Slovaquie

Europe

PIB / Habitant ($)
21263,3 $
Population (en 2021)
5,4 Millions

Evaluation

Risque Pays
A4
Climat des affaires
A2
Précédemment :
A4
Précédemment :
A2

suggestions

Résumé

Points forts

  • Membre de la zone euro et de l'OTAN
  • Plate-forme de production pour les industries européennes de l'automobile et de l'électronique
  • Niveau satisfaisant de la dette publique
  • Système financier robuste dominé par des groupes étrangers

Points faibles

  • Une économie petite et ouverte qui dépend des investissements et des marchés européens
  • Forte concentration sectorielle des exportations : automobile et électronique grand public
  • Inégalités de développement régional : l'est est en retard (infrastructures et formation)
  • Recherche et développement insuffisants, exportations reposant sur des activités d'assemblage (faible valeur ajoutée)
  • Pénurie de main-d'œuvre qualifiée et chômage de longue durée élevé

Echanges commerciaux

Export des biens en % du total

Allemagne
21%
Tchéquie
12%
Hongrie
9%
Pologne
8%
France
6%

Import des biens en % du total

Tchéquie 18 %
18%
Allemagne 18 %
18%
Pologne 9 %
9%
Autriche 7 %
7%
Hongrie 7 %
7%

Perspectives

Cette rubrique est un véritable outil pour le directeur financier ou le credit manager dans l'entreprise. Elle informe sur les moyens de paiement à utiliser et sur la façon de mener des actions de recouvrement.

La forte dépendance à l'égard de l'énergie russe reste l'épée de Damoclès des perspectives économiques

L'invasion russe en Ukraine et les sanctions et contre-sanctions de l'UE qui ont suivi ont radicalement changé les perspectives économiques de la Slovaquie. Le mix énergétique de la Slovaquie se compose en grande partie de gaz naturel (27 % en 2021) et de pétrole (25 %). En 2021, 87 % de ce gaz naturel et la totalité du pétrole slovaque seront importés de Russie. Étant donné que la Slovaquie soutient fortement l'Ukraine, avec laquelle elle a une frontière de 97 km de long, la menace est immanente que la Russie arrête ses exportations d'énergie. Avec un stockage de gaz relativement complet (à la mi-janvier 2023, il était encore plein à 73%), le pays aurait suffisamment de réserves pour passer l'hiver 2022/23 sans importations de Russie. Pour 2023, les sources alternatives seront la nouvelle interconnexion gazière entre la Pologne et la Slovaquie, qui peut approvisionner la Slovaquie en GNL depuis les terminaux de la mer Baltique. Le Baltic Pipe, qui relie le système gazier danois au système polonais, pourrait même amener du gaz norvégien en Slovaquie. Néanmoins, il est peu probable que ces sources puissent compenser les livraisons de la Russie.

En ce qui concerne le pétrole, la Slovaquie pourrait en recevoir de l'Arabie saoudite et d'autres pays du Moyen-Orient par le biais de l'oléoduc Adria, mais les raffineries slovaques doivent être reconfigurées, car elles ne peuvent actuellement pas traiter ce pétrole brut "léger". Même si l'approvisionnement en énergie est assuré, du moins à très court terme, les prix élevés de l'énergie en Europe ont eu un impact direct sur le taux d'inflation en Slovaquie. Celui-ci s'est envolé dès le début de la guerre et a oscillé entre 13% et 15% à partir de juin 2022 (il s'agit du niveau d'inflation le plus élevé depuis 1999). Pour 2023, la tension sur les prix ne devrait diminuer un peu que vers la fin de l'année, car en janvier 2023, les prix réglementés de l'énergie pour les ménages ont fortement augmenté. Bien que le salaire minimum ait été augmenté de 8,4 % pour atteindre 700 € par mois le même mois, les salaires réels vont encore baisser sensiblement et réduire le pouvoir d'achat des consommateurs.

