des risques pays
B
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2019 2020 2021 (e) 2022 (p)
Croissance PIB (%) 4,5 -2,6 3,3 4,3
Inflation (moyenne annuelle, %) 5,3 6,8 8,9 6,5
Solde public / PIB (%)* -1,5 -8,0 -5,4 -4,1
Solde courant / PIB (%) -4,0 -3,7 -2,0 -1,5
Dette publique / PIB (%) 19,0 24,0 25,4 26,0

(e) : Estimation (p) : Prévision *Incluant les transferts du fonds souverain NFRK

POINTS FORTS

  • Important potentiel pétrolier, gazier et minier
  • L’État jouit d’une position de créancier net et dispose d’un fonds souverain bien doté grâce à la production d’hydrocarbures
  • IDE abondant
  • Taux de change flottant
  • Membre de l’Union économique eurasienne (UEE) et de l’initiative chinoise « la Ceinture et la Route » (BRI)
  • Stratégiquement situé entre l’Europe, la Russie et la Chine

POINTS FAIBLES

  • Fortement dépendant de la Russie (principale partenaire en matière de diplomatie et de sécurité) et de la Chine
  • Fortement dépendant des produits de base (pétrole, gaz, uranium, fer, acier, cuivre) : économie peu diversifiée
  • Infrastructures routières, portuaires et électriques inadéquates
  • Structures de marché faiblement concurrentielles (forte concentration dans les secteurs clés et présence importante de l’Etat)
  • Système bancaire encore fragile et dollarisation importante (37% des dépôts et 13% des prêts en 2020)
  • Faiblesse de la gouvernance (corruption, politisation du système judiciaire, déficiences dans les procédures collectives, concentration du pouvoir économique au sein de l’élite)
  • Enclavé ; faible densité de population; éloignement relatif des grands marchés mondiaux; obstacles non tarifaires importants malgré l’adhésion à l’Organisation mondiale du commerce (OMC)

Appréciation du risque

Une croissance stimulée par les hydrocarbures et la consommation privée

La croissance économique se renforcera sensiblement en 2022, grâce aux prix plus élevés des hydrocarbures et à la forte croissance de la consommation privée. De fait, la poursuite de la reprise économique mondiale maintiendra la demande d'énergie à un niveau élevé, contribuant à ce que les exportations de biens et de services (35% du PIB), dans lesquelles les hydrocarbures représentent 65%, augmentent. Les prix mondiaux du Brent Blend atteindront une moyenne de 75 USD/b en 2022 (contre 70 USD/b en 2021). La hausse de la demande, en particulier de la Chine, ainsi que le desserrage du plafond de production contenu dans l’accord OPEP+ contribueront à l'augmentation de la production d'hydrocarbures. Le potentiel pétrolier du champ de Tengiz sera fortement exploité. La consommation privée (62% du PIB) progressera. Enfin, le président, M. Tokayev, a ordonné des augmentations de certains salaires du secteur public et du salaire minimum. Leur impact positif sur la consommation sera érodé par l'inflation encore forte. Plus encore, cette hausse aussi forte des salaires pourrait accentuer les pressions inflationnistes. En effet, l'inflation tendra à se modérer, mais resterait supérieure à l'objectif de la banque centrale (corridor cible de 4 à 6 %). Il existe un risque de volatilité accrue des prix, car les anticipations d'inflation sont faiblement ancrées et le cadre de la politique monétaire n'est pas bien développé. Un nouveau resserrement du taux directeur d’au moins 50 points de base est fort possible (9,75% en octobre 2021) étant donné que les taux réels sont proches de zéro.

 

Le président Tokayev souhaite mettre un terme au renflouement des banques publiques par l’État. Il avait déjà cette intention en 2019, mais cela a continué depuis. Malgré l'injection de 6,3 trillions de tenges (14,8 milliards de dollars) au titre de la relance économique pendant la pandémie, les banques commerciales ne financent pas les petits projets, en particulier dans les zones rurales. Il a demandé au gouvernement d'élaborer des mesures afin de soutenir les efforts des projets de microfinance. Le crédit au secteur privé occupe une place réduite dans l’économie (22%).

