Malaisie

Asie

PIB / Habitant ($)
12465,6 $
Population (en 2021)
32,7 Millions

Evaluation

Risque Pays
A3
Climat des affaires
A3
Précédemment :
A3
Précédemment :
A3

suggestions

Résumé

Points forts

  • Exportations diversifiées
  • Demande intérieure importante qui atténue les vents contraires externes
  • Secteur des services dynamique
  • R&D élevée
  • Investissement soutenu par l'expansion du marché financier local et l'accès aux IDE
  • Flexibilité du taux de change
  • Revenu par habitant élevé
  • Plaque tournante du tourisme

Points faibles

  • Les recettes budgétaires dépendent fortement des performances dans le domaine du pétrole et du gaz (28 % des recettes en 2022).
  • Faibles recettes fiscales (15-16 % du PIB), manque de transparence dans les dépenses budgétaires
  • Niveau d'endettement des ménages très élevé (81.2 % du PIB en Décembre 2022)
  • Érosion de la compétitivité des prix due à l'augmentation des coûts de la main-d'œuvre
  • Forte dépendance à l'égard des importations de denrées alimentaires (60 % des produits alimentaires consommés sont importés)
  • Disparités régionales persistantes
  • Conflits ethniques et religieux
  • Incertitudes et instabilité politiques

Echanges commerciaux

Export des biens en % du total

Singapour
15%
Chine
14%
États-Unis d'Amérique
11%
Europe
7%
Japon
6%

Import des biens en % du total

Chine 21 %
21%
Singapour 10 %
10%
Taïwan (République de Chine) 8 %
8%
États-Unis d'Amérique 8 %
8%
Japon 6 %
6%

Perspectives

Cette rubrique est un véritable outil pour le directeur financier ou le credit manager dans l'entreprise. Elle informe sur les moyens de paiement à utiliser et sur la façon de mener des actions de recouvrement.

La dynamique économique s'essouffle après une croissance exceptionnelle en 2022

La dynamique économique s'est ralentie en 2023 après avoir affiché l'une des plus fortes croissances du PIB au monde en 2022. Cette tendance est principalement due à des vents contraires extérieurs. L'économie dépendante des exportations (les exportations de biens et de services représentaient 74 % du PIB en 2022) a connu une baisse des exportations de marchandises au cours du premier semestre de l'année, en raison de la faiblesse de la demande mondiale, en particulier pour l'électronique, et de la baisse des prix de l'énergie, la Malaisie étant un exportateur net de pétrole et de gaz. Bien qu'une certaine amélioration puisse se produire en 2024, notamment avec la reprise progressive de la Chine, qui est le deuxième marché d'exportation de marchandises de la Malaisie, l'environnement mondial morose qui prévaut pourrait se traduire par une mauvaise performance des exportations de marchandises, ce qui nuirait à nouveau à la croissance. À l'inverse, la reprise du tourisme devrait soutenir les exportations de services. En 2022, le nombre de touristes internationaux, qui proviennent principalement de Singapour (52 % du total) et d'Indonésie (15 %), représentait moins de 40 % du nombre enregistré en 2019, avant la pandémie. Le gouvernement vise d'ailleurs à ce que ce ratio dépasse les 60 % en 2023.

Après avoir été stimulée par la réouverture du pays en 2022, la croissance de la consommation privée (60% du PIB) sera plus lente en 2023-2024. Elle devrait néanmoins s'avérer robuste et être soutenue par l'amélioration du marché du travail, les aides publiques aux ménages à faibles revenus et la modération de l'inflation. La consommation privée devrait donc rester le principal moteur de la croissance. Toutefois, il existe des risques de baisse des dépenses des ménages, notamment en raison du niveau d'endettement très élevé de la Malaisie, en particulier dans le contexte de taux d'intérêt plus élevés. À l'instar des autres grandes banques centrales, la Bank Negara a relevé son taux directeur de 1,75 % en mai 2022 à 3 % un an plus tard, en réponse au resserrement mondial et aux pressions inflationnistes, bien que ces dernières aient été atténuées par des subventions publiques. Bien qu'il soit peu probable que la banque centrale augmente encore le taux d'intérêt, aucune réduction de taux n'est attendue avant au moins 2024. Malgré le risque d'un endettement aussi élevé, le secteur bancaire du pays semble sain, avec des ratios de capital et de couverture des pertes adéquats. En outre, la part de la dette des ménages faisant l'objet d'une aide au remboursement a considérablement diminué (de 18,8 % des prêts des institutions bancaires et financières de développement en décembre 2021 à 1,9 % en décembre 2022). La hausse des taux devrait affecter l'investissement privé en 2023 et au moins la première partie de 2024. Cela dit, la volonté du gouvernement de faciliter la conduite des affaires et son soutien à l'automatisation et à la numérisation continueront à stimuler l'investissement. Au premier trimestre 2023, les investissements privés approuvés (en valeur) ont bondi d'environ 60 % en glissement annuel.

