Les études économiques et analyses risques pays et risques sectoriels Coface
Syrie

Syrie

Population 17,5 millions
PIB par habitant -
E
Evaluation des risques pays
E
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

POINTS FORTS

  • Position géostratégique
  • Soutien financier de la Russie, de l'Iran et de la Chine.
  • Potentiel en hydrocarbures

POINTS FAIBLES

  • La guerre civile en cours depuis 2011 a causé des centaines de milliers de morts, des millions de réfugiés et la destruction d'une grande partie du tissu productif du pays, notamment les infrastructures manufacturières, énergétiques et agricoles
  • Conditions économiques, sociales et sécuritaires désastreuses
  • Perte de capital humain à long terme, équilibres économiques gravement endommagés
  • Un territoire divisé, sous le contrôle de différents groupes armés
  • Isolation et sanctions internationales

Appréciation du risque

Des conditions économiques très difficiles alors que la guerre civile se poursuit

La situation économique restera très faible et instable en Syrie en raison d'une guerre civile qui dure depuis dix ans et qui a entraîné des divisions territoriales, la dévastation de la population et de l'économie du pays. La guerre a provoqué le déplacement (principalement vers les pays voisins) de près de 21 millions de personnes et l'activité économique s'était effondrée de plus de 50 % en 2019 par rapport à 2010 selon la Banque mondiale. La crise économique du Liban voisin aggrave le chaos économique en Syrie, car elle restreint davantage les liens économiques du pays avec le monde et alimente les pénuries de carburant et de nourriture, ainsi que l'inflation galopante. Couplé aux coupures d'électricité, cela aggrave la crise économique. En juillet 2021, le gouvernement a augmenté le prix du carburant subventionné d'environ 178 % en raison de l'augmentation mondiale des prix du carburant. Les sanctions imposées à la Syrie continuent de perturber les importations de carburant selon les autorités locales. L'effondrement de la monnaie et la montée en flèche de l'inflation devraient persister, ce qui continuera à éroder le pouvoir d'achat. La hausse des prix de l'électricité, du carburant et du gaz butane due à l'augmentation des prix de l'énergie pèsera également sur la demande intérieure. En outre, la population souffre de la médiocrité du système de santé. La part des personnes entièrement vaccinées était de 4 % de la population totale en décembre 2021. Aucune perspective d'investissement sérieuse ne se profile à l'horizon pour l'instant, alors que les estimations des coûts de reconstruction de la capacité productive de la Syrie se situent entre 250 et 400 milliards de dollars. Pourtant, l'amélioration récente des liens avec certains pays arabes suscite un certain espoir. Bien qu'aucun engagement spécifique ne soit lié à ces améliorations, la volonté des pays arabes de réduire l'influence iranienne en Syrie pourrait se traduire par une aide financière pour relancer son économie. Toutefois, le fait que le territoire syrien reste démantelé sera le principal obstacle à toute décision d'investissement. Par conséquent, les terres sous le contrôle du régime Assad bénéficieraient en premier lieu des efforts de reconstruction, mais les conditions d'exploitation pour les entreprises resteront très difficiles.

 

Les efforts de reconstruction conditionnés par le rapprochement avec les pays arabes et l'attitude des Occidentaux.

Avec le renforcement du régime Assad, soutenu par la Russie et l'Iran, on s'attend à ce que la plupart des pays arabes poursuivent leurs efforts d'approche de la Syrie, bien qu'ils aient soutenu les forces d'opposition contre le régime depuis le début de la guerre civile en 2011. Les pays arabes ont déjà pris des mesures afin de réduire l'influence iranienne, russe et turque, ainsi que la dépendance d'Assad envers l'Iran et la Russie pour la reconstruction du pays. Après la réouverture de leur ambassade à Damas en 2018, les Émirats arabes unis (EAU) ont annoncé un plan pour développer des relations économiques avec la Syrie et leur ministre des affaires étrangères s'est rendu dans le pays. Cette démarche est intervenue après que les EAU et l'Irak ont appelé en mars 2021 la Syrie à réintégrer la Ligue arabe, dont elle avait été suspendue en novembre 2011. En octobre, les dirigeants de la Syrie et de la Jordanie ont eu un entretien téléphonique. La Jordanie a entièrement rouvert sa frontière avec la Syrie, ce qui pourrait offrir un certain soutien économique. L'Égypte a également intensifié ses efforts pour ramener la Syrie au sein de la Ligue arabe avec une rencontre entre le ministre égyptien des affaires étrangères et son homologue syrien fin septembre, pour la première fois depuis 2011. Toutefois, fin septembre 2021, l'administration américaine a annoncé qu'elle n'envisageait pas de normaliser les relations avec la Syrie. Cette déclaration laisse entendre que les États-Unis ne lèveront pas les sanctions prévues par la loi Caesar Syria Civilian Protection Act mise en œuvre en juin 2020, qui punit les personnes ou les entreprises qui font des affaires ou traitent avec des Syriens sanctionnés. D'autre part, la Russie fait pression sur Israël pour encourager les États-Unis à alléger certaines de leurs sanctions, ont rapporté certains médias. Une telle mesure aurait pour effet de réduire l'influence des entreprises iraniennes dans le processus de reconstruction et permettrait aux entreprises russes et arabes d'y prendre part. Le régime Assad s'efforce de prendre le contrôle du sud du canton d'Idlib, dernier bastion de la rébellion armée syrienne dans le nord-ouest, et du nord-est, qui abrite les champs pétrolifères et qui est actuellement administré par les Forces démocratiques syriennes (FDS), les principales forces combattantes kurdes, soutenues par les États-Unis. Des forces russes et américaines sont présentes dans cette zone. En outre, de longues bandes de terre le long de la frontière avec la Turquie sont sous le contrôle des forces soutenues par la Turquie. Parallèlement, Israël effectue régulièrement des frappes aériennes sur les positions de l'Iran dans tout le pays. Compte tenu de la présence de ces différents acteurs aux intérêts contradictoires, les perspectives d'un accord de paix restent lointaines. Par conséquent, la situation sécuritaire mettra longtemps à se stabiliser, continuant à peser sur les conditions économiques et l'environnement des affaires. Ajoutée à la répression politique notoire, cette situation n'encouragera pas les millions de personnes déplacées à revenir.

 

Dernière mise à jour : Février 2022

Haut de page