Les études économiques et analyses risques pays et risques sectoriels Coface
Construction

Construction

Construction
Amérique Latine
Moy-Orient & Turquie
Europe centrale et de l'est
Europe de l'Ouest
Amérique du Nord
Asie-Pacifique
Changer de secteur

Forces

  • Mouvements de migration interne en augmentation continue et croissance démographique mondiale
  • Poursuite du mouvement d’urbanisation
  • Intérêt élevé pour les projets verts, la technologie d'impression 3D et les technologies liées à l’urban mining (recyclage et réutilisation des déchets de construction et de démolition)
  • Politiques monétaires accommodantes dans l’ensemble à l’échelle mondiale et taux d’intérêt faibles dans les économies avancées

Faiblesses

  • Le niveau d’endettement des entreprises de construction, notamment en Chine, reste élevé
  • Endettement élevé des ménages au niveau mondial
  • Vulnérabilité aux perturbations des chaînes d'approvisionnement et à la pénurie de main-d'œuvre
  • Secteur pro-cyclique dont certains segments sont durablement impactés par les conséquences de la crise sanitaire liée à la COVID-19

Appréciation du risque

Synthèse de l’appréciation du risque

Le secteur de la construction restera résilient et poursuivra sa croissance en 2022. Nous anticipons un climat macroéconomique relativement moins volatil, grâce au déploiement de campagnes de vaccination, et à des restrictions et confinements stricts et limités dans de nombreux pays, mais la présence continue de variants de la COVID-19 demeure. Coface prévoit une croissance du PIB mondial de 4,1 % cette année. La dynamique de la crise et l'impact sur la reprise seront différents selon les segments de l'industrie de la construction, malgré la nature pro-cyclique du secteur. L'activité économique continue de se redresser au niveau mondial, en partie grâce au soutien des gouvernements et aux politiques monétaires accommodantes. En 2022, nous pourrions connaître une hausse des taux hypothécaires, ce qui affectera l’accession à la propriété dans plusieurs pays. Dans ce contexte, certains sous-segments du secteur de la construction devraient être plus résilients que d'autres. C'est le cas des infrastructures, pour lesquelles les projets jouent un rôle clé dans les plans de relance des gouvernements. La majorité de ces plans de relance s'inscrivent dans le cadre des efforts continus visant à «  décarboniser » l'économie afin de relever les défis environnementaux. En outre, dans une moindre mesure, le segment du logement privé devrait rester solide, malgré le niveau encore élevé de l'endettement des ménages dans le monde et les incertitudes économiques induites par les perturbations des chaînes d'approvisionnement et la pénurie de main-d'œuvre. En revanche, les perspectives mondiales du segment de l'immobilier commercial sont globalement moins optimistes à moyen terme. La demande devrait rester limitée malgré la reprise économique attendue cette année. En effet, la crise de la mobilité déclenchée par la pandémie a conduit plusieurs entreprises de différents secteurs et régions du monde à modifier durablement leur organisation du travail et à favoriser globalement le télétravail. Ce mode de travail continue d'être encouragé en 2022 sur de nombreux marchés.

 

ENTREPRISES DE CONSTRUCTION AU NIVEAU GLOBAL : PLUS DE PROFITS, MOINS DE DETTES
COFA_GDR_2022_Graph_Construction_FR
Analyse approfondie du secteur
L’activité de l’immobilier résidentiel reste robuste en 2022 tandis que le segment de l'immobilier commercial continue d'être moins favorable  

Selon l'Institute of International Finance (IIF), la dette mondiale des ménages a augmenté de 1 500 milliards de dollars au cours des six premiers mois de 2021, pour atteindre 55 000 milliards de dollars, ce qui correspond à la hausse des prix de l'immobilier dans presque toutes les grandes économies mondiales. L'offre ne parviendra pas à satisfaire la demande, ce qui devrait favoriser la poursuite de l’augmentation des prix des logements.

 
La demande des ménages en logements privés restera plus forte en 2022 et certains facteurs pourraient soutenir la demande des ménages. Tout d'abord, le faible niveau des taux d'intérêt dans les principales économies. La hausse prochaine des taux hypothécaires pourrait limiter l’accession à la propriété pour les divers agents économiques, ralentir l’augmentation des prix des logements et durcir les conditions de financement. Deuxièmement, la population urbaine aspire de plus en plus à un nouveau style de vie, dans le sillage de l'augmentation générale et accélérée du télétravail après plusieurs épisodes de confinement . En 2022, le télétravail continue d'être encouragé, et les changements de comportement des consommateurs qui préfèrent les zones urbaines aux banlieues soutiendront la demande de logements. En outre, les mouvements de migration interne en augmentation continue contribueront à l'augmentation de la demande de logements.

