Les études économiques et analyses risques pays et risques sectoriels Coface
Construction

Construction

Construction
Amérique Latine
Amérique du Nord
Europe centrale et de l'est
Europe de l'Ouest
Asie
Moy-Orient & Turquie
Changer de secteur

Forces

  • Croissance démographique mondiale
  • Augmentation continue de l’urbanisation
  • Grands projets d’infra­structures attendus

Faiblesses

  • Augmentation du risque de crédit des entreprises du secteur en Chine avec un niveau d’endettement élevé et une situation de surcapacité
  • Le niveau d’endettement des ménages reste élevé aux États-Unis, en Europe de l’Ouest et dans plusieurs grandes économies émergentes
  • Tendance haussière des taux d’intérêt dans le monde
  • Augmentation des coûts de production de certains intrants

Evaluation des risques

Les faits marquants
 DETTE NETTE* DES ENTREPRISES  DE LA CONSTRUCTION EN CHINE


DETTE NETTE* DES ENTREPRISES
DE LA CONSTRUCTION EN CHINE

Les perspectives économiques du secteur de la construction s’assombrissent en 2019 à des niveaux d’intensité différents suivants les régions, dans un contexte de ralentissement de la croissance mondiale. Cela sera le cas dans l’Union européenne où un essoufflement de l’activité économique est anticipé avec une croissance attendue à 1.7 % en 2019 contre 2 % en 2018. Le risque de crédit restera particulièrement élevé dans le secteur en Chine, où la décélération graduelle de la croissance est combinée à une politique monétaire plus restrictive (afin de s’attaquer à la bulle immobilière) ainsi qu’à la poursuite de la stratégie de réduction des surcapacités de production. Le niveau d’endettement des entreprises chinoises du secteur reste élevé. La construction devrait être l’un des secteurs les plus risqués en 2019 d’après les analyses sectorielles pour les treize secteurs pour lesquelles Coface publie des évaluations.

Le contexte mondial de guerre commerciale, l’augmentation des coûts de production, due notamment aux prévisions à la hausse des cours de certains métaux et du bois de construction, constitueront des difficultés supplémentaires pour les entreprises du secteur.

Aux États-Unis, les perspectives du secteur se détériorent avec des perspectives de croissance économiques moins positives attendues en 2019 dans le pays. Coface s’attend en effet à une croissance à 2,3 % en 2019 contre 2,9 % en 2018. Ceci, dans un contexte où l’effet du stimulus fiscal initié par le gouvernement fin 2017 s’estompe et est largement compensé par un environnement de hausse des taux décidés par la Réserve fédérale.

En Amérique latine, le risque de crédit sur les entreprises du secteur devrait rester élevé, après de nombreux scandales de corruption dans l’attribution des contrats publics en la matière, la crise de change en Argentine qui a conduit à des mesures d’austérité budgétaire et d’augmentation très importante des taux. En Turquie, comme pour l’Argentine, la crise de change sévère de l’année passée et la récession économique qui s’installe désormais sont de nature à entretenir la contraction de la demande dans le secteur.

Dans le plus long terme, les perspectives devraient s’améliorer et continuer d’être entretenues par la croissance démographique mondiale et donc une demande de logement structurelle soutenue, dans un mouvement international d’accroissement de l’urbanisation. Une étude 2018 du cabinet HNY Research indique que la demande mondiale d'équipements de construction devrait croître fortement au cours des cinq prochaines années, grâce à un segment de marché qui devrait croître d’environ 8 % par an d’ici 2023.

Demande

La demande mondiale dans le secteur de la construction sera affectée en 2019 par la remontée des taux d’intérêt attendue dans de nombreuses économies avancées, et qui a déjà commencé aux États-Unis et au Royaume-Uni. En zone euro, la BCE envisage une augmentation des taux à l’horizon de l’été 2019, tandis qu’en Europe centrale et orientale, des banques centrales ont déjà commencé à sortir des politiques monétaires accommodantes (Roumanie et Tchéquie depuis fin 2017). C’est aussi le cas en Asie (Corée, Indonésie, Philippines par exemple).

Plus généralement, la demande dans le secteur sera pénalisée par le ralentissement de l’économie mondiale, que nous attendons à 3 % en 2019 contre 3,2 % en 2018.

Dans l’Union européenne, Coface anticipe un essoufflement de l’activité économique avec une croissance économique attendue à 1,7 % en 2019 contre 2 % en 2018. Le secteur de la construction britannique a subi de plein fouet les incertitudes liées au Brexit sur 2018 via la perte de confiance des consommateurs et les hausses des taux d’intérêt. Les nouvelles commandes, que ce soit en termes d’infrastructures ou d’activités commerciales privées, ont diminué de 6,6 % au 3e trimestre 2018 par rapport au 1er trimestre 2018 au Royaume-Uni. Aux États-Unis, les perspectives dans le secteur se détériorent avec une prévision de croissance économique moins positive en 2019 dans le pays. Coface s’attend en effet à une croissance à 2,3 % en 2019 contre 2,9 % en 2018 ; une situation qui devrait contribuer à contraindre la demande. Ceci, dans un contexte où les effets des réductions d’impôts sur les entreprises mises en place fin 2017 ont été compensées par les successives hausses de taux décidées par la Réserve fédérale. En Chine, la décélération graduelle de la croissance économique attendue (6,2 % en 2019 contre 6,5 % en 2018) combinée aux effets des mesures du gouvernement pour s’attaquer à la bulle immobilière devraient contraindre la demande.

Néanmoins, à plus long terme, le mouvement d’urbanisation de la population mondiale couplé à son augmentation structurelle devraient continuer de soutenir la demande du secteur.

Offre

Le secteur de la construction à travers le monde revêt des réalités contrastées et des perspectives différentes pour 2019. La poursuite de l’augmentation des coûts de production pèsera négativement sur les performances du secteur. Elle continue d’être principalement due à la hausse des cours de certains métaux, notamment par rapport aux tendances historiques, très utilisés dans le secteur de la construction comme l’acier, ainsi que ceux des bois de construction.

Aux États-Unis, les indicateurs se détériorent. L'activité du secteur de la construction s'est contractée : les permis de construire et les mises en chantier ont en effet diminué respectivement de 5,8 % et 2,9 % en glissement annuel en octobre 2018. La construction résidentielle ainsi que les financements de projets affichaient également des signes de détérioration en fin d’année passée qui devraient se poursuivre en 2019.

L’un des principaux risques pour le secteur de la construction aux États-Unis en 2019 sera lié aux répercussions de la guerre commerciale initiée par l’administration Trump. Cette dernière a notamment décidé de mettre en place des tarifs douaniers sur une partie des importations d’acier (25 %) et d’aluminium (10 %) aux États-Unis, ce qui augmente fortement les coûts de production pour les acteurs de la construction. Un développement qui pourrait avoir un impact positif pour la construction aux États-Unis serait la mise en place des projets d’infrastructures d’envergure envisagés par le président Trump durant la campagne présidentielle, dont les champs d’application et les montants éventuellement alloués restent incertains à ce stade. En Europe, le secteur sera impacté par le ralentissement de l’activité.

 

Dernière mise à jour : février 2019

Haut de page
  • Français