L'assainissement budgétaire est en cours

Le déficit budgétaire se réduira en 2023-2024, tout en restant plus élevé que durant les années précédant la pandémie. Malgré une forte augmentation des dépenses de développement visant à faire face aux vents contraires du développement économique à long terme, la fin des dépenses liées à Covid et la diminution des subventions - principalement due à la baisse des prix du pétrole - ont contribué à réduire les dépenses publiques dans le budget 2023. Dans le même temps, le budget a introduit plusieurs mesures de recettes progressives (à savoir un impôt sur les plus-values et une taxe sur les produits de luxe). Cependant, les réductions d'impôts pour les PME et les ménages à revenus faibles et moyens ont maintenu les recettes publiques pratiquement inchangées. Le budget 2024 devrait continuer à respecter ses préceptes d'assainissement budgétaire, avec la transition attendue vers des subventions ciblées sur les carburants, ce qui limitera davantage les dépenses publiques. La poursuite des déficits publics alimentera la dette publique, qui restera gérable, car les résidents en détiennent la majeure partie en monnaie locale.

Le compte courant resterait excédentaire. Après une augmentation du déficit de la balance des revenus en 2023, suite au rapatriement des bénéfices liés aux bonnes performances des entreprises l'année précédente, ce déficit devrait se réduire en 2024. Toutefois, le déficit des services - principalement dû aux transports - devrait se creuser en raison de la vigueur de la demande privée, qui stimulera les importations. La dette extérieure, en baisse, reste élevée (63,8 % du PIB en 2022), mais est gérable car un tiers de celle-ci est libellée en monnaie locale. Les réserves internationales, alimentées par l'excédent du compte courant et les investissements étrangers, restent suffisantes et couvrent 5 mois d'importations et la totalité de la dette extérieure à court terme du pays (en juin 2023).

Le risque politique prévaut après les élections de 2022

En poste un peu plus d'un an après la démission de l'ancien Premier ministre, Ismail Sabri Yaakob et son cabinet, qui détenaient une faible majorité, ont perdu le pouvoir à l'issue des quinze élections générales (GE15) qui se sont tenues en mai 2023. Les élections ont abouti à un paysage politique divisé, aucune des trois principales coalitions - Pakatan Harapan (PH), Perikatan Nasional (PN) et Barisan Nasional (BN) - n'ayant obtenu la majorité simple. Grâce à l'intervention du roi, le PH (81 sièges parlementaires sur 222) et le BN (30) ont accepté de former un gouvernement de coalition, et le chef du PH et leader de longue date de l'opposition, Anwar Ibrahim, a été nommé dixième Premier ministre. L'alliance a été soutenue par d'autres coalitions et partis plus petits (GPS, Warisan, MUDA et PBM), ainsi que par des membres indépendants du Parlement, ce qui a permis à Anwar de remporter un vote de confiance en décembre 2022. Néanmoins, le risque politique subsiste dans une scène politique aussi fragmentée où le gouvernement gouverne sans majorité simple, ce qui remet en cause sa capacité à rester en place pendant toute la durée du mandat de cinq ans. Les élections du 13 août 2023 dans six États, considérées comme un test crucial pour Anwar, ont abouti à un statu quo, les partis au pouvoir et de l'opposition conservant les États qu'ils gouvernaient avant les élections.

