Les études économiques et analyses risques pays et risques sectoriels Coface
Papier

Papier

Papier
Asie-Pacifique
Europe centrale et de l'est
Amérique Latine
Moy-Orient & Turquie
Amérique du Nord
Europe de l'Ouest
Changer de secteur

Forces

  • Caractère durable et recyclable du papier
  • Utilisation croissante du papier d’emballage en raison du développement de l’e-commerce
  • Forte demande émanant d’Asie

Faiblesses

  • Demande de carton et de papier d’emballage très liée à la conjoncture économique
  • Substitution progressive du papier graphique par des supports digitaux compte tenu de l’utilisation croissante des technologies numériques
  • Forte baisse de la demande de papier graphique pendant la crise sanitaire liée à la pandémie de COVID- 19

Appréciation du risque

Synthèse de l’appréciation du risque

Dans le cadre de sa méthodologie d’évaluation du risque sectoriel, Coface inclut deux segments dans l’analyse du secteur du papier : le papier graphique et le papier d’emballage. Le marché mondial du secteur du papier devrait passer de 896,6 milliards de dollars en 2019 à 868,8 milliards de dollars en 2020 soit une baisse de 3,1%, d’après Business Wire. Déjà confronté à certaines difficultés, ce déclin s’explique en grande partie par la crise économique mondiale engendrée par la crise sanitaire et les différentes mesures prises pour endiguer la COVID- 19. Le marché devrait ensuite se redresser dans les années à venir, notamment grâce à la croissance de certains de ses sous-secteurs et atteindre 1030 milliards de dollars en 2023.

Les effets de la pandémie de COVID-19 sur ce secteur diffèrent énormément selon le sous-secteur considéré

Le papier graphique apparait comme le segment du secteur papier le plus négativement impacté par la crise sanitaire liée à la COVID-19. Ce sous-secteur était déjà en grande difficulté car son utilisation a commencé à décliner au cours des dernières années, au rythme de la digitalisation progressive de l’économie mondiale. La crise a aggravé cette tendance, en grande partie car les fermetures d’entreprises et d’écoles ont très significativement diminué les besoins en papier d’impression. Au contraire, d’autres sous-secteurs ont bénéficié de la conjoncture actuelle. C’est notamment le cas du papier d’emballage qui a pu profiter de la forte croissance du e-commerce et donc d’une accentuation des activités de livraison dans le monde mais aussi des produits en papier pour l’hygiène personnelle. En effet, la demande pour ce dernier type de produits est étroitement liée à la sensibilisation croissante des gens à la sécurité et à l’hygiène. En effet, la pandémie a induit une très forte hausse de la demande de masques chirurgicaux, lingettes désinfectantes, serviettes en papier jetables et autres produits d’hygiène connexes. Il en va de même pour les papiers médicaux spécialisés (pour les électrodes en papier, les puces microfluidiques et les biocapteurs à base de papier, etc) qui ont connu une forte croissance ces derniers mois.

Enfin, il est à noter que le secteur est grandement dépendant des prix de la pâte à papier qui, après avoir augmenté en 2017 et 2018, ont chuté en 2019. Bien que le cours ait légèrement augmenté sur le 1 er semestre 2020, les obstacles logistiques dus au coronavirus et la faiblesse de la demande mondiale ont exercé une pression à la baisse sur les prix d’après les dernières estimations disponibles au second semestre 2020. Par conséquent, Coface s’attend à ce que la reprise des cours de la pâte à papier au niveau mondiale, reste contenue au premier semestre 2021. Ces variations du prix de la pâte à papier ont un effet opposé sur les différents acteurs du marché, selon qu’ils soient producteurs de pâte à papier ou de papier transformé.

