Les études économiques et analyses risques pays et risques sectoriels Coface
Malte

Malte

Population 0,5 million
PIB par habitant 30 374 $US
A2
Evaluation des risques pays
A4
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2018 2019 2020 (e) 2021 (p)
Croissance PIB (%) 5,2 4,9 -7,0 3,1
Inflation (moyenne annuelle, %) 1,7 1,5 0,8 1,1
Solde public / PIB (%) 1,9 0,5 -9,4 -3,9
Solde courant / PIB (%) 11,0 9,6 7,6 8,3
Dette publique / PIB (%) 45,2 42,6 56,7 57,1

(e) : Estimation (p) : Prévision

POINTS FORTS

  • Importante plaque tournante du transbordement en Méditerranée, à mi-chemin du canal de Suez et de Gibraltar
  • Dette publique détenue par les résidents
  • Pôle technologique émergent (jeux d’argent en ligne, Blockchain, I.A.)
  • Main-d’œuvre productive, anglophone, en augmentation et à revenus élevés, faible imposition

POINTS FAIBLES

  • Dépendance à l’égard du tourisme
  • Importance des flux financiers entrants/sortants (financement offshore, industrie des jeux d’argent en ligne, programme de citoyenneté par l’investissement)
  • Mauvaise infrastructure routière
  • Insuffisances dans l’enseignement supérieur ; pénurie de main-d’œuvre hautement qualifiée
  • Lenteur du système judiciaire ; clientélisme et corruption

Appréciation du risque

Le tourisme et l’immigration, auparavant avantages comparatifs, sont devenus le talon d’Achille

Outre la fermeture des entreprises, Malte a opté pour une forme limitée de confinement qui ne concerne que les populations vulnérables. Ces dernières années, Malte est devenue une réussite en matière de croissance et de transformation structurelle, en tirant profit de son avantage intrinsèque en tant que destination touristique et en développant un centre technologique naissant. Comme ces deux piliers de la croissance dépendent de la mobilité des personnes (transport aérien pour les visiteurs touristiques, immigration qualifiée pour les services technologiques), les restrictions sanitaires internationales auront un fort impact dépressif sur la croissance en 2020 et 2021. L’impact est particulièrement fort sur le tourisme (15 % du PIB de 2019). Le secteur technologique en plein essor reste opérationnel grâce au travail à distance, mais avec l’interruption de l’afflux de l’immigration qualifiée, la demande de nouveaux logements se ralentit. Les retombées ainsi générées perturberont les secteurs de l’immobilier et de la construction, déjà touchés par les effets du confinement. Toutes les composantes de la demande globale, à l’exception des dépenses publiques, se sont contractées, en particulier les exportations nettes. Toutefois, la combinaison d’une forte épargne préexistante des ménages, d’un soutien continu en faveur des revenus des ménages touchés par les mesures sanitaires et d’un marché du travail tendu devrait fortement protéger les ménages du choc économique et permettre à la consommation privée de rebondir rapidement en 2021. À long terme, Malte continuera d’attirer les investissements et la main-d’œuvre qualifiée, car elle présente des fondamentaux favorables à l’industrie technologique. Malte a été l’une des premières juridictions au monde à mettre en place un cadre juridique spécialisé pour les jeux en ligne (poker virtuel, jeux de casino, paris sportifs) et la gestion de bases de données. Le gouvernement suit une stratégie similaire dans les domaines des activités liées à la technologie de la Blockchain (chaîne de blocs) appliquées aux actifs financiers virtuels (cryptoactifs en particulier) et à l’I.A.

 

La répression par l’UE du système du « passeport en or » pourrait entraîner un choc structurel pour les recettes fiscales

Comme la plupart des pays européens, Malte déploie un montant sans précédent pour protéger le secteur privé des retombées économiques de la pandémie par des mesures de soutien budgétaire. Ces mesures comprennent des revenus subventionnés pour les travailleurs et les indépendants, des subventions aux loyers et une augmentation des allocations pour les chômeurs, un programme de bons d’achat destiné à stimuler la consommation dans les hôtels et les restaurants, des subventions aux services publics essentiels et des reports d’impôts pour les entreprises, ainsi que des dépenses de santé supplémentaires, le tout représentant environ 6 % du PIB. En plus des dépenses engagées, un fonds de garantie de prêt pour les PME, d’une valeur de 3 % du PIB, a été mis à disposition par la Banque de développement de Malte, fournissant un soutien de liquidité crucial pour les entreprises, mais augmentant considérablement le risque sur les passifs. Du côté des recettes, la majeure partie des pertes sera imputable aux impôts indirects sur la consommation, à une réduction des taxes sur les transactions immobilières et à la baisse de l’impôt sur les sociétés. Si le choc sur les recettes fiscales causé par la pandémie est aigu mais transitoire, une perte plus durable résultera probablement de la remise en cause par l’UE du programme de citoyenneté par investissement (« Programme pour les Particuliers Investisseurs à Malte », PPI). Le PPI a contribué à réduire la charge de la dette publique du pays en augmentant le PIB de 1 à 2 % par an depuis 2013. Toute dilution ou suppression du PPI nécessiterait donc des réformes fiscales. En raison de la forte dégradation des exportations nettes (les recettes du tourisme se sont contractées davantage que les importations de biens), l’excédent des comptes courants s’est fortement contracté et restera modéré. Bien que le secteur financier soit important par sa taille (400 % du PIB), la plupart des opérations bancaires offshore sont liées à des groupes étrangers, et son exposition au secteur des entreprises est relativement faible.

 

Le parti au pouvoir, secoué par des scandales, tente de redorer son blason

Bien qu’il dispose toujours d’une confortable majorité au sein de la législature (37 sièges sur 67), le Parti travailliste au pouvoir doit relever le défi de prendre ses distances avec l’administration de son ancien chef, Joseph Muscat, secouée par des scandales. Après que des membres de son cabinet ont été liés à l’assassinat en 2017 de la journaliste d’investigation Daphne Caruana Galizia, Muscat a démissionné en janvier 2020 et a été remplacé par le nouveau dirigeant élu du parti, Robert Abela. Alors qu’Abela a cherché à distancer son administration de celle de Muscat, l’enquête Caruana a continué à soulever des problèmes de transparence et de gouvernance impliquant l’élite du LP. Cela a conduit à un remaniement ministériel en novembre, dix mois seulement après le début du mandat d’Abela. Bien que le résultat le plus probable soit que l’administration d’Abela serve un mandat complet qui culminera en 2022, le LP restera probablement sous pression à l’intérieur et à l’extérieur du pays. La Commission européenne a engagé une procédure d’infraction contre le Programme de citoyenneté par investissement dans le cadre de sa lutte contre le blanchiment d’argent. Le PPI sera probablement remplacé par un programme de résidence par investissement mettant en œuvre des normes de transparence beaucoup plus strictes. Dans l’ensemble, la position de Malte au sein de l’UE s’est détériorée, le pays étant désormais considéré comme un État membre dont l’État de droit est plutôt douteux.

 

Dernière mise à jour : Février 2021

Haut de page