Les perspectives d'investissement des entreprises sont très incertaines et dépendent de la stratégie des entreprises, qui sont susceptibles de reporter leurs investissements en raison de la hausse des taux d'intérêt. Elles dépendent également des perspectives du secteur automobile, qui représente 36 % des exportations du pays et 13,9 % du PIB. Le secteur a souffert des perturbations de la chaîne d'approvisionnement liées à la fois aux semi-conducteurs et à la guerre en Ukraine l'année dernière. Certaines de ces pénuries se sont partiellement résorbées au cours de l'année 2022. Cependant, malgré une certaine amélioration du marché automobile d'Europe occidentale, il est loin de son niveau de 2019 et pourrait être repris par une stagnation ou une légère récession dans de nombreux pays, où l'inflation a également diminué la demande de nouvelles voitures. Cela aura également un impact sur les exportations totales de la Slovaquie. L'effondrement de la contribution des exportations nettes à la croissance du PIB sera toutefois limité par une baisse de la demande d'importations en raison de la part importante des intrants intermédiaires importés dans les exportations. Le gouvernement apportera un certain soutien à la croissance. Ses transferts aux groupes vulnérables et ses aides aux entreprises (1,2 milliard d'euros, soit 1 % du PIB) devraient favoriser la consommation et les investissements. En outre, la Slovaquie reçoit 6,3 Md€ de subventions (5 % du PIB) au titre des fonds structurels de l'UE entre 2021 et 2027 pour des projets climatiques et la transition numérique. Leur versement dépend toutefois du comportement des agences gouvernementales, qui ont été accusées de mauvaise gestion des fonds européens ces derniers temps. La BCE, quant à elle, sera un frein à la croissance économique en 2023. Après avoir relevé ses taux d'intérêt d'un niveau record de 250 points de base en 2022, d'autres hausses, plus modestes et progressives, sont prévues pour 2023, portant le niveau du taux d'intérêt du principal taux de refinancement entre 3,5 et 4 %. En outre, la BCE commencera à réduire son bilan en mars 2023, à raison de 15 milliards d'euros par mois. Cette réduction mensuelle augmentera probablement au cours de l'année.

Le déficit public va se creuser à nouveau

Le déficit public s'est quelque peu réduit en 2022. Bien que les dépenses aient été élevées, notamment pour le soutien à l'Ukraine avec plus de 200 millions d'euros (0,2 % du PIB) d'aide humanitaire et militaire ainsi que pour l'aide à environ 700 000 réfugiés, ainsi que pour les mesures visant à aider les ménages et les entreprises à faire face aux prix élevés de l'énergie, la diminution des dépenses liées à la pandémie a été encore plus importante. En outre, les recettes fiscales ont augmenté grâce à la poursuite de la reprise économique. En 2023, avec une légère récession durant l'hiver 2022/23 et seulement une reprise très modeste au cours des trimestres suivants, les recettes fiscales devraient rester plus faibles. Conjugué à des dépenses toujours élevées, cela creusera à nouveau le déficit et augmentera le niveau de la dette publique.

La balance des comptes courants restera nettement déficitaire en 2023. Bien que les problèmes de chaîne d'approvisionnement devraient être réduits, la valeur des importations, en raison de l'inflation mondiale élevée, restera supérieure à celle des exportations. En outre, le soutien du tourisme devrait rester faible, la guerre en Ukraine se poursuivant.

Une scène politique fluide

Eduard Heger, du parti anti-corruption OL'aNO (Ordinary People and Independent Personalities), est devenu Premier ministre slovaque en avril 2021, après que son prédécesseur Igor Matovic, du même parti, eut démissionné à la suite d'un scandale politique déclenché par un accord secret portant sur l'achat du vaccin russe contre le coronavirus Sputnik V, malgré le désaccord des alliés de la coalition.

M. Heger a commencé son mandat avec une coalition composée du parti OL'aNO (53 sièges sur 150 au Parlement après les élections de 2020), du parti populiste de droite "Nous sommes la famille" (17 sièges), du parti libéral Liberté et Solidarité (13 sièges) et du parti de centre-droit "Pour le peuple" (12 sièges). La structure de la coalition était toutefois instable dès le départ. La tension politique avait augmenté, notamment en mai 2022, après un autre scandale de corruption. Après cela, le parti Liberté et Solidarité (SAS) a quitté la coalition gouvernementale, qui s'est alors réduite à un gouvernement minoritaire de 68 sièges, mais soutenu par des députés indépendants et chrétiens-démocrates. Après des mois d'inflation élevée combinée à une gouvernance chaotique du gouvernement minoritaire, le SAS a appelé à un vote de défiance au Parlement à la mi-décembre 2022, qui a réussi avec une majorité simple de 78 députés sur 150. Les élections surprises sont rares en Slovaquie, car elles nécessitent le soutien des deux tiers des membres du parlement. Néanmoins, la présidente Caputová a demandé aux partis politiques de soutenir une élection surprise. En attendant, le cabinet Heber reste en place en tant que gouvernement intérimaire.

Dernière mise à jour : avril 2023

Autres pays avec le même niveau de risque