Paper FR
Analyse approfondie du secteur
La hausse du e-commerce, intensifiée par la crise liée à la COVID-19 bénéficie au papier d’emballage

Le papier d’emballage bénéficie de la demande accrue du e-commerce suite aux conséquences de la crise sanitaire liée à la COVID-19. L’impact de la COVID-19 s’est vite ressenti sur les habitudes d’achat des consommateurs en général à travers le monde. Les différentes périodes de confinement appliquées dans une grande majorité de pays en 2020 ont induit une très forte croissance du commerce en ligne, en témoignent les succès des leaders du secteur au niveau mondial tels que l’entreprise américaine Amazon ou l’entreprise chinoise Alibaba. Cette hausse a aussi bien concerné des produits d’épicerie et d’hygiène mais aussi par exemple la livraison de denrées alimentaires sur des plateformes en ligne.

Cette hausse des ventes en ligne a donc grandement favorisé l’industrie de l’emballage. Plus spécifiquement, les emballages en carton ondulé ont vu leurs ventes augmenter pendant la crise car ils sont essentiels pour le transport des aliments, des médicaments et du matériel médical mais aussi pour les très nombreuses livraisons de colis destinés aux particuliers.

Par ailleurs, le papier d’emballage a été beaucoup utilisé pendant la crise par les restaurants proposant des formules à emporter, notamment via les plateformes telles qu’« Uber Eats » ou « Deliveroo ». Ce type de restauration utilise une quantité considérable d’emballage papier (sac en papier, barquette, etc). Or, les mesures de quarantaine et de distanciation sociale ont fortement augmenté la vente à emporter, notamment dans les restaurants. Les boîtes, pailles et sacs en papier ainsi que de manière générale, les papiers d'emballage alimentaires, sont de nature à devenir de nouveaux moteurs de croissance pour l'industrie du papier.

Ainsi, les emballages protecteurs (papier cristal, protection en carton, pochette matelassée, etc) et les emballages en carton traditionnel ont grandement bénéficié de la hausse du e-commerce et du nombre de colis envoyés dans le monde.

Intensification des activités du marché du papier d’emballage : une tendance structurelle, de pair avec le développement de l’e-commerce

Le e-commerce a connu une croissance annuelle moyenne de 18 % depuis 2000. Or, ce dernier utilise environ 7 fois plus de carton ondulé par dollar de marchandise que la logistique traditionnelle.

Avant la crise, la montée du e-commerce bénéficiait déjà depuis quelques années au secteur papier et celui-ci est devenu un moteur important de la demande de carton ondulé et des matières le composant. En 2019, le secteur prévoyait que la consommation totale d'emballages en papier induite par la demande de commerce électronique allait augmenter de 64% entre 2019 et 2025. On peut estimer aujourd’hui avec l’impact de la crise sur l’e-commerce que cette augmentation pourra être encore plus élevée.

Cependant, cette hausse intense est certes une aubaine pour les fabricants de papier d’emballage, mais elle incite aussi fortement les détaillants en ligne à rechercher des alternatives au carton ondulé (fibres alternatives, revêtement biosource, etc). En effet, les détaillants sont poussés à réduire l’intensité de leur utilisation de carton, à la fois pour des raisons écologiques mais aussi car la hausse des prix de la pulpe de papier en 2017 et 2018 a attiré l’attention sur cette catégorie de coûts. Toutefois, cette incitation à utiliser des ressources plus durables semble encore marginale et le papier d’emballage reste le matériau le plus utilisé avec la hausse du e-commerce.

Le papier graphique reste le segment le plus à risque, bien que des défis subsistent pour l’ensemble du secteur

La baisse de la demande pour le papier graphique s’est accentuée avec les conséquences de la pandémie de COVID-19. En effet, alors que l’utilisation du papier graphique était déjà sur une pente descendante ces dernières années, les outils numériques (liseuses, smartphone, journaux, etc) se substituant aux supports papier. Entre 2013 et 2018, la consommation de papier graphique dans les pays de la Commission économique pour l’Europe des Nations unies (CEE-ONU, qui regroupe l’Europe, l’Amérique du Nord et la Communauté des États indépendants (CEI)) a baissé de 18%. Cette situation a été fortement aggravée par la crise de la COVID-19. Dans de nombreux pays, les librairies ont été fermées lors des périodes de confinement, ce qui a fortement impacté le secteur. En outre, la fermeture des écoles, universités et de nombreuses entreprises a engendré une réduction très importante des impressions réalisées. Le passage aux cours, réunions et conférences en ligne via internet, a fortement diminué la demande de papier dans l’ensemble des régions du monde. Quand bien même certaines impressions à but commercial ou scolaire seront réalisées à domicile, la réduction de l’utilisation du papier graphique sera bien plus importante que lors d’une récession classique. Les papiers d’écriture et d’impression et les produits leur étant liés (carnet, bloc-notes, etc) ont donc connu une chute de leur demande. Par ailleurs, au-delà de ces formes de papier, les secteurs de la publicité imprimée (flyers, etc) et du papier journal se sont eux aussi effondrés suite aux effets de la crise de la COVID-19. Par conséquent, cette situation est vouée à davantage accentuer la pression à la baisse sur les prix de la pâte à papier et la diminution des taux d’utilisation des capacités de production. Dans ce contexte et au regard de l’importance grandissante du développement de l’usage du numérique intensifié par la crise, Coface s’attend à ce que l’activité du secteur continue de décliner en 2021.

L’utilisation du papier d’emballage est sensible aux variations de la conjoncture économique. Les cartons, kraft et autres papiers d’emballage sont utilisés pour le conditionnement de produits issus d’autres secteurs. La demande de papier d’emballage dépend alors intrinsèquement des autres marchés (distribution, e-commerce, logistique, etc). L’industrie du papier est donc fortement sensible aux variations de la conjoncture économique car elle dépend directement de la situation économique d’autres secteurs. Quand ces secteurs très procycliques tels que la distribution dans les magasins physiques ou en ligne sont en bernes, la demande de papier d’emballage diminue alors nécessairement. Or, c’est le cas pour la période à venir car, bien que le papier d’emballage ait bénéficié de la croissance du e-commerce, la crise économique mondiale risque d’impacter de manière significative les usines d’emballage dans de nombreux pays si celui-ci se poursuit. Ainsi, par exemple, le secteur du papier en Chine, le pays étant le principal producteur de papier mondial, risque de pâtir de la situation économique des principaux exportateurs de pâte à papier tels que les États-Unis pour lequel Coface s’attend à une contraction du PIB de –4,8% en 2020 ou du Brésil avec une contraction du PIB estimée par Coface à -5,5% en 2020. Par ailleurs, au-delà de la conjoncture stricto sensu, l’activité du papier d’emballage est également vulnérable aux évolutions règlementaires et institutionnelles. Certains États cherchent en effet à contraindre la coupe des arbres et/ ou à promouvoir des forets responsable pour la production de papier en raison de considérations environnementales. L’activité de certains acteurs du secteur pourra donc transitoirement se voir freiner par la nécessité de réorganiser ou d’ajuster leurs pratiques et leurs opérations en conséquence.

L’intensité du dynamisme des activités de l’industrie du papier d’emballage reste très contrastée selon les régions du monde. Par exemple, dans celles où le commerce électronique est moins développé, la demande de papier d’emballage est moins importante, étant donné que l’e-commerce constitue l’un des principaux moteurs de demande pour ce sous-secteur. C’est ainsi le cas de l’Amérique latine qui ne représente que 2% du e-commerce mondial ou de l’Afrique et du Moyen-Orient qui ne représentent que 1% du marché, malgré une croissance vigoureuse du secteur, ces dernières années dans ces deux régions. Au regard de cette tendance, Coface anticipe que le sous-secteur du papier d’emballage devrait continuer de porter la croissance de l’industrie du papier dans le moyen et le long terme.

 

Dernière mise à jour : février 2021

Haut de page