 
Au moment de la rédaction du présent rapport, les permis de construire aux États-Unis et en Europe ont légèrement augmenté et les prix des logements en Chine ont connu une baisse modérée. Nous anticipons une croissance lente des permis de construire et des prix des logements dans les principales économies. Cependant, le secteur de la construction sera confronté à plusieurs perturbations dans les chaînes d'approvisionnement. La hausse de la demande pour certains matériaux de construction tels que le ciment, les produits chimiques et les métaux, la disponibilité de certains intrants tels que les fenêtres et les panneaux de disjoncteurs et les pénuries de main-d'œuvre pèseront sur l'offre. Plusieurs projets de construction pourraient être retardés. Les prix du ciment, du PVC, de l'aluminium et du cuivre devraient rester élevés en 2022. De plus, la durée des processus de planification et la disponibilité des terrains dans plusieurs pays affecteront le secteur. Nous pensons que les petites entreprises de ce secteur seront plus touchées en raison du coût des intrants. Le segment de l'immobilier commercial restera affecté par la pandémie et devrait se rétablir progressivement à court terme. Le télétravail étant toujours en place et encouragé dans de nombreux pays, les personnes actives ne retourneront pas à 100% au bureau en 2022.

 

Résilience du segment des infrastructures

Les gouvernements considèrent le secteur de la construction comme un élément clé de la reprise économique et une source d'emplois. L'activité des infrastructures soutiendra la croissance du secteur, car les mesures de relance gouvernementales resteront importantes en 2022.  Le projet de loi américain Bipartisan Infrastructure Bill autorise environ 550 milliards de dollars de nouvelles dépenses et prolonge plusieurs programmes fédéraux de financement des infrastructures. La plupart des fonds soutiendront les infrastructures de transport telles que les routes, les ponts, les ports, les chemins de fer, les transports en commun. Les fonds restants serviront à moderniser les services publics tels que l'eau, l'électricité et le numérique. L'impact pourrait ne pas se faire sentir immédiatement car il faudra peut-être quelques trimestres pour commencer à dépenser les fonds alloués et ces dépenses seront étalées sur 8 à 10 ans. Le projet de loi ne concerne pas la construction de bâtiments, mais la trajectoire du segment résidentiel dépend davantage de l'investissement privé. En Europe, le plan Facilité pour le reprise et la résilience (RRF) de 723 milliards d'euros, qui représente une composante majeure du fonds européen NextGenerationEU, soutiendra le secteur de la construction. Les investissements verts, la transition numérique, l'efficacité énergétique des bâtiments, la rénovation des bâtiments et les transports à faible émission de carbone seront encouragés. L'activité du secteur chinois de la construction pourrait être freinée par les difficultés de l'immobilier. Ce segment est très endetté et risque d'être confronté à des défauts de paiement car les promoteurs souffrent d'un manque de liquidités. Cependant, les autorités soutiendront le marché de l'immobilier pour que la demande de logements soit suffisante et adopteront des politiques spécifiques à chaque ville, ce qui pourrait se traduire par un assouplissement des mesures pour le marché de l'immobilier, notamment en ce qui concerne le financement en 2022. En outre, nous prévoyons des dépenses budgétaires élevées, notamment en matière d'infrastructures, l'année prochaine.

 

Les profondes transformations du secteur qui avaient été engagées avant la crise, notamment pour répondre aux enjeux environnementaux, devraient se poursuivre

Les acteurs du secteur de la construction ont adopté depuis quelques années une politique de « décarbonisation » afin, notamment, de répondre à la volonté des consommateurs et des pouvoirs publics de prévenir les risques environnementaux et de lutter contre le changement climatique. L’Union Européenne (UE) s’est par exemple engagée à atteindre la « neutralité carbone » pour les nouvelles constructions d’ici 2050, ainsi qu’à réduire les émissions de carbone dans ce secteur de 40 % d’ici 2030. Le pacte vert qu’elle a mis en place , le plan « European Green New Deal Investment Plan », fournit un cadre pour les investissements dans les infrastructures « vertes ». Des investissements seront réalisés dans des infrastructures de transport à faibles émissions de carbone (train à grande vitesse, transports en commun, infrastructures de bornes de recharge électrique). La crise sanitaire ne devrait pas modifier cette trajectoire. D’ailleurs, la dotation de 49,1 milliards d’euros attribuées aux ressources naturelles et à l’environnement de l’UE en 2021, le déploiement des énergies renouvelables devrait également bénéficier au secteur de la construction. Par ailleurs, en 2012, le gouvernement australien a créé l’Agence australienne des énergies renouvelables (ARENA), qui s'est engagée dans 543 projets pour un investissement de USD 1,6 milliard. En Amérique Latine, où 80% de la population vit dans les villes, la décarbonisation des bâtiments représente un marché de près de 4 milliards de dollars d’ici 2030, d’après la Banque Mondiale.

 
Le changement climatique, l'efficacité énergétique et la transition vers des matériaux de construction verts (urban mining) représentent des éléments importants, car les autorités vont se lancer dans une course à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Les techniques modernes de construction, comme l’impression 3D, deviendront la nouvelle norme et changeront profondément la donne en termes de productivité dans le secteur de la construction au cours de la prochaine période.

 

CROISSANCE ANNUELLE DES PERMIS DE CONSTRUIRE (ÉTATS-UNIS, FRANCE, ALLEMAGNE) ET DU PRIX DES LOGEMENTS (CHINE)
COFA_GDR_2022_Graph2_Construction_FR

 

Dernière mise à jour : février 2022

Haut de page