 

Un resserrage budgétaire pour épargner le fonds souverain

En 2022, le déficit courant devrait encore se réduire, du fait d’un excédent commercial accru par les hydrocarbures et d’une nette augmentation des transferts des expatriés en Russie. Il sera largement financé par les réserves de la banque centrale (NBK), ainsi que les actifs et les revenus du fonds souverain NFRK (92 milliards USD au total à la fin du premier semestre 2021, soit 46 % du PIB), les flux nets d’IDE (3,3% du PIB en 2022) ayant diminué. Contrairement à la crise de 2015, les réserves de change, hors or, (24 milliards USD, soit l’équivalent de 7,5 mois d’importation) n’ont pas été sollicitées systématiquement pour soutenir le tenge devenu flottant, même si des interventions ponctuelles de la NBK l’ont accompagné.

 

Signe de pressions budgétaires fortes, le président a chargé le gouvernement d'affiner les règles de prélèvement dans le NFRK afin de limiter l'impact du déficit budgétaire sur ses actifs dont la valeur est passée de 62 milliards USD en 2019 à 55 milliards USD en 2021. Une règle budgétaire anticyclique sera introduite, qui devrait limiter les transferts du Fonds national et le taux de croissance des dépenses publiques afin de réduire le déficit budgétaire. Néanmoins, la politique budgétaire restera expansionniste dans certains domaines, tels que les aides sociales et les salaires, tout en limitant les dépenses dans d’autres, comme le soutien aux grandes entreprises. Une campagne de privatisation est en cours depuis 2014, qui a, jusqu'à présent, donné des résultats mitigés. Le président a demandé au Conseil suprême des réformes de rédiger un nouveau plan de privatisation. Le gouvernement s'est fixé comme objectif de réduire la présence de l'État dans l'économie à 14 % d'ici 2025 (après avoir atteint l’objectif de 14,9% en 2019).

 

Une violente crise socio-politique 

Des protestations violentes ont commencé le 2 janvier 2022 dans la ville productrice de pétrole, Zhanaozen, se répandant rapidement à la plus grande ville du pays, Almaty. La raison : un changement de politique de tarification du gaz de pétrole liquéfié (GPL), réduisant les subventions pour ce carburant, et laissant les marchés déterminer son coût. Néanmoins, ce n’est pas l’unique raison de ces contestations. En effet, l’environnement socio-politique est depuis longtemps inchangé : bas salaires, retards de paiement, mauvaises conditions de travail, dévastation de l'environnement et corruption,  exacerbés par la crise sanitaire qui a dévoilé un système de santé inefficace et corrompu. En réponse, le président Tokayev est revenu sur l'augmentation du prix de l'essence, a étendu les subventions au diesel, à l'essence et à d'autres biens essentiels. Il a également annoncé un gel des salaires des fonctionnaires, des augmentations de salaire dans certains secteurs et la création d'un fonds destiné à résoudre les problèmes sociaux, auquel les riches contribueraient. L'ancien président Nursultan Nazarbayev, qui a agi comme un dirigeant officieux dans les coulisses, a démissionné de son poste de chef du Conseil de sécurité du pays. Les violences se poursuivant, Tokayev a déclaré l'état d'urgence et demandé le soutien de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), le bloc de sécurité régional dominé par la Russie, afin de rétablir l’ordre. Les tensions apaisées, les troupes russes ont achevé leur retrait le 19 janvier. Une résurgence des protestations est possible puisque de nouvelles réformes structurelles radicales sont peu probables. L’intervention russe réaffirme son influence et ses intérêts stratégiques dans la région. La Chine est restée prudente vis-à-vis de l’interventions russe mais une fois la situation stabilisée, elle semble l’avoir approuvée. Les liens commerciaux sino-Kazakh sont restés intacts. 

 

Dernière mise à jour : Février 2022

Haut de page