Conditions de Paiement et Moyens de Recouvrement

Cette rubrique est un véritable outil pour le directeur financier ou le credit manager dans l'entreprise. Elle informe sur les moyens de paiement à utiliser et sur la façon de mener des actions de recouvrement.

Paiement

Le virement bancaire, les espèces et le chèque sont des moyens de paiement d’usage courant en Malaisie. De même le réseau bancaire national permet d’effectuer des paiements en ligne. La lettre de crédit est également communément utilisée. Depuis 2017, la banque centrale impose que 75 % des paiements réalisés en devises étrangères soient convertis en ringgit malaisien (MYR) à réception. Les transactions effectuées en Malaisie doivent être effectuées en ringgit.

Recouvrement des créances

Phase amiable

Des prises de contact permettent régulièrement d’engager des négociations et de parvenir à des accords à l’amiable en réponse à un litige et/ou créances. Si l’acheteur n’offre pas de réponse, une visite du site et des recherches en ligne sont effectuées d’office afin de déterminer l’état de l’activité de l’acheteur et son statut légal. S’il persiste à ignorer ou à négliger les tentatives de règlement amiable de l’affaire, le fournisseur peut entamer une procédure judiciaire, pour recouvrer les paiements correspondant aux biens vendus et livrés. Il convient néanmoins de s’assurer que l’acheteur possède des actifs suffisants pour satisfaire la créance avant le lancement de la procédure.

Procédure judiciaire

Le système juridique malaisien est basé sur le système de la Common Law anglaise. La hiérarchie des tribunaux en Malaisie est constituée, dans l’ordre croissant, par le tribunal d’instance (Magistrates’ Court, « tribunal des magistrats »), le tribunal des sessions (Sessions Court), la Haute cour (High Court), la Cour d’appel (Court of Appeal), puis enfin la Cour fédérale de Malaisie (Federal Court of Malaysia). La Haute Cour, la Cour d’appel et la Cour fédérale sont des cours supérieures, tandis que le tribunal des magistrats et le tribunal des sessions sont des tribunaux subordonnés. Il existe également plusieurs autres tribunaux en dehors de cette hiérarchie, par exemple, tribunaux du travail, maritimes, de la Charia ou des affaires islamiques.

Les créances portées devant le tribunal des magistrats sont limitées à 100 000 MYR, tandis qu’un tribunal des sessions pourra connaître des affaires civiles dont le montant en litige ne dépasse pas 1 000 000 MYR. Lorsque le montant réclamé ne dépasse pas 5 000 MYR, la demande doit être déposée auprès de la division des petits litiges du tribunal des magistrats. Toutefois, la présence d’un avocat n’est pas autorisée.

Une créance impayée a normalement un délai de prescription de six ans à partir de la survenance de la cause de la demande (par exemple, violation de contrat). Le créancier doit remettre une assignation au débiteur dans les six mois qui suivent l’émission de l’assignation. Après la remise de l’assignation, le défendant dispose de 14 jours (ou 21 jours si l’assignation a été remise en dehors de la juridiction malaisienne) pour déposer un mémorandum de comparution (Memorandum of Appearance) auprès du tribunal, afin d’indiquer son intention de comparaître devant le tribunal et de se défendre contre l’action intentée.

Avant qu’une assignation ne puisse être émise, elle doit être motivée par le dépôt d’une requête ou par une demande générale, c’est-à-dire une déclaration concise précisant la nature de la réclamation et la réparation ou le recours demandé. Lorsque l’assignation ne s’appuie que sur une demande générale, la requête doit être remise avant l’expiration d’un délai de 14 jours après comparution du défendeur.

Lorsque le défendeur a comparu, il est tenu de présenter sa défense au plaignant dans un délai de 14 jours après expiration du délai de comparution ou après remise de la requête si celle-ci intervient plus tard.

0

PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE

Si le défendeur ne se présente pas devant le tribunal, le plaignant peut demander que soit rendu un jugement par défaut. En général, lorsque le défendeur comparaît, présente une défense et dépose toutes les pièces requises en soutien de son dossier, tout est prêt pour le procès. Si la défense semble clairement insuffisante, le plaignant peut demander que soit rendue une décision en référé à l’encontre du défendeur. Pour éviter cela, le défendeur doit démontrer que le litige donne matière à un procès ou qu’il existe une autre raison pour que se tienne un procès.

0
0

0

Exécution d’une décision de justice

0

ORDONNANCE DE SAISIE-EXÉCUTION

Une ordonnance de saisie-exécution peut concerner les biens mobiliers et immobiliers aussi bien que les valeurs mobilières. Lorsque les biens à saisir sont des biens immobiliers garantis, la saisie doit faire l’objet d’une ordonnance interdisant au débiteur judiciaire de transmettre, vendre ou louer les biens en question.

0

PROCÉDURE DE SAISIE-ARRÊT

Le créancier judiciaire peut demander la saisie de sommes que le débiteur judiciaire est censé recevoir d’une tierce partie. Si la personne qui fait l’objet de l’ordonnance de saisie-arrêt ne se présente pas devant le tribunal, l’ordonnance devient exécutive. Si cette personne se présente devant le tribunal, celui-ci peut rendre une décision en référé ou ordonner la tenue du procès.

0

CITATION À COMPARAÎTRE DU DÉBITEUR JUDICIAIRE

L’objectif de cette citation est de donner au débiteur judiciaire l’occasion de rembourser sa dette selon un échelonnement adapté à ses moyens. Le débiteur lui-même peut demander cette procédure. En vertu de l’Ordonnance 14 (Order 14), le défendeur peut accepter la réclamation du plaignant et proposer un remboursement échelonné ; le tribunal peut accorder cette demande si le plaignant donne son accord.

0

PROCÉDURE DE FAILLITE

Si le jugement total de la créance est supérieur à 30 000 MYR, la procédure de faillite peut être déclenchée si le débiteur judiciaire ne respecte pas le jugement ou la décision rendu(e) à son encontre. Une fois qu’un débiteur est déclaré en faillite, d’autres créanciers ont également le droit de déposer un formulaire de production de créance et une procuration pour avoir le droit d’avoir une part de la distribution du patrimoine du débiteur. La distribution du patrimoine est effectuée en fonction de l’ordre de priorité des créanciers.

JUGEMENTS ÉTRANGERS

Toute décision rendue par un pays étranger doit être reconnue comme un jugement domestique afin de devenir exécutoire par une procédure d'exequatur. La Malaisie a conclu des accords de reconnaissance et d'exécution réciproques avec certains pays, dont Hong Kong, l'Inde et la Nouvelle-Zélande.

Procédure d’insolvabilité

Plusieurs procédures d’insolvabilité et de restructuration sont disponibles. Au titre de la loi sur les sociétés, la procédure d’insolvabilité disponible comprend :

la liquidation judiciaire obligatoire et volontaire des sociétés ;

la désignation d’administrateurs judiciaires et de gestionnaires d’entreprise ;

des mécanismes de restructuration.

Dernière mise à jour : août 2023

Autres pays avec le même niveau de risque

  • Autriche

     

    A3 A3

  • Irlande

     

    A3 A3

  • Islande

     

    A3 A3

  • Israël

    Détérioration récente

    A2 A3

  • Allemagne

     

    A3 A3

  • France

     

    A3 A3

  • Finlande

     

    A3 A3

  • Estonie

     

    A3 A3

  • Portugal

     

    A3 A3

Asie : les entreprises ont subi moins de retards de paiement

L'enquête sur les comportements de paiements des entreprises en Asie, menée par Coface entre novembre 2022 et avril 2023, donne un aperçu de l'évolution des comportements de paiement et des pratiques de gestion du crédit d'environ 2 300 entreprises de la région Asie-Pacifique. Les entreprises qui ont participé à cette enquête sont basées dans neuf marchés (Australie, Chine, Hong Kong, Inde , Japon, Malaisie, Singapour, Taïwan et Thaïlande) et actives dans 13 secteurs.

Découvrez comment vous protéger contre les risques de défaillance de vos clients en Malaysie

L'assurance-crédit : protection contre les impayés