Les dernières Actualités et Publications de Coface, leader de mondial l'assurance-crédit.
04/02/2020
Publications économiques

Baromètre Risque Pays et Secteurs - T4 2019

Baromètre Risque Pays et Secteurs - T4 2019

Selon Global Trade Alert, le nombre total de mesures protectionnistes mises en œuvre dans le monde a dépassé les 1 000 en 2018 et 2019, soit environ 40 % de plus que les trois années précédentes. Cela dit, « seulement » 23 % de toutes les mesures protectionnistes prises entre le 1er janvier 2017 et le 15 novembre 2019 ont été prises par les États-Unis ou la Chine. Par conséquent, le protectionnisme n’est pas l’apanage des deux plus grandes économies du monde et l’accord dit « de première phase » visant à mettre fin à la guerre commerciale entre celles-ci ne suffira probablement pas à mettre fin aux incertitudes liées aux tensions commerciales, qui ont réduit la croissance du PIB mondial d’environ 3/4 de point de pourcentage en 2019. Dès lors, Coface prévoit la poursuite du ralentissement économique mondial en 2020, avec une croissance du PIB mondial attendue à 2,4 %, contre 2,5 % l’année précédente.

Coface prévoit que la croissance du commerce mondial restera faible cette année (+0,8 % seulement en volume), après une baisse de 0,3 % au troisième trimestre 2019 en glissement annuel, soit le rythme le plus lent depuis la grande crise de 2008-2009. Les économies orientées vers l’exportation comme l’Allemagne (0,5 % de croissance du PIB seulement en 2020), sont durement touchées par la contraction du commerce mondial. Son atonie devrait continuer à impacter négativement les produits très intégrés dans la chaîne économique mondiale, comme ceux des secteurs automobile ou métallurgique. La métallurgie, notamment la sidérurgie, est souvent considérée comme un baromètre de l’activité mondiale, en raison de son implication dans plusieurs activités industrielles, notamment la construction, l’automobile et les biens de consommation tels que les appareils électroménagers. Elle enregistre le plus grand nombre de déclassements d’évaluation des risques sectoriels ce trimestre (5 sur 22). Le ralentissement économique mondial devrait également continuer à générer une dichotomie entre les secteurs manufacturiers, qui connaissent de sérieuses difficultés, et les services, plus résistants, notamment dans les grandes économies, comme celle des États-Unis. Coface prévoit un ralentissement économique important dans ce pays, avec une croissance du PIB prévue à 1,3 % en 2020, contre 2,3 % l’année précédente, dans un contexte où les effets de la réduction importante de l’impôt sur les sociétés (de 35 % à 21 %) mise en place par l’administration Trump en 2017 s’estompent, et où les entreprises sont préoccupées par les incertitudes liées aux tensions commerciales. L’économie chinoise devrait également continuer à ralentir, avec une croissance du PIB de 5,8 % en 2020, contre 6,1 % en 2019, toujours affectée par les incertitudes commerciales ainsi que par les défi s liés au rééquilibrage en cours de son économie vers une économie plutôt axée sur la consommation que sur les exportations et les investissements.

Dans ce contexte, les faillites d’entreprises devraient augmenter de 2 % en 2020 au niveau mondial (comme en 2019) et dans la majorité des pays pour lesquels ces prévisions sont établies (21 pays sur 26) et dans toutes les régions considérées.

Dans cet environnement délicat et volatile où les économies sont confrontées à des vents contraires, quatre évaluations de pays sont abaissées (Colombie, Chili, Burkina Faso et Guinée), tandis que six sont haussées (Turquie, Sénégal, Madagascar, Népal, Maldives et Paraguay).

Il convient de noter que les petites économies ayant un niveau de revenu par habitant faible, moins intégrées dans le commerce mondial, sont relativement moins exposées aux évolutions mentionnées ci-dessus. En dépit de leur vulnérabilité, elles ont bénéficié de meilleures politiques macroéconomiques nationales, comme le montrent les évaluations du risque pays de Madagascar ou des Maldives, qui sont passées de D à C et, dans une moindre mesure, du Sénégal (de B à A4), dont l’économie devrait bénéficier de meilleures perspectives grâce aux récentes découvertes de pétrole et de gaz, alliées à une croissance solide depuis 2014 et une stabilité politique bien établie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Télécharger la publication : Baromètre Risque Pays et Secteurs - T4 2019 (1,48 MB)

Contact


Pour nous écrire, nous poser une question, ou simplement pour vous informer :

Contactez-nous au
Tel. : +33 (0)1 49 02 20 00
 
Contact Journalistes :
Agence ComCorp
Caroline Pierron
coface@comcorp.fr
01 55 01 09 88

Haut de page