Israël

Asie

PIB / Habitant ($)
54336,8 $
Population (en 2021)
9,7 Millions

Evaluation

Risque Pays
A3
Climat des affaires
A2
Précédemment :
A2 decrease
Précédemment :
A2

suggestions

Résumé

Points forts

  • Un secteur de haute technologie très compétitif
  • Économie diversifiée, résiliente et fortement intégrée au commerce mondial
  • Niveau élevé des réserves internationales
  • Établissement de relations diplomatiques avec certains pays arabes, ce qui favorise les possibilités d'investissement
  • Ratio dette publique/PIB en baisse, comptes extérieurs solides

Points faibles

  • Un environnement géopolitique dangereux
  • Petite économie
  • Concentration des exportations sur les pays occidentaux
  • Manque de travailleurs dans les secteurs clés tels que l'industrie manufacturière et la haute technologie.
  • Pénurie structurelle dans le secteur du logement en raison de l'écart entre l'offre faible et la demande croissante
  • Paysage politique fortement divisé et fragmenté entraînant une instabilité politique et des élections anticipées fréquentes

Echanges commerciaux

Export des biens en % du total

États-Unis d'Amérique
26%
Europe
23%
Chine
6%
Inde
5%
Royaume-Uni
4%

Import des biens en % du total

Europe 28 %
28%
Chine 12 %
12%
États-Unis d'Amérique 9 %
9%
Suisse 6 %
6%
Turquie 5 %
5%

Evaluation des risques sectoriels

Perspectives

Cette rubrique est un véritable outil pour le directeur financier ou le credit manager dans l'entreprise. Elle informe sur les moyens de paiement à utiliser et sur la façon de mener des actions de recouvrement.

Une économie résiliente malgré un ralentissement

L'économie israélienne sera affectée par le ralentissement économique mondial. Après une contraction de 1,8 % au premier trimestre 2022, l'économie a connu une croissance annualisée de 6,8 % au trimestre suivant, l'assouplissement des restrictions liées à la COVID-19 ayant fortement contribué à l'activité économique, notamment via le tourisme, les transports et le secteur de l'hôtellerie. Pendant le reste de l'année 2022, les effets d'acquis de 2021 ont continué à soutenir les performances de croissance. En 2023, l'activité progressera à un rythme plus lent. Cela devrait être principalement dû au ralentissement de la demande extérieure et à la hausse de l'inflation pesant sur la consommation privée (50% du PIB). D'autre part, la hausse des coûts de production et les pénuries de main-d'œuvre pourraient avoir un impact sur les investissements (20 % du PIB). Entre avril et octobre 2022, la banque centrale a relevé son taux de référence et délivré une hausse totale de 265 points de base à 2 % dans le but de contrer la hausse de l'inflation, qui a bondi à 5,2 % en juillet 2022, son plus haut niveau depuis 14 ans. En conséquence, le taux d'intérêt mensuel moyen de base sur les prêts avait augmenté de près de 3 % à la fin du mois d'août 2022, contre 1,6 % au début de l'année. Avec des prix des matières premières globalement élevés, des loyers élevés en raison de la pénurie de logements et un marché du travail robuste (le taux de chômage est d'environ 3,5 %), l'inflation devait rester au-dessus de la fourchette cible de la banque centrale de 1 à 3 % jusqu'à la fin de 2022.

Les prévisions d'inflation à un an montrent que l'inflation pourrait rester proche du seuil supérieur de la cible de la banque centrale. Par conséquent, la politique monétaire devrait rester restrictive en 2023, ce qui entraînera une hausse des coûts de financement pour les entreprises. En outre, bien que les exportations (1/3 du PIB) aient augmenté d'environ 22 % sur la période janvier-août 2022 par rapport à l'année précédente, le ralentissement de l'économie américaine (environ ¼ des exportations totales d'Israël) et de la Chine (près de 10 % des exportations totales) et les risques croissants de récession dans la zone euro freineront la demande pour les produits d'exportation d'Israël, notamment les biens de haute technologie, les machines et les produits chimiques.

Position extérieure saine, déficit budgétaire limité

Bien qu'Israël soit en partie isolé de la hausse des prix des produits de base grâce à sa production intérieure de gaz (estimée à près de 24 milliards de m3 en 2022), le ralentissement des exportations de marchandises dû aux risques de récession mondiale et la lenteur de la reprise des recettes touristiques ont creusé son déficit commercial et tiré vers le bas l'excédent de sa balance courante en 2022. Néanmoins, sa position extérieure restera saine. Les recettes du tourisme, qui représentaient environ 2 % du PIB avant la pandémie, devraient atteindre seulement 0,8 % en 2022 et environ 1 % en 2023. Le compte des services restera excédentaire grâce aux services informatiques, à la recherche et au développement. Ces derniers, ainsi que les composants électroniques, les équipements de communication, les équipements de précision et médicaux, les diamants et les produits agrochimiques resteront les principaux piliers de l'excédent extérieur résilient. La balance des revenus primaires restera déficitaire principalement en raison des revenus rapatriés par les entreprises étrangères, tandis que la balance des revenus secondaires conservera son excédent grâce aux transferts de la diaspora. Par conséquent, les réserves internationales du pays, qui s'élèvent à 192 milliards de dollars (37% du PIB) en août 2022, continueront à assurer la stabilité de la position extérieure d'Israël.

Après l'adoption du budget 2022 par le Parlement en novembre 2021, l'excédent budgétaire d'Israël pour les douze mois jusqu'à la fin août 2022 s'est élevé à 0,6 % du PIB. La formation de la coalition dirigée par le Likoud au Parlement devrait faire adopter le budget 2023, ce qui éliminerait l'incertitude budgétaire. Le resserrement de la politique monétaire, le ralentissement de la croissance et la hausse de l'inflation devraient peser sur les taxes à la consommation, tandis qu'une augmentation probable des salaires du secteur public en 2023 devrait accroître les dépenses. Il en résultera un léger déficit budgétaire en 2023 tandis que le poids de la dette publique devrait se stabiliser.

La coalition de droite remporte les élections

La victoire de la coalition de droite dirigée par l'ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu aux élections de novembre 2022 devrait faciliter le processus d'élaboration des politiques, car elle repose sur des factions idéologiques similaires. L'amélioration des liens avec les Émirats arabes unis (EAU), l'Égypte, la Turquie, le Maroc, le Soudan et Bahreïn continuera de fournir de nouvelles opportunités d'investissement et de financement pour Israël. En septembre 2022, Israël a entamé des pourparlers avec Bahreïn au sujet d'un accord de libre-échange après en avoir signé un avec les EAU en mai, qui devrait permettre d'augmenter les échanges commerciaux à 10 milliards de dollars sur une période de cinq ans, contre 1 milliard de dollars actuellement. Cela dit, Israël restera réticent à relancer l'accord nucléaire avec l'Iran. En outre, le pays restera confronté à des risques sécuritaires en raison de l'instabilité en Syrie, où l'Iran renforce sa présence. Les relations avec la population arabe palestinienne continueront d'être marquées par des explosions de violence.

Dernière mise à jour : février 2023

Autres pays avec le même niveau de risque

  • Irlande

     

    A3 A3

  • Espagne

     

    A3 A3

  • Suède

     

    A3 A3

  • Slovénie

     

    A3 A3

  • Estonie

     

    A3 A3

  • Allemagne

     

    A3 A3

  • France

     

    A3 A3

  • Finlande

     

    A3 A3

  • Portugal

     

    A3 A3

Découvrez comment vous protéger contre les risques de défaillance de vos clients en Israël

L'assurance-crédit : protection